Faits divers

 paris-treizieme.fr — Un poisson d'avril chez le commissaire. (1896)

Un poisson d'avril chez le commissaire.

Le Petit Parisien — 3 avril 1896

On a bien ri, hier, au commissariat de la Salpêtrière-Croulebarbe.

Dès dix heures du matin, une longue théorie d'hommes au visage et aux mains plus ou moins noires, à l’accent auvergnat, envahissaient les bureaux du commissariat. Ils tenaient tous un petit papier à la main.

On juge de l’étonnement des inspecteurs de service, étonnement qui devint de la stupéfaction, lorsqu’ils prirent connaissance des lettres que leur tendaient les nouveaux venus. Toutes étaient conçues ainsi :

« 1er avril 1896.

« Monsieur,

« Vous êtes prié de vous rendre demain matin, à dix heures, au commissariat, pour répondre à l’accusation qui pèse sur vous.

« Vous êtes accusé de vendre du simili-charbon pour du vrai. »

Ces lettres étaient autographiées à l’encre violette, à l’aide d'un autocopiste.

M Perruche, commissaire de police, qui se trouvait dans son cabinet, en sortit, attiré par les : « Fouchtri ! Bougri ! etc. », proférés par les braves Auvergnats qui commençaient à comprendre qu’ils étalent victimes d’un farceur. Les inspecteurs ne pouvaient garder leur sérieux et le magistrat ne put lui-même s'empêcher de rire.

Pendant ce temps, le flot d’hommes noirs montait toujours, envahissant le bureau.

M Perruche leur démontra pourtant, non sans peine, comment les lettres de convocation étaient absolument fantaisistes, et les victimes de la plaisanterie finirent par se retirer, mais non sans jurer de faire passer un mauvais quart d’heure à celui qui les avait dérangés, si jamais ils le découvraient.

 

À lire également...

Quartier de la Maison-Blanche

Les deux assassins ont été vus à l'angle de la rue Croulebarbe et de la rue Corvisart

1930

La petite cité aux rues tortueuses qui, village dans la ville, se tasse entre la place Paul-Verlaine et le boulevard Auguste-Blanqui, bourdonne ce matin d'un naturel émoi.

...


Un Drame du terme

1902

Entre la rue Nationale et la rue Jeanne-d'Arc, dans le quartier de la Gare, serpente un passage qui coupe la cité Jeanne-d'Arc. De chaque côté sont de hautes maisons, aux étages bas, aux fenêtres étroites, où grouille une population de chiffonniers, de mendiants, de gens sans aveu.

...


Porte d'Ivry

Fraudes à l’octroi

1873

Depuis quelque temps les employés de l'octroi, préposés à la porte d'Ivry, remarquaient qu'un homme d'une forte corpulence, et une femme paraissant en état de grossesse avancé, entraient très souvent dans Paris sans jamais en sortir par cette même porte.

...


rue Corvisart

Fâcheuse méprise

1892

Un cocher de la Compagnie générale des omnibus, le nommé Auguste Veladon, qui avait accompagné son attelage au Dépôt, se trouvait, la nuit dernière, à une heure du matin, rue Corvisart, lorsqu'un individu quitta le trottoir opposé, pour s'avancer au devant de lui.

...

Saviez-vous que... ?

Le 19 juillet 1927, le nom de rue de Gentilly fut donné à la rue du Gaz. Le nom de rue de Gentilly avait été, jusqu'en 1899, celui de la rue Abel-Hovelacque d'aujourd'hui. Cette nouvelle rue de Gentilly perdit ensuite son nom au profit de Charles Moureu et d'Albert Bayet.

*
*     *

La création de la caserne des pompiers de Port-Royal fut décidée en 1883.

*
*     *

Le 11 septembre 1888, à la fête des Gobelins qui se tenait place d'Italie, le dompteur Edmond Pezon (de la célèbre famille Pezon) faillit être dévoré par le lion Roland.

*
*     *

Par suite de la rupture d'une conduite, une fuite de gaz se produisait, le 19 mars 1897 dans l'après-midi, en face du n°59 du boulevard Arago.
Bien que le gaz s'échappaît à l'air libre, deux passants furent à demi asphyxiés et durent être transportés à l'hôpital Broca.
Les pompiers du poste de Port-Royal obturèrent‚ provisoirement la fissure avec de la terre glaise, en attendant une complète réfection.

L'image du jour

PLace d'Italie