Faits divers

 L'amoureux a la « guigne » - 1911

L'amoureux a la « guigne ».

Le Matin ― 21 mars 1911

Palmyre est une grande brune, assez bien de sa personne, qui tous les soirs arpente l'avenue de Choisy en quête de clients généreux. Adolphe Verrier, chauffeur dans une usine de banlieue, la connaissait bien de vue, mais jamais il n'avait osé l'aborder. Il avait trop peur que sa femme, habitant non loin de là, ne le rencontrât avec la marchande de sourires. Samedi soir, cependant, comme il était quelque peu pris de boisson, le chauffeur s'enhardit et offrit un verre à Palmyre. La belle, peu farouche, accepta et se montra si aimable pour le pochard que ce dernier, captivé, n'hésita pas à la suivre dans un hôtel de la rue de Tolbiac: Quand il se réveilla, avant-hier matin à l'aube, sa compagne avait disparu en emportant son porte-monnaie contenant ce qui restait de sa paye, une soixantaine de francs.

Que faire, sans un sou dans sa poche ? Rentrer au domicile conjugal ? Il n'y fallait pas songer. Verrier prit une résolution énergique. Il se rendit pedibus cum jambis devant le théâtre du Châtelet, où il avait été employé jadis, et il attendit l'arrivée des voitures amenant les spectateurs à la matinée. Sa casquette à la main, il ouvrit les portières et avec infiniment de grâce aida les dames à descendre. A la sortie, il recommença le même manège. Adolphe Verrier avait déjà recueilli dans son après-midi près de trois francs de gros sous, quand la main pesante d'un gardien de la paix en bourgeois s'abattit sur son épaule. Au commissariat du quartier Saint-Germain-L'auxerrois où il fut amené, le chauffeur n'eut pas de peine à démontrer à M. Beaurain, commissaire de police, qu'il n'était pas un mendiant professionnel, et le magistrat le remit en liberté, non sans l'avoir quelque peu admonesté.

Mais Verrier appartient plutôt à la famille des guignards. En voulant traverser le boulevard du Palais, il fut renversé et blessé par une voiture de blanchisseur. Quant à Palmyre, elle est activement recherchée.


Saviez-vous que ...

La gare de Paris-Gobelins a été mise en service le 15 mai 1903. Elle le demeura jusqu'en 1991.

L'image du jour

Le boulevard de la Gare (Vincent Auriol) vers la rue Jenner

Ailleurs sur Paris-Treizieme