Faits divers

 Un drame dans une ménagerie - 1904

Un drame dans une ménagerie

La Lanterne — 12 janvier 1904

Les époux Droxeler, connus, le mari, sous le nom du dompteur José, et la femme sous celui de la Goulue, promènent, comme on le sait, dans les foires parisiennes une ménagerie qui fait de temps en temps parler d'elle. Cette ménagerie est actuellement installée avenue d'Italie, en face de la gare de la Maison-Blanche.

L'avenue d'Italie à la hauteur de la gare de la Maison-Blanche

Elle a été avant-hier soir, le théâtre d'une scène tragique, qui n'aura, il faut l'espérer, aucune conséquence grave. Vers onze heures, le dompteur José exhibait, devant une salle pleine, un jeune puma du Mexique, et sous la menace d'un fouet, le faisait se dresser sur ses pattes de derrière.

Tout à coup, le fauve se précipita sur son dompteur et lui enfonça ses griffes dans la tête.

La Goulue vint au secours de son mari et fut blessée à la main droite. Cependant, le puma s'acharnait sur M. Droxeler et le blessait grièvement en plusieurs parties du corps.

%
L'instant du drame - Le Petit-Journal - supplément illustré 24 janvier 1904

Un employé de la ménagerie, Louis Soque, essaya de l'éloigner de sa victime en le frappant de coups de couteau ; mais le fauve s'excitait toujours davantage, et il fallut l'abattre d'un coup de revolver.

Le dompteur José a reçu les soins d'un médecin, et n'a pas voulu être envoyé à l'hôpital. On pense qu'il devra garder le lit pendant trois semaines.

Les blessures de la Goulue sont sans gravité.


Source : gallica.bnf.fr

A lire également

Attaqué par un lion (1897)

Une chasse à l'ours avenue des Gobelins (1906)



Sur la Goulue

Faits-divers

La fin de la Goulue vue par Élie Richard dans La Tournée (1930)

À lire également...

La mort de Céline Pasquet

1908

Au numéro 21 de la rue Croulebarbe habillait, avec son amant, Georges Deschamps, ouvrier fumiste, âgé de vingt-cinq ans, une femme Céline Pasquet, d'un au plus jeune, journalière.

...


Haustrate aux Assise

1907

Le 7 avril dernier, dans l'après-midi, le sous-brigadier Mariton, de service rue Nationale, voyait venir à lui un individu en proie à une violente émotion et qui lui déclara :
— Conduisez-moi au poste, car je viens de tuer un homme qui m'avait emmené dans sa chambre, 1, cité Jeanne-d'Arc.

...


La viande meurtrière

1907

Entre les numéros 26 et 28 de la rue Damesme s'ouvrent, parmi des terrains vagues, plusieurs voies symétriquement alignées où s'élèvent, pittoresques et vétustés, des baraques en planches et des cahutes en torchis. C'est là que vit, grouille et travaille une populeuse colonie de chiffonniers.

...


rue de Patay

La maison hantée ou les esprits « frappeurs »

1920

C'est au 87 de la rue de Patay.
Là, dans un appartement, modeste de deux pièces encombré de meubles et de penderies — ce dernier détail a peut-être son importance — est installée, depuis plus d'une année, une famille composée du père, un sexagénaire, ébéniste, de sa belle-sœur qui fut infirmière...

...

Saviez-vous que... ?

Le bureau du Comité du 13e arrondissement du Groupement général des classes moyennes organisa une première réunion de propagande le 6 juillet 1937 au café du Clair de Lune à l'angle de la Place d'Italie et de l'avenue de Choisy.

*
*     *

Le XIIIème devait initialement porter le numéro 20 lors de l'extension de Paris en 1860.

*
*     *

En 1920, on pouvait trouver un avertisseur public d''incendie à l'angle des rues Watt et du Chevaleret ainsi qu'au 31 quai de la Gare.

*
*     *

Félix Faure est le premier Président de la République à avoir visité le 13e arrondissement à l'occasion de l'inauguration du pont de Tolbiac passant au dessus des voies du chemin de fer de la ligne Paris-Orléans. C'était en 1895.

L'image du jour

Le carrefour Italie-Tolbiac dans les années 30