entete


UNE ÉVOCATION DU 13E ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

La rue Edmond Gondinet fut ouverte en 1898 et reçut, en 1899, le nom de ce trop méconnu auteur de comédies qui est aussi l'un des coauteurs du livret de Lakmé, opéra-comique en trois actes créé en 1883, musique de Léo Delibes.


En aout 1939, l'effondrement provoqué des derniers immeubles de la Cité Jeanne d'Arc servit à tester la résistance des abris souterrains conçus par la défense passive.


C'est en 1880 que commencèrent les travaux de construction de la gare de La Glacière-Gentilly sur la petite ceinture parallèlement à ceux de la gare de Grenelle.

menu-nouveautés sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Les étrangleurs des Gobelins - Le Matin — 12 décembre 1894

Les étrangleurs des Gobelins.

Le Matin — 12 décembre 1894

M. Gustave Louridon, marchand