Faits divers

 Une voiture dans- la Seine - 1901

Une voiture dans la Seine

Le Petit Journal — 17 octobre 1901
La quai de la Gare vers le débouché de la rue Watt en janvier 1910

Un singulier accident s'est produit, hier matin, vers huit heures, quai de la Gare, au coin de la rue Watt.

À cet endroit, pour les facilités du service de déchargement des bateaux, la berge se trouve constituer, en quelque sorte, le prolongement du quai, dont elle n'est séparée par aucun parapet.

Un haquet appartenant à un entrepôt de charbons, attelé d'un cheval et chargé de 2,000 kilogrammes de charbon, débouchait de la rue Watt sur le quai de la Gare. Un encombrement de voitures força le charretier, nommé Josse, à faire un crochet qui l'amena sur les rails du tramway qui passe en bordure de la berge.

Le cheval glissa sur l'un de ces rails et, en se relevant, fit dévier de sa direction la voiture qui se trouva entraînée sur la déclivité assez prononcée de la berge.

Le cheval, malgré les efforts de son conducteur, fut entraîné par le poids de la charge et alla culbuter avec le véhicule dans la Seine.

Le charretier, lui, fut assez heureux pour pouvoir sauter de son siège et se cramponner au bordage d'une péniche amarrée au quai.

Les pompiers furent immédiatement mandés mais ne purent contribuer au sauvetage, ne disposant pas des engins nécessaires.

Une dizaine de chevaux furent alors attelés à une corde qu'un débardeur avait réussi, en plongeant plusieurs fois dans le fleuve à attacher au haquet, et le ramenèrent sur la berge. Toutefois le cheval était mort.

À lire également...

A la Butte-aux-Cailles

Une femme étranglée

1898

Les locataires et le concierge d'une maison située, 12, rue Buot (treizième arrondissement) étaient réveillés, l'avant-dernière nuit, par le bruit d'une querelle violente qui s'était élevée entre deux locataires

...


Quartier de la Gare

Les assiégés de la cité Jeanne-d'Arc se sont rendus ce matin

1934

Pour comprendre ces violences, il faut connaître la cité Jeanne-d'Arc, une des hontes de Paris.

...


Avenue des Gobelins

Un cimentier a tenté de tuer sa femme d'un coup de revolver à la tête avenue des Gobelins

1914

Dans un accès de jalousie, un ouvrier cimentier a tenté de tuer sa femme en lui logeant une balle de revolver dans la tête, la nuit dernière, un peu avant minuit, avenue des Gobelins.

...


Quartier Croulebarbe

Le désespoir d'un ivrogne

1903

Un ouvrier tanneur, Marius C..., entrait hier dans sa trente-troisième année. Il résolut de fêter dignement son anniversaire.
Ayant endossé ses habits du dimanche, il sortit, vers huit heures, et passa toute la matinée à boire des apéritifs dans les bars de l'avenue des Gobelins.

...

Saviez-vous que... ?

L'École Estienne est installée à son emplacement actuel depuis novembre 1889 mais n'a été inaugurée que le 1er juillet 1896 par le président de la République, M. Félix Faure.

*
*     *

En 1892, Mesdemoiselles Dufrène, disposant de hautes références, donnaient des leçons d'italien au 27 de l'avenue des Gobelins.

*
*     *

Les travaux du pont de Tolbiac enjambant les voies de chemin de fer de la compagnie d'Orléans commencèrent le 1er avril 1893.
Le pont fut inauguré par le Président de la République M. Félix Faure, le 15 juillet 1895.

*
*     *

Le 11 aout 1907, un corbillard, qui se rendait, à trois heures de l'après-midi, au cimetière de Gentilly, a été tamponné, à l'angle de la rué de Tolbiac et du passage du Moulinet, par un tramway de la ligne Vincennes-Saint-Cloud. Le cercueil, rapportait le Figaro, qui était tombé sur la chaussée, ne s'est pas ouvert et a été replacé sur le corbillard, qui a pu continuer sa route. Mais pour la Justice, le cercueil fut projeté à terre, se brisa et le corps du défunt roula sur la chaussée.
Ce macabre accident, ajoutait la Justice, a suscité, parmi la foule des promeneurs, une pénible émotion.

L'image du jour

Percement de l'avenue des Gobelins (1868)

La vue est prise de la place d'Italie dont on abaisse le niveau de près de deux mètres pour la pente de la nouvelle avenue soit moins forte. La construction métallique à droite, c'est le marché couvert des Gobelins. Il fonctionnera jusqu'à la fin du siècle avant d'être remplacé par le marché Blanqui. Avec l'ouverture de la rue Primatice, le marché couvert sera coupé en deux. La partie côté Gobelins sera démolie ; la partie côté boulevard de l'Hôpital subsistera jusqu'aux années 1970.  ♦