Faits divers

 La soupière homicide (1899)

La soupière homicide

Le Matin — 13 octobre 1899

Jean Gibert est un terrassier d'une quarantaine d'années, fort comme un Turc et même comme deux. Aussi, dans les parages de son domicile, passage Prévost, passe-t-il pour un monsieur à qui il ne faut pas marcher sur le pied.

Malgré sa force, le terrassier Gibert est doux comme un mouton et bon comme un caniche. Ces qualités n'étaient pas ignorées d'un chiffonnier, Henri Estienne, lequel, depuis quelque temps, en voulait à Gibert à propos d'une certaine petite femme que tous deux avaient courtisée.

Mercredi soir, Estienne rencontra Gibert chez un marchand de vin de la Butte-aux-Cailles. Tous deux firent une partie de zanzibar que le chiffonnier perdit après une série de « belles » et de « revanches ».

Une discussion s'en suivit, puis les horions tombèrent drus comme grêle. Tout à coup, le chiffonnier, qui s'était emparé d'une vieille soupière, en porta un coup terrible sur la tête du terrassier.

Grièvement blessé, Gibert fut transporté à l'hôpital Cochin, pendant que son agresseur était, lui, conduit chez M. Rémougin, commissaire de police.

À lire également...

Avenue des Gobelins

En jouant

1912

Deux gamins jouaient, hier, vers six heures du soir, devant une tranchée, avenue des Gobelins.

...


Querelle de famille

1905

Dans un des coins les moins connus de Paris, dans une rues les moins fréquentées, du quartier de la Maison-Blanche, la rue de la Colonie, habite, au n°20, un nommé Pierre V...

...


Boulevard de la Gare

La veuve Rigolot a malgré tout de la chance

1873

La dame veuve Rigolot est une bonne vieille qui tient, boulevard de la Gare, 6, une baraque pour la vente des journaux.

...


rue Nationale

Le drame de la rue Nationale

1879

Un événement des plus dramatiques s'est produit hier matin au numéro 7 de la rue Nationale, près du boulevard de la Gare.

...

Saviez-vous que... ?

En janvier 1910, c'est Mlle Rose Boyer, une délicieuse blonde de vingt et un ans, qui exerçait la délicate profession de brodeuse, et qui demeurait 12, rue de l'Espérance ainsi que le précisait Le Journal, qui fut élue Reine du 13e arrondissement par l'Association artistique dudit arrondissement, affiliée au comité des fêtes de Paris, et ce, au théâtre des Gobelins.

*
*     *

Le pont de Tolbiac, en cours de construction depuis 1879, fut grandement endomagé par la grande débacle des glaces de janvier 1880 mais les dégats furent vite réparés.

*
*     *

Le 27 juillet 1916, 724ème jour de guerre, un violent orage causait quelques dégâts au 1 de la ruelle des Reculettes et la foudre blessait légèrement aux jambes Mme Paris, une locataire du lieu.

*
*     *

En 1906, on pouvait aller directement de Glacière à la gare de Lyon en métro. Sans changement !

L'image du jour

La rue de la Colonie vue de la rue Vergniaud en 1912