entete


UNE ÉVOCATION DU 13E ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

Dans la semaine du 15 au 22 mars 1929, le cinéma Clisson Palace (61-63 rue de Clisson) jouait "Trois jeunes filles nues".


Le 4 octobre 1923, par suite d'un dérapage, un camion-auto, chargé de caisses vides, renversait un candélabre en face le numéro 41 de la rue de Tolbiac.


C’est le 12 juillet 1926 à 11h45, devant le 2 boulevard de la Gare, aujourd’hui boulevard Vincent Auriol, que fut inaugurée la première fontaine pour chiens et chevaux de la capitale.

menu-nouveautés sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Le feu - Figaro 1898

Le feu

Le Figaro ― 6 mai 1898

Un incendie a éclaté avec une très grande violence, l'avant-dernière nuit, vers une heure, rue Nationale, 164, dans un grand local où sont entreposés les mobiliers des locataires expropriés de la cité Jeanne-d'Arc. Avant que les secours aient pu être organisés d'une façon efficace, le feu se communiqua à une fabrique de caisses, mitoyenne avec l'immeuble incendié.

Malgré les efforts des pompiers de la rue Jeanne-d'Arc, accourus au premier signal, tout a été détruit par les flammes.

Il n'y a pas eu d'accident de personnes. Les pertes sont assez importantes.


 La mort de Bacchus - 1893

La mort de Bacchus

Le Journal des débats politiques et littéraires ― 21 mars 1893

Les marchands de vin de la Butte-aux-Cailles viennent de faire une perte cruelle. En sortant de chez l'un d'eux cette nuit, à une heure très avancée, leur meilleur client, un nommé Alibert, surnommé Bacchus (à juste raison, paraît-il), s'est tué en regagnant son domicile rue de Tolbiac. Ayant, comme' de coutume, fait de nombreuses libations, Alibert est allé en titubant s'appuyer contre le parapet du pont de Tolbiac et a passé par-dessus. Son cadavre a été retrouvé ce matin.




Pour les Petits Ménages, Maisons et jardins

Le Gaulois — 16 juin 1911

La princesse de Polignac, née Singer, n'est pas seulement une mélomane et une artiste douée d'un goût exquis, favorisant les arts dans son bel hôtel de l'avenue Henri-Martin, c'est aussi une femme de grand cœur qui s'intéresse au sort des travailleurs; des petits ménages d'ouvriers à qui un loyer à bas prix est si nécessaire, avec un peu de confortable, de l'air, de l'hygiène et quelque chose de plus, un sourire de la nature, une fleur sur la fenêtre ou un petit jardin.

La princesse de Polignac a comblé tous ces vœux avec le concours de M. Vaudoyer, le grand architecte, qui a mis son expérience et son savoir au service de cette généreuse entreprise.

C'est aujourd'hui qu'on inaugure la « fondation Singer-Polignac » devant un nombreux et élégant public d'invités. Le comte d'Haussonville, de l'Académie française, si compétent dans les questions ouvrières, prononcera le discours d'inauguration qui dira les bienfaits de cette belle et si utile tentative de bienfaisance sans apparence de charité.

À vrai dire, ce n'est pas « tout près d'ici ». C'est à l'autre bout de Paris, à la Glacière, tout près des « fortifs » dans un quartier essentiellement populaire, où l'on vient d'achever une nouvelle église, une nouvelle paroisse, Sainte-Anne, qui succède à la chapelle Bréa. Rue de la Colonie, entre les baraques en planches d'une population inconnue et une usine ; on y arrive par la place d'Italie et la rue Bobillot.

C'est là que s'élève l'immeuble vaste et très artistique dans sa simplicité, de briques blanches avec variantes de couleur et portail de pierre avec grande porte cochère, fer et vitres.

*
*             *

Il y a longtemps qu'on se préoccupe des logements ouvriers. Napoléon III s'était déjà avisé de faire élever des cités ouvrières avec maisons à bon marché. La république a tardé plus de trente ans à y songer, l'initiative privée a fait de nombreux et intéressants essais; mais voici, je crois, qui résout le problème de façon victorieuse. On en pourra juger aujourd'hui.

Le 72 rue de la Colonie vu de la cour intérieure. Au loin,vers la Butte aux Cailles, l'Eglise Sainte-Anne de la Maison-Blanche

Trois mille mètres de terrain ont été employés à cette création ; deux mille mètres au delà de la maison et de la cour ont été partagés entre quarante jardins de cinquante mètres chacun, jardins individuels entourés de palissades et d'ailées où les enfants peuvent jouer sous l'œil des mères assises sur des bancs. Une fontaine centrale donnera de l'eau aux cultivateurs de ces petits jardins, qui peuvent y faire pousser des légumes ou des fleurs. Chaque jardin est loué vingt francs par an, en sus du loyer, vingt francs qui rapporteront plus du double en légumes ou en fruits.

