Faits divers

 Le drame de la rue Strau - 1932

Le drame de la rue Strau

Une jeune femme tire six coups de revolver sur son frère qui la brutalisait

L'état du blessé atteint d'une balle à la poitrine est très grave

Le Petit-Parisien — 7 septembre 1932

Mme Victoire Arnaud, trente-deux ans, épouse divorcée de M. Gehier, est marchande des quatre-saisons. Elle demeure 7, rue Strau, et son travail opiniâtre lui a permis de faire quelques économies. Elle a pu soulager ainsi la détresse de son frère François Arnaud, vingt-huit ans, ouvrier en chômage, marié et père de cinq enfants.

Il y a un an environ, non seulement Mme Arnaud, recueillit chez elle son frère, mais aussi la femme et les cinq enfants de celui-ci. Malheureusement François Arnaud devint jaloux de sa sœur en constatant que celle-ci gagnait aisément sa vie alors que lui était en chômage.

Brutal et envieux, Arnaud, non seulement ne témoignait pas à sa sœur une reconnaissance qui aurait dû être normale, mais encore il la frappait continuellement,

Mme Arnaud supportait les violences de son frère à cause de la femme et des enfants. Mais Il était certain qu'un drame devait éclater un jour ou l'autre.

Hier, vers midi, alors que toute la famille était à table, la marchande des quatre-saisons déclara qu'elle allait vendre un buffet afin de s'acheter un manteau plus chaud en prévision de l'hiver.

Cette déclaration motiva un accès de colère terrible de François. Il se leva et frappa sa sœur avec une violence terrible. Mme Arnaud put se dégager et regagner sa chambre. Là, sous l'empire de la colère, elle se saisit d'un revolver. Lorsque son frère voulut revenir sur elle pour la brutaliser de nouveau, elle fit feu sur lui à six reprises.

L'une des balles se logea dans la poitrine du chômeur, qui s'affaissa dans une mare de sang.

Son geste accompli, la meurtrière prit la fuite en emportant son arme. Le blessé a été transporté à la Pitié, où son état a été juge très grave.

M. Frédérique, commissaire du quartier de la Gare, a chargé le brigadier-chef Fulminet et l'inspecteur Robaglia de rechercher la marchande des quatre-saisons.

Dans ses déclarations, la victime affirme que Mme Arnaud ne cessait de critiquer et de calomnier sa femme, et qu'il avait déjà eu avec elle, à ce sujet, une violente discussion la veille.

À lire également...

Quartier de la Maison-Blanche

Un journaliste yougoslave assassiné à la Butte-aux-Cailles

1930

Accrochée au boulevard Blanqui, la rue des Cinq-Diamants escalade la Butte-aux-Cailles. Rue morne et sans fantaisie, elle aligne, le long de maigres trottoirs, une vulgarité perspective de maisons lisses, crises, mornes, trouée, çà et là, par les contrevents vert pomme d'un bar ou par la façade blanchie à la chaux d'un meublé pauvre.

...


Quartier de la Gare

Un meurtre rue Baudricourt

1904

La rue Baudricourt a été hier soir le théâtre d'un drame passionnel. Un nommé Armand Féler, journalier, a tué de deux coups de couteau un ouvrier serrurier, Napoléon Stevenotte.

...


Drame du revolver aux Gobelins

1913

Un drame passionnel s'est déroulé, hier, vers midi un quart, dans une chambre de l'hôtel du Nord, 13, rue des Gobelins.

...


rue de Patay

La maison hantée ou les esprits « frappeurs »

1920

C'est au 87 de la rue de Patay.
Là, dans un appartement, modeste de deux pièces encombré de meubles et de penderies — ce dernier détail a peut-être son importance — est installée, depuis plus d'une année, une famille composée du père, un sexagénaire, ébéniste, de sa belle-sœur qui fut infirmière...

...

Saviez-vous que... ?

Le 26 avril 1939 une distribution de sacs de sable était organisée dans le quartier Croulebarbe par la préfecture de la Seine.

*
*     *

L'hôpital de Lourcine (111 rue de Lourcine) était consacré au traitement des femmes atteintes de maladies secrètes et comptait 276 lits. Des consultations gratuites étaient données de 8 à 9 heures les mardis, jeudis et samedis.

*
*     *

Alors que la voie de 15 mètres de large qui devait remplacer la ruelle des Reculettes dont la largeur variait de 2 à 7 mètres, aurait pu recevoir un autre nom, c'est sur l'insistance de la commission du vieux Paris pour conserver ce nom pittoresque cinq fois séculaire et sur l'intervention de M. Émile Deslandes conseiller municipal du XIIIè arrondissement que le conseil municipal de Paris décida, en 1930, de substituer simplement la dénomination de rue à celle de ruelle, pour constater cet élargissement décidé en 1910.

*
*     *

La première boucherie de viande de cheval a été ouverte le lundi 9 juillet 1866, boulevard d'ltalie, 3, ancienne barrière de Fontainebleau. Le prix de cette viande, qui était vendue sans os non adhérents aux morceaux (sans réjouissance), était d'environ deux tiers moins élevé que celui du bœuf.

L'image du jour

La mairie du XIIIe