Faits divers

 Sauvés des ténèbres - 1863

Sauvés des ténèbres

Le Siècle — 20 mars 1863

Les romanciers ont souvent effrayé notre imagination en nous racontant les terribles angoisses d'un homme égaré dans les catacombes, errant dans ces immenses solitudes, sans guide, sans lumière, en proie aux horreurs de la faim. Les optimistes n'ont vu dans ces récits émouvants que des scènes à effet qui pouvaient bien avoir lieu autrefois, mais qui aujourd'hui, grâce à la sollicitude de l'administration, ne doivent pas se renouveler.

Plusieurs accidents de ce genre, enregistrés par les journaux, sont malheureusement venus nous démontrer que, malgré toutes les mesures prises par les autorités, il restait encore beaucoup à faire. Ces réflexions nous ont été suggérées par un fait récent qu'on vient de nous communiquer.

Mardi dernier, vers huit heures et demie du matin, le nommé Dumoutier, cocher des omnibus du chemin de fer d'Orléans, se rendait à son service, lorsque, arrivé sur le boulevard de l'Hôpital, près du marché aux chevaux, il aperçut à ses pieds un objet brillant.

Croyant à quelque heureuse trouvaille, il s'approcha et reconnut que cet objet n'était autre que la lame d'un couteau passée à travers les barres d'une de ces trappes ou plaques en fer placées çà et là dans les environs de Paris, et servant à jeter un peu de lumière dans certains carrefours des catacombes.

En se baissant, il entend un peu de bruit et distingue la voix affaiblie d'un homme appelant au secours.

Aussitôt il se précipite chez un marchand de vin du voisinage, et revient accompagné du marchand de vin et d'un ouvrier avec lesquels, à l'aide d'une pince en fer, il soulève la trappe en un instant.

Alors un spectacle émouvant s'offre aux regards de ces trois personnes. Une sorte de puits, dont le fonds se perdait dans l'obscurité, était béant devant eux, et à l'ouverture se tenait cramponné, les mains ensanglantées, la figure bouleversée par la terreur, l'homme qui avait appelé au secours. On le saisit par les bras, on l'enlève ; mais à peine en sûreté, et avant même de remercier ses libérateurs, le malheureux se penche sur le gouffre comme pour y chercher quelque chose.

Avec cet instinct merveilleux qui, en de semblables circonstances, distingue la population parisienne, on devine qu'un autre homme à délivrer doit être là, à une profondeur que les ténèbres ne permettent pas d'apprécier. On apporte des cordes qu’on jette dans le soupirail, et bientôt on en retire un malheureux, plus affaibli encore que le premier.

Après s'être un peu remis, ils racontèrent qu'ils étaient ouvriers carriers. Entrés lundi, vers midi dans les catacombes par la rue du Château-des-Rentiers, au Petit-Ivry, près de la barrière des Deux-Moulins, pour y exécuter quelques travaux, leur lampe s'éteignit, et ils s’aperçurent avec effroi qu'ils n'avaient pas d'allumettes.

Détail d'une planche de l'Atlas souterrain de la ville de Paris exécuté
suivant les ordres de M. le Baron G. E. Haussmann (Edition 1859)
Un trou de service est effectivement porté sur ce plan sur le boulevard de l'Hôpital à la hauteur du marché aux chevaux

Ils avaient essayé de revenir sur leurs pas, mais, s'égarant de plus en plus dans les méandres de ce dédale sans fin, ils avaient erré ainsi au hasard et sans nourriture jusqu'à sept heures et demie du matin.

Alors ils avaient aperçu un peu de jour filtrant à travers l'une de ces trappes dont nous avons parlé. Cette trappe était placée à environ soixante-dix pieds de hauteur.

