Faits divers



Double accident

Le Vélo — 17 avril 1898

Un grave accident, dû à l’imprudence des victimes, est arrivé avant-hier soir à deux jeunes cyclistes, sur le boulevard Kellermann.

L’un d’eux, G. F., se croyant seul sur ce boulevard désert, surtout à 8 heures du soir, évoluait, virait et pédalait tout à son aise, lorsque voulant essayer sa vitesse, il descendit en plein emballage la pente de l’avenue.

Mal lui en prit, car le nez sur le guidon, il n’aperçut pas un autre cycliste qui montait en sens inverse et zigzaguait quelque peu.

Le choc fut terrible, les deux cyclistes s’étant rencontrés de front.

Relevés inanimés, ils furent pansés chez un pharmacien voisin, où l’on constata que le jeune G. F. portait à la tête de profondes blessures qui ne mettent cependant pas sa vie en danger.

Quant à son camarade de rencontre, ses blessures sont plus graves, car outre un œil crevé, par les lunettes qu’il portait, il a la jambe droite cassée ou déboîtée ; l’enflure qui s’est produite immédiatement n’a pas permis de le déterminer.

Les bicyclettes ont été tant soit peu avariées.

N’empêche que ces deux cyclistes sont bien victimes de leur imprudence. L’un descendant une côte à toute allure sans faire attention, l’autre apprenant à monter à bicyclette et tenant indistinctement sa gauche ou sa droite.

L. Alibert.

À lire également...

Boulevard de l'Hôpital

Un drame boulevard de l'Hôpital

1897

Un drame sanglant s'est déroulé, hier soir, vers neuf heures, sur le boulevard de l'Hôpital. Un mari a tué sa femme, puis a tenté ensuite de se suicider, C'est l'éternel et banal drame conjugal.

...


Quartier de la Gare

Le crime de la Cité Jeanne d'Arc

1907

L'homme qui, la veille, avait étranglé, cité Jeanne-d'Arc, le journalier Jean Guérineau, a consenti à dévoiler enfin son identité.

...


PLace des Alpes

Deux odieux trafiquants travaillaient pour les bouges de Buenos-Ayres

1933

À la suite de nombreuses plaintes déposées dans divers commissariats, et notamment au commissariat de la Maison-Blanche, le brigadier Fulminet et l'inspecteur Robaglia ont mis fin aux agissements de deux individus qui dirigeaient de malheureuses filles vers les bouges de l'Amérique du Sud.

...


rue Richemont

Un drame rue Richemont

1904

Dans une petite rue du quartier de la Gare, un drame s'est déroulé hier matin, à six heures. Un ouvrier a tenté de tuer une femme mariée, puis il a essayé, sans y réussir, de se faire justice.

...

Saviez-vous que... ?

En janvier 1910, c'est Mlle Rose Boyer, une délicieuse blonde de vingt et un ans, qui exerçait la délicate profession de brodeuse, et qui demeurait 12, rue de l'Espérance ainsi que le précisait Le Journal, qui fut élue Reine du 13e arrondissement par l'Association artistique dudit arrondissement, affiliée au comité des fêtes de Paris, et ce, au théâtre des Gobelins.

*
*     *

En 1863, un marché aux chiens se tenait tous les dimanches sur l'emplacement du marché aux chevaux du boulevard de l'hôpital. Il y avait peu de choix.

*
*     *

Le 18 novembre 1929, un incendie détruisit le dépôt de chiffons situé à l'angle de la rue Croulebarbe et du boulevard Blanqui. Le feu se propagea aux terrains vagues situés entre la rue Croulebarbe et la rue des Cordelières et détruisit aussi des baraques en planches qui y étaient construites.

*
*     *

C'est en 1868 que la voie latérale au chemin de fer de ceinture entre le chemoin de fer d'Orléans et la rue de Patay reçut le nom de rue Regnault afin d'honorer le baron Jean-Baptiste Regnault, peintre (1753-1829).

L'image du jour

La rue de la Colonie vue de la rue Vergniaud en 1912