Faits divers

 Un crime mystérieux à la Maison-Blanche (1909)

Un crime mystérieux à la Maison-Blanche

La Patrie — 10 juillet 1909

Un enfant coupé en deux. — Funèbre débris. — Notre enquête.

L’émotion est des plus vives dans le quartier de la Maison-Blanche, où vient d’être découvert un mystérieux paquet contenant la moitié du corps d’une fillette âgée de sept à huit mois.

De l’enquête à laquelle a procédé M. Delanglade, commissaire de police du quartier, il est établi que le lugubre colis a été déposé dans la matinée d’hier. L’endroit où il a été découvert est peu fréquenté : c’est un petit square situé sur le boulevard Kellermann, à hauteur de la rue Damesme, au lieu dit la « Poterne des Peupliers ».

Une grille haute d'un mètre entoure une petite pelouse au milieu de laquelle s'élève un bouquet d’arbres très rapprochés. C’est au pied d’un de ces arbres que le débris humain avait été déposé.

Le square n’a pas de gardien, et seuls quelques enfants du voisinage y viennent jouer les jours de congé.

C’est ainsi que deux gamins découvrirent le paquet mystérieux et immédiatement le gardien de Boussin qui avisa ses chefs.

On a relevé sur la pelouse, bouquet d’arbres, des traces de ment marqués, qui semblent établir que c’est un homme, chaussé de gros souliers à clous, qui a franchi la grille et a déposé le funèbre colis à l’endroit où il a été trouvé.

Les habitants du quartier interrogés, ont déclaré n’avoir rien remarqué d’anormal.

Le service de la Sûreté a été mis campagne et tait des recherches dans monde des « biffins » qui pullulent à Maison-Blanche ainsi qu’à Gentilly.

M. Delanglade nous a déclaré que le corps de l’enfant avait été sectionné avec une netteté qui démontre chez l’assassin un sang-froid et une habileté peu commune ; l’instrument dont il s’est servi doit être un sabre ou une hache au tranchant fraîchement affilé.

Le petit corps ne dégageait aucune odeur et le sang coulait encore. « C’était de la chair toute fraîche ! » nous dit-on.

Que sont devenus le tronc, les bras et la tête qui manquent ?

Le magistrat espère que quelque indication ne tardera pas à lui parvenir et les recherches activement poussées ne diront pas à donner des résultats.

Un journal daté du 20 juin 1909 et une camisole à raies grises et noires qui enveloppaient le petit corps ont été placés sous scellés.

L’autopsie n’a pas encore été faite ; mais un examen superficiel a permis d’établir qu’il n’y avait pas eu de violences spéciales.

C’est avec angoisse que les mères de famille attendent le résultat de l’enquête et l’arrestation de l'auteur de ce crime odieux.


A lire également

À lire également...

Le drame de la rue Mouffetard

1875

On a eu beau abattre des maisons, renverser des quartiers, percer des boulevards, faire apparaître le soleil et la lumière dans des parties de Paris que jamais ils n'avaient visitées, on n'a pu détruire absolument le dernier asile vers lequel se réfugie, le soir venu, une population douteuse.

...


Le drame de la rue Duméril

1888

Le nommé Désiré Caritey, journalier, âgé de quarante ans, demeurant rue Duméril, 17, marié et père de trois enfants, avait avec sa femme, avant-hier soir, une vive discussion pour un motif bien futile.

...


Rue des Cordelières

Rue des Cordelières : Le bébé qu'une femme promenait sans pitié à 5 heures du matin était en celluloïd

1938

L'humanité de quelques passants matinaux était choquée, hier, vers 5 heures, rue des Cordelières, par une scène effectivement étrange. Une marâtre — vraisemblablement — allant et venant sans souci de l'air frais, cruel aux petites bronches, promenait une voiture de bébé dans laquelle se distinguait un pauvre petit corps d'enfant.

...


Passage Prévost

La soupière homicide

1899

Jean Gibert est un terrassier d'une quarantaine d'années, fort comme un Turc et même comme deux. Aussi, dans les parages de son domicile, passage Prévost, passe-t-il pour un monsieur à qui il ne faut pas marcher sur le pied.

...

Saviez-vous que... ?

En janvier 1910, c'est Mlle Rose Boyer, une délicieuse blonde de vingt et un ans, qui exerçait la délicate profession de brodeuse, et qui demeurait 12, rue de l'Espérance ainsi que le précisait Le Journal, qui fut élue Reine du 13e arrondissement par l'Association artistique dudit arrondissement, affiliée au comité des fêtes de Paris, et ce, au théâtre des Gobelins.

*
*     *

Le 26 octobre 1923, l'automobile de M. Naudin, conseiller d'Etat, ancien préfet de police, entrait en collision avec un taxi à l'angle de l'avenue des Gobelins et du boulevard Saint-Marcel. Dégats matériels uniquement.

*
*     *

En 1930, la piscine de la Butte-aux-Cailles, l'une des rares piscines municipales de l'époque, exigeait de tout baigneur la production ou l'achat d'un morceau de savon.

*
*     *

C’est en juillet 1938 que fut posée, par le Ministre Jean Zay, la première pierre du stadium universitaire qui allait prendre place à l’angle du boulevard Kellermann et de la porte de Gentilly et auquel le nom de Sébastien Charletty (1867-1945) à l'origine de la Cité Universitaire de Paris, fut donné.

L'image du jour

La rue de la Colonie vue de la rue Vergniaud en 1912