L'édifice est partagé en deux corps de bâtiment, à droite et à gauche de la cour d'entrée. Quatre escaliers dont la rampe est double, l'une basse pour les enfants, desservent les soixante-quatre appartements de cette construction.

Tout est en fer et briques. Aucun danger d'incendie et tout est fait pour la plus extrême propreté.

Les loyers varient de deux cent vingt à quatre cent dix francs par an. C'est dire que pas un de ces locataires ne paiera d'impôts. Excellente aubaine. M. Caillaux n'y réclamera pas l'impôt sur le revenu.

Ces types de logements sont à noter. Je les ai visités soigneusement et j'ai été émerveillé de leur salubrité, non sans coquetterie, et de leur confort.

Logements de deux cent vingt francs par an : une chambre et une cuisine et cabinets modernes. L'eau et le gaz sont installés dans toutes les cuisines. Chaque logement dispose d'une cave.

Logements de trois cents francs: une chambre, une cuisine et une salle à manger.

Logements de trois cent soixante francs : deux chambres et une cuisine assez vaste pour servir en même temps de salle à manger.

Logements de quatre cent dix francs (c'est ici !e summum du luxe dans cette maison) : entrée, deux chambres, salle à manger, cuisine, cabinet de débarras ou armoires. D'autres logements de ce prix ont trois chambres, la cuisine étant assez grande pour servir de salle à manger.

*
*             *

Toutes les fenêtres sont grillagées jusqu'à la barre d'appui, pour la garantie des enfants, et chaque appartement a un large balcon également grillagé quelques-uns ont de plus une terrasse. Jusqu'au cinquième étage, les logements ont deux mètres soixante de hauteur et un cube d'air suffisant. La plupart des chambres ont une jolie cheminée celles qui n'en ont pas ont une issue au plafond pour le passage d'un tuyau de poêle.

Ce n'est pas tout. Nous voici revenus dans la cour, où un carré de gazon et de fleurs réjouit la vue. À gauche, hangar pour les bicyclettes, remise pour les voitures d'enfants, lavoir spacieux et fermé, séchoir en plein air. Les ménagères y trouveront leur compte. À droite, salle de bains et cabinets de douches; à côté, une salle de consultation pour le médecin.

On a tout prévu, on a pourvu a tout: le confort, l'hygiène et l'agrément. N'oublions pas les deux boutiques de la façade: un boulanger d'un côté, un épicier de l'autre. Tout sous la main. Quant au marchand de vins, il n'y en a que trop dans ce quartier, comme dans tous les autres; du moins il n'y en aura pas dans la maison et il n'y en aura .jamais.

Ce qu'a coûté une telle construction, nous l'ignorons; nous savons cependant et nous pouvons dire, pour que l'exemple puisse servir, que, tous frais payés, ces loyers donneront au capital un intérêt de trois pour cent par an. On ne saurait faire un placement plus intelligent ni plus profitable à ceux qui méritent tant d'intérêt.

Tout est loué déjà. On emménagera après l'inauguration, dès demain. Et ce qu'il y a encore d'admirable dans cette œuvre, c'est que, parmi de nombreuses demandes, on a choisi les ménages qui avaient le plus d'enfants. Ce n'est pas comme dans certaines maisons où la consigne est : ni chiens, ni enfants. Ici, on veut des enfants. Quant aux chiens, je n'ai pas songé à m'en informer, tout entier à mon admiration pour une si belle œuvre, dont il faut grandement louer la princesse de Polignac, et aussi M. Vaudoyer, qui a su profiter avec tant de goût et de savoir de la place et des capitaux qui lui étaient confiés.

Tout-Paris

A lire également

La fondation Singer-Polignac - Le Figaro du 16 juin 1911

Inauguration d'habitations à bon marché dans le XIIIè arrondissement (1933)

sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Esclave de sa Colère - 1895

Bien que Sénèque ait dit « La colère est une courte folie », elle n'est pas toujours excusable, surtout lorsqu'elle se manifeste par des accès trop fréquents.
C'est le cas de la nommée Augustine Couffier, âgée de trente-huit ans, ménagère, demeurant rue des Malmaisons.

Lire

L'alcoolisme - 1895

Le boulevard de la Gare a été mis en émoi hier soir par un nommé Léon Marisson, âgé de trente-sept ans, terrassier, demeurant rue Xaintrailles.

