Dans la presse...

 rue Auguste Lançon - Éclairez S.V.P.

Éclairez S.V.P.

Paris — 3 décembre 1900

Depuis longtemps les habitants des quartiers Croulebarbe et de la Maison-Blanche réclamaient l’achèvement de la rue Auguste Lançon, pour pouvoir se rendre sans un long détour à la gare du Parc-Montsouris. Enfin, c’est fait !

Un exemple d'éclairage Levant

A l'heure actuelle une rue traverse les terrains vagues avoisinant la gare de la Glacière. Mais, ce n’est pas suffisant d'avoir ouvert une rue, il faudrait encore la rendre praticable en l’éclairant.

Rien, pas même l'Éclairage Levant n'indique qu’un ravin de quatre ou cinq mètres de profondeur existe de chaque côté, à l’endroit où cette voie coupe la rue Brillat-Savarin.

De plus, dans ce quartier, où les joueurs de couteau sont moins rares que les agents, il est indispensable d’éclairer cette rue pour que des ouvriers partant matin et rentrant tard puissent passer en sécurité.

Au début du 20e siècle, de nombreuses rues de Paris ne bénéficiaient pas de l'éclairage au gaz et encore moins de l'éclairage à l'électricité. S'agissant de l'Eclairage Levant, dès que la nuit arrivait, un employé de la Société d’Éclairage Levant (dont le siège était à Paris, rue de Dunkerque, n° 59) venait descendre les lanternes, les allumait et les remontait à la hauteur réglementaire.
Dans une de ses chroniques "La vie drôle", Alphonse Allais mentionnait que l'éclairage Levant était ainsi nommé parce que la moindre brise suffisait à son extinction.


A lire également

Le drame de la rue Auguste-Lançon

Dans la presse...


Le monde de la hotte

Elles disparaissent peu à peu les pittoresques et grouillantes cités de chiffonniers, ces capharnaüms parisiens où viennent s'entasser pêlemêle les déchets et les rebuts de la grande ville... (1898)

Lire la suite


Le monde de la hotte

Elles disparaissent peu à peu les pittoresques et grouillantes cités de chiffonniers, ces capharnaüms parisiens où viennent s'entasser pêlemêle les déchets et les rebuts de la grande ville... (1898)

...


Renseignement bien donné, circulation améliorée

Les boulevards qui font le tour de Paris ont été aménagés, élargis. De nombreux passages souterrains leur permettent d'éviter le croisement avec les routes nationales lorsqu'elles pénètrent dans la capitale. (1938)

...


Un syndicat d'indigents

La cour des Miracles était hier soir en grand émoi ; elle avait transporté cahin-caha, béquillant et gesticulant, ses pénates dans le quartier de la Gare, rue Nationale, tout là-bas, au bout de Paris, près de la barrière d'Italie. Il faut dire que le 13° arrondissement a un maire, M. Thomas, « qui fait des économies sur les fonds alloués par la Ville au service de bienfaisance, et qui, cette année, a rendu 50,000 francs à l'Assistance publique. (1897)

...


L'épidémie de la Maison-Blanche

Au moment où le service de statistique municipale constatait avec satisfaction une décroissance notable de la mortalité dans Paris, une épidémie éclatait dans un quartier excentrique et y jetait l'effroi. Le quartier contaminé est celui de la Maison-Blanche, situé dans le treizième arrondissement, sur les bords de la Bièvre. (1890)

...

Saviez-vous que... ?

En janvier 1910, c'est Mlle Rose Boyer, une délicieuse blonde de vingt et un ans, qui exerçait la délicate profession de brodeuse, et qui demeurait 12, rue de l'Espérance ainsi que le précisait Le Journal, qui fut élue Reine du 13e arrondissement par l'Association artistique dudit arrondissement, affiliée au comité des fêtes de Paris, et ce, au théâtre des Gobelins.

*
*     *

Le pont National, oeuvre des ingénieurs Couche et Petit, a été achevé en 1853.

*
*     *

La surface du 13è arrondissement est exactement de 714,6 hectares.

*
*     *

C’est le 12 juillet 1926 à 11h45, devant le 2 boulevard de la Gare, aujourd’hui boulevard Vincent Auriol, que fut inaugurée la première fontaine pour chiens et chevaux de la capitale.

L'image du jour

La rue de la Colonie vue de la rue Vergniaud en 1912