Celui des deux ouvriers qui avait conservé le plus de sang-froid et de vigueur se cramponna des pieds et des mains aux parois des murs, en grattant avec son couteau les joints des pierres pour y introduire les ongles. — Après des efforts inouïs de courage, il était parvenu jusqu'au sommet, pendant que son camarade, plus affaibli et incapable de le suivre, s'affaissait sur le sol.

Arrivé là, le malheureux avait d'abord cherché, mais inutilement à soulever la trappe à l’aide de son couteau ; puis il en avait énergiquement maintenu la lame en l’air au niveau du pavé, espérant qu'en tournant l'instrument entre ses doigts il attirerait par ce moyen les regards de quelque passant.

C'est grâce à ce signal, en effet, qu'il a été permis de les secourir, de les sauver tous deux.

Ajoutons qu'après avoir apporté dans cette délivrance le plus grand zèle, avoir même ex posé sa vie, le cocher Dumoutier ne voulait même pas donner son nom aux personnes que son dévouement avait profondément touchées.

Le titre a été ajouté. (NdE)

À lire également...

Quartier de la Gare

Treize émeutiers de la Cité Jeanne-d’Arc ont été arrêtés hier matin

1934

Les bagarres de la cité Jeanne-d’Arc et celles d’AlfortviIle, après celles de Mantes démontrent péremptoirement l’existence par noyautages, d’une organisation frénétique dans la région parisienne.

...


Bataille rangée entre consommateurs à la porte d'un café

1939

Éventré d'un coup de couteau, à demi assommé à coups de talon par une femme, un des combattants est enfin jeté sous les roues d'un taxi

...


Avenue des Gobelins

Un cimentier a tenté de tuer sa femme d'un coup de revolver à la tête avenue des Gobelins

1914

Dans un accès de jalousie, un ouvrier cimentier a tenté de tuer sa femme en lui logeant une balle de revolver dans la tête, la nuit dernière, un peu avant minuit, avenue des Gobelins.

...


Boulevard Kellermann

Sur les « fortifs

1894

Un ouvrier charpentier, demeurant rue de Tolbiac, Gustave Fultot, se prenait, hier soir, à la fête du boulevard Kellermann, à l'attirance des charmes d'une sirène du trottoir.

...

Saviez-vous que... ?

L'École Estienne est installée à son emplacement actuel depuis novembre 1889 mais n'a été inaugurée que le 1er juillet 1896 par le président de la République, M. Félix Faure.

*
*     *

Compte tenu d'une croissance importante du nombre des décès accidentels dans Paris depuis la fin des années 1870, des postes de secours furent installés dans plusieurs arrondissements dont l'un se situait sur le Quai d'Austerlitz à l'embouchure du canal de la Bièvre. Ces pavillons étaient munis de couvertures, matelas, boites de secours et matériel approprié au sauvetage des noyés.

*
*     *

Le 21 juillet 1874, il faisait 35° dans le Treizième arrondissement. Des feux de broussailles se déclarèrent rue du Château des Rentiers et avenue d'Ivry, obligeant les habitants du quartier à intervenir à grands renforts de seaux d'eau.

*
*     *

C’est en 1864 que les rue et place de l’Église de la partie de la commune d’Ivry rattachée à Paris pour constituer le quartier de la Gare reçurent le nom de rue et place Jeanne d’Arc. Les noms de Lahire, Xaintrailles et Dunois furent dans le même temps donnés à d’autres voies du quartier.

L'image du jour

Percement de l'avenue des Gobelins (1868)

La vue est prise de la place d'Italie dont on abaisse le niveau de près de deux mètres pour la pente de la nouvelle avenue soit moins forte. La construction métallique à droite, c'est le marché couvert des Gobelins. Il fonctionnera jusqu'à la fin du siècle avant d'être remplacé par le marché Blanqui. Avec l'ouverture de la rue Primatice, le marché couvert sera coupé en deux. La partie côté Gobelins sera démolie ; la partie côté boulevard de l'Hôpital subsistera jusqu'aux années 1970.  ♦