Faits divers

 Deux sauveteurs de treize ans - 1905

Deux sauveteurs de treize ans.

Le XIXe siècle — 7 février 1895

Hier, vers quatre heures de l'après-midi, une trentaine d'enfants s'amusaient à glisser sur la Bièvre, dans le bas de la rue des Gobelins. À cet endroit, la petite rivière, qui se trouve encaissée entre de hautes maçonneries, n'a pas moins de deux mètres de profondeur.

"À cet endroit, la petite rivière, qui se trouve encaissée entre de hautes maçonneries, n'a pas moins de deux mètres de profondeur."

Tout à coup un craquement se faisait entendre, et un des jeunes imprudents, Émile Brajus, âgé de onze ans, demeurant 38, rue des Cordelières, disparut sous la glace. Le malheureux, revenant à la surface du trou béant, allait disparaître de nouveau quand un des camarades, le jeune Émile Berne, âgé de treize ans, demeurant au numéro 42 de la même rue, se hasarda sur la glace lézardée et fut assez heureux pour le saisir.

Il faisait de grands efforts pour arracher son petit camarade à une mort certaine, quand de nouveau la glace craqua sous ses pieds. Le jeune Berne eut alors la présence d'esprit de se coucher sur la nappe congelée, n'osant faire de nouveaux efforts de peur de compromettre sa propre sécurité et celle de Brajus.

Un autre enfant, Eugène Billion, également âgé de treize ans, demeurant aussi des Cordelière, numéro 28, encouragé par l'exemple de son petit camarade, se risqua sur la glace, et, tirant Émile Berne par les pieds, put ainsi l'aider à dégager le petit noyé, qui avait perdu connaissance.

Des gardiens de la paix et des passants, prévenus par les témoins de ce drame, accoururent et transportèrent le jeune Brajus au domicile de ses parents, où un médecin, appelé en toute hâte, lui prodigua des soins énergiques qui le rappelèrent à la vie.

Les deux jeunes sauveteurs, conduits au commissariat de M. Perruche, ont été vivement félicités par le magistrat.

À lire également...

Place d'Italie

Attaqué par un lion

1897

Le dompteur Letort, attaché à la ménagerie de M. Adrien Pezon, vient d'être victime d'un accident qui, heureusement pour lui n'aura pas de suites graves.

...


Quartier de la Maison-Blanche

Le drame de la rue du Tage : Le parricide condamné à 5 ans de réclusion

1935

Les Sorel ont abandonné le clair logis de Belleville et sont allés vivre, à l'autre bout de Paris, rue du Tage...

...


Sur la Zone...

Le Crime du Petit-Ivry

1903

En franchissant les fortifications par la porte d'Ivry, le boulevard de la Zone se trouve à deux cents mètres environ du poste de l'octroi, mais pour y parvenir il convient de faire un assez long détour, abandonnant la rue de Paris pour s'engager dans la rue Barbès, une voie large et régulière regagnant extra muros l'avenue de Choisy...

...


Quartier de la Maison-Blanche

Dans un débit de vin du passage Raymond

1882

Dimanche soir, vers neuf heures un individu nommé Alexandre Dupuy, âgé de vingt ans, chiffonnier, demeurant 14, rue des Malmaisons, entra dans un débit de vin du passage Raymond, 19...

...

Saviez-vous que... ?

L'École Estienne est installée à son emplacement actuel depuis novembre 1889 mais n'a été inaugurée que le 1er juillet 1896 par le président de la République, M. Félix Faure.

*
*     *

Le 26 février 1912 à midi cinq exactement, la chaudière du tramway n° 399, de la ligne Porte-d'Ivry-les Halles, explosait rue Gay-Lussac, à hauteur de la rue de l'Abbé-de-L'Epée. Ce grave et peu banal accident faisait onze victimes qui, heureusement, ne furent pas très grièvement blessées.

*
*     *

La rue des Deux-Moulins prit le nom de rue Jenner en 1867 afin de rendre hommage à Edward Jenner (1749-1823) premier médecin à avoir introduit et étudié de façon scientifique le vaccin contre la variole, et qui est considéré comme le « père de l'immunologie ».

*
*     *

Le point culminant du sol naturel du 13e arrondissement dépasse légèrement les 63 mètres. Il est situé au milieu de la rue Vandrezanne. Le point le plus bas est sur les quais de Seine à proximité du pont National. Si l'on prend en compte les espaces situés au delà du périphérique, le point culminant serait situé avenue de la porte de Gentilly en lisièse de cette commune. Les prés submersibles de la Glacière étaient à une côte moyenne de 35,80 mètres.

L'image du jour

Percement de l'avenue des Gobelins (1868)

La vue est prise de la place d'Italie dont on abaisse le niveau de près de deux mètres pour la pente de la nouvelle avenue soit moins forte. La construction métallique à droite, c'est le marché couvert des Gobelins. Il fonctionnera jusqu'à la fin du siècle avant d'être remplacé par le marché Blanqui. Avec l'ouverture de la rue Primatice, le marché couvert sera coupé en deux. La partie côté Gobelins sera démolie ; la partie côté boulevard de l'Hôpital subsistera jusqu'aux années 1970.  ♦