Faits divers

 Entre chiffonniers - 1899

Entre chiffonniers

Le Matin — 7 juillet 1899

Tout au bout de Paris, là-bas, rue Nationale, dans le treizième arrondissement, il existe deux cités, qui renferment une population très turbulente de chiffonniers et de gens sans aveu. La première est la cité Jeanne-d'Arc, la seconde, la cité Doré. Or, les « gars de la Jeanne-d'Arc », nouveaux Capulets, vivaient en très mauvaise intelligence avec ceux de « la Doré » modernes Montaigus, et, de chaque côté, la coupe ces messieurs disent la malle était pleine. Il fallait peu de chose pour la faire déborder.

Eh bien ! ça a débordé avant-hier soir, à sept heures et demie précises, et savez-vous pourquoi Non, n'est-ce pas ! Parce que les habitants de « la Jeanne-d'Arc » tenaient pour M. Quesnay de Beaurepaire, tandis que ceux de « la Doré » manifestaient ouvertement leur antipathie pour l'ancien président à la Cour de cassation. Sur la place Pinel, tout proche du boulevard de la Gare, une bataille homérique s'est engagée entre les admirateurs et les ennemis de notre confrère aux épaules désormais veuves d'hermine. Non seulement le combat fut homérique, mais encore meurtrier.

Jugez plutôt !

Après s'être rencontrés sur la place Pinel, les champions des deux partis, au nombre d'une cinquantaine, ont commencé par s'invectiver, puis ils en sont venus aux mains. Ensuite, les revolvers sont entrés en ligne, et, tant dans un camp que dans l'autre, près de deux cents coups de feu furent tirés. Et savez-vous qui fut atteint ? Les passants, les inoffensifs passants qui n'avaient pu s'empêcher de badauder autour du champ de bataille.

C'est d'abord un employé de la Ville de Paris, M. Léon Houtin, âgé de trente-trois ans, demeurant rue du Chevalleret, qui a reçu une balle dans la cuisse gauche et que l'on a dû transporter à l'hôpital de la Pitié. C'est ensuite M. Pascal Lelong, employé de commerce, âgé de quarante-deux ans, demeurant 42, rue Geoffroy-Saint-Hilaire, qui été atteint légèrement à la tête. Quant aux combattants, un seul a pu être arrêté par les quinze agents accourus pour les séparer.

Le prisonnier de la police est un jeune homme, Louis Thérot, âgé de vingt ans. M. Rochet, commissaire de police, dans le quartier duquel s'est passé ce fait peu banal, va s'efforcer de découvrir les adversaires.

En attendant, les gens de la « Jeanne d'Arc » et ceux de la « Doré » s'observent, et les revolvers sont toujours armés dans les poches.


A lire également

Une version guère plus sérieuse des événements, celle du Petit-Parisien :

            Une bagarre Place Pinel - 1899

On fera davantage confiance au récit paru dans La Justice, le journal de Georges Clémenceau :

            Rixe - 1899

À lire également...

Boulevard de la Gare

Un meurtre boulevard de la Gare

1897

Une rivalité existait, depuis plusieurs mois, entre deux individus peu recommandables, François Palisse, âgé de dix-neuf ans, et Louis Champaumier, de deux années plus jeune.

...


Boulevard de la Gare

Un coup raté

1891

L'avant-dernière nuit, vers trois heures du matin, une veuve Bricot, qui tient un garni 112, boulevard de la Gare, entendait tout à coup des cris provenant d'une chambre inoccupée de l'hôtel.

...


Rue des Cordelières

Rue des Cordelières : Le bébé qu'une femme promenait sans pitié à 5 heures du matin était en celluloïd

1938

L'humanité de quelques passants matinaux était choquée, hier, vers 5 heures, rue des Cordelières, par une scène effectivement étrange. Une marâtre — vraisemblablement — allant et venant sans souci de l'air frais, cruel aux petites bronches, promenait une voiture de bébé dans laquelle se distinguait un pauvre petit corps d'enfant.

...


rue de Campo-Formio

Encore le téléphone

1904

Comment M. B..., fabricant de peinture, rue Campo-Formio, s'est retrouvé devant le juge d'instruction...

...

Saviez-vous que... ?

Le 26 avril 1939 une distribution de sacs de sable était organisée dans le quartier Croulebarbe par la préfecture de la Seine.

*
*     *

Le 23 juillet 1892, un ouvrier tourneur en bronze, nommé Dubru, se suicidait en se jetant dans la Bièvre, boulevard d’Italie. Son corps fut transporté à la Morgue.

*
*     *

En 1878, le directeur de l'Alcazar d'Italie, un bal situé 190 avenue de Choisy, était M. Albert Barjon.

*
*     *

C’est en juillet 1938 que fut posée, par le Ministre Jean Zay, la première pierre du stadium universitaire qui allait prendre place à l’angle du boulevard Kellermann et de la porte de Gentilly et qui, plus tard deviendrait le stade Charletty.

L'image du jour

La mairie du XIIIe