Faits divers

 Le Drame de la ruelle des Gobelins - 1905

Le Drame de la ruelle des Gobelins

Le Petit Parisien — 24 décembre 1905

Le teinturier Joseph Outurquin, âgé de trente ans, qui a comparu, hier, devant M. le juge d'instruction Larcher, est accusé d'avoir jeté, le 17 décembre dernier, sa femme dans la Bièvre.

Le prévenu a vivement protesté contre cette accusation.

"Si ma femme a pris un bain dans la Bièvre, c'est tout à fait volontairement de sa part."

« Si ma femme, a-t-il dit, a pris un bain dans la Bièvre, c'est tout à fait volontairement de sa part.

« Depuis longtemps, la malheureuse s'enivre.

« Il y a deux mois, j'ai dû me séparer d'elle, à l'amiable à  cause de ce défaut.

« Dimanche dernier, elle est revenue à la maison, me suppliant de la reprendre. Comme il y avait du monde chez nous, je l'ai invitée à me suivre dehors. Là, je lui ai formellement déclaré que la vie commune était impossible avec elle.

« Nous étions à ce moment dans la ruelle des Gobelins. Le dialogue suivant s'engagea entre nous :

— Alors, tu refuses de me reprendre ? s'écria-t-elle.

— Oui, je refuse, répondis-je.

— II ne me reste plus, dans ce cas, qu'à me jeter à l'eau.

— Fais ce qu'il te plaira.

« Et elle se jeta dans la rivière. Elle espérait que j'irais à son secours. Je m'en suis bien gardé. J'étais trop heureux d'être débarrassé d'elle. Elle a été retirée par deux passants. »

Le magistrat a fait remarquer à l'inculpé que sa femme avait donné, en sortant de l'eau, une tout autre version :

— Elle vous a accusé, lui a-t-il dit, de l'avoir jetée dans la Bièvre.

— Elle a menti ! s'est écrié Outurquin. Elle ne répèterait pas cette accusation en ma présence.

Irma Outurquin, bien que convoquée pour être confrontée avec son mari, alors qu'elle était encore à l'hôpital Cochin, n'a pas paru au palais. On ne sait, d'ailleurs, ce qu'elle est devenue Elle a quitté l'hôpital sans laisser d'adresse.

À lire également...

Quartier Croulebarbe

La mort de Céline Pasquet

1908

Au numéro 21 de la rue Croulebarbe habillait, avec son amant, Georges Deschamps, ouvrier fumiste, âgé de vingt-cinq ans, une femme Céline Pasquet, d'un au plus jeune, journalière.

...


Le drame de l'avenue de Choisy

1911

Marius Lafontaine, un robuste ouvrier emballeur de trente-deux ans, et Juliette Berthier, vingt-quatre ans, teinturière, s'étaient épousés il y a six ans. Ils pensaient avoir trouvé le bonheur. Hélas ! la désillusion vint vite., Quinze jours à peine y suffirent.

...


Quartier de la Maison-Blanche

Les « Espadrilles de la Butte »

1910

Depuis quelque temps, plaintes sur plaintes affluaient au commissariat de M. Yendt. Il ne se passait pas de jour où quelque commerçant des environs de la place d'Italie ne vît ses étalages mis en coupe réglée par une bande de malandrins. Cette bande, connue sous le nom de bande des « Espadrilles de la Butte » et admirablement organisée, terrifiait littéralement le quartier.

...


Quartier de la Maison-Blanche

Dans un débit de vin du passage Raymond

1882

Dimanche soir, vers neuf heures un individu nommé Alexandre Dupuy, âgé de vingt ans, chiffonnier, demeurant 14, rue des Malmaisons, entra dans un débit de vin du passage Raymond, 19...

...

Saviez-vous que... ?

L'École Estienne est installée à son emplacement actuel depuis novembre 1889 mais n'a été inaugurée que le 1er juillet 1896 par le président de la République, M. Félix Faure.

*
*     *

Bobillot, héros du Tonkin, était prénommé Jules. La rue portant son nom est longue de 1.100 mètres.

*
*     *

Edmond Gondinet (7 mars 1828, Laurière – 19 novembre 1888, Neuilly-sur-Seine) dont une rue du 13ème arrondissement porte le nom était un auteur de théâtre qui fit jouer sur les scènes parisiennes une quarantaine de pièces.
On lui doit notamment "Le Plus Heureux des trois" en collaboration avec Eugène Labiche.

*
*     *

C’est le mardi 11 juin 1946 que la ligne d’autobus n° 67, Place de Rungis-Place Pigalle, était mise en service. Les principaux points desservis étaient : Place d'Italie, Boulevard de l’Hôpital, Place Jussieu, Hôtel-de-Ville. Châtelet, Louvre, Grands Boulevards, carrefour de Châteaudun.
En mars 1951, le terminus de la ligne fut reporté de la place de Rungis à la porte de Gentilly.

L'image du jour

Percement de l'avenue des Gobelins (1868)

La vue est prise de la place d'Italie dont on abaisse le niveau de près de deux mètres pour la pente de la nouvelle avenue soit moins forte. La construction métallique à droite, c'est le marché couvert des Gobelins. Il fonctionnera jusqu'à la fin du siècle avant d'être remplacé par le marché Blanqui. Avec l'ouverture de la rue Primatice, le marché couvert sera coupé en deux. La partie côté Gobelins sera démolie ; la partie côté boulevard de l'Hôpital subsistera jusqu'aux années 1970.  ♦