Lire

Un bien triste individu - 1896

Les gardiens de la paix Déom et Métayer étaient de service l'avant-dernière nuit, vers trois heures et demie, dans la rue du Moulin-des-Prés, lorsque les cris « Au secours ! à l'assassin ! » poussés par une voix de femme, retentirent soudain dans la rue Gérard.

Lire

Un coup raté - 1891

L'avant-dernière nuit, vers trois heures du matin, une veuve Bricot, qui tient un garni 112, boulevard de la Gare, entendait tout à coup des cris provenant d'une chambre inoccupée de l'hôtel.

Lire

Menu article

Lu dans la presse...

La Place Paul Verlaine

Une délibération municipale, approuvée par un arrêté préfectoral que ratifia, le 28 juillet dernier, un décret présidentiel, a donné le nom de Paul Verlaine à une place sise à Paris dans le 13e arrondissement, à l'intersection des rues Bobillot, du Moulin-des-Prés et de la Butte-aux-Cailles. (1905)

Lire


Avis à la population

Il est établi dans le 13e arrondissement des cantines pour le service des militaires qui montent la garde sur les remparts. (1870)

Lire


Le futur boulevard Saint-Marcel

Un arrêté du préfet de la Seine vient d'ouvrir une enquête à la mairie du douzième arrondissement pour le percement d'un nouveau tracé qui, sous le nom de boulevard Saint-Marcel, doit relier le boulevard Montparnasse au boulevard de l'Hôpital (1857)

Lire


L'élargissement de la rue Mouffetard et l'aménagement de la place d'Italie

L'administration vient de faire déposer à la mairie du 13e arrondissement le plan parcellaire des propriétés dont la cession est nécessaire en tout ou en partie pour exécuter l'élargissement de la rue Mouffetard et la transformation de la place d'Italie. (1867)

Lire


Un nouveau boulevard pour le 12e arrondissement ?

Cette voie s'ouvrira en face la place de la Collégiale et viendra déboucher sur le boulevard extérieuraprès avoir coupé le faubourg Saint-Jacques. (1858)

Lire


Le percement du boulevard Arago

Les démolitions qu'on exécute en ce moment dans le faubourg Saint Marcel viennent de remettre au jour un coin très pittoresque du vieux Paris. (1868)

Lire


Le puits artésien de la Butte-aux Cailles

Les travaux du puits artésien qui est en cours d'exécution à la Butte-aux-Cailles, dans le 13e arrondissement de Paris, se poursuivent régulièrement, et la profondeur atteinte par l'instrument de forage dépasse aujourd'hui 350 mètres. (1868)

Lire


Le percement du boulevard Saint-Marcel

Le plus ancien vestige des édifices religieux encore debout en ce moment, mais qui disparaîtra au premier jour, est le porche de la chapelle Saint-Clément, qui date du quatrième siècle, et dans laquelle fut inhumé en 383 saint Marcel, évoque, de Paris, sous le règne de Théodose. (1868)

Lire


Intéressante découverte archéologique sur le chantier du boulevard Saint-Marcel

Les travaux qui s'exécutent dans le quartier Saint-Marcel ont amené des découvertes fort importantes au point de vue archéologique. (1868)

Lire


Nouvelles dénominations de voies

On donne à la rue de la Croix-Rouge la dénomination de Domrémy. village du département des Vosges, où naquit Jeanne d'Arc; la route de Fontainebleau devient route d'Italie, la place de la barrière d'Ivry devient la place Pinel... (1868)

Lire


Les palais des Reines Blanche aux Gobelins

Si le vieil hôtel de Sens est, sur la rive droite de la Seine, un édifice curieux à voir, deux hôtels non moins anciens et tout aussi intéressants s'offrent sur la rive gauche, dans le quartier des Gobelins, aux yeux des amateurs du gothique. (1878)

Lire


Deux promenades autour du boulevard Saint-Marcel

Le boulevard Saint-Marcel prend naissance au boulevard, de l'Hôpital, vis-à-vis la Salpêtrière, et va aboutir en ligne directe à l'avenue des Gobelins, où il se rencontre avec les boulevards Arago et Port-Royal pour former un spacieux rond-point. (1882)

Lire


La question de la zone parisienne

Ce n'est jamais sans un sentiment de gêne, pour ne pas dire de honte, qu'en arrivait aux portes de la grande, cité parisienne, on franchit cet espace de 250 mètres de largeur qui longe encore en une ceinture presque continue les fortifications et qu'on appelle la Zone. (1932)

Lire


Les jardins des Gobelins menacés ?

Les jardins des Gobelins forment dans un quartier populeux une oasis de fraîcheur et de verdure. Ils couvrent près de trois hectares et constituaient naguère une île entre deux bras de la Bièvre. (1933)

Lire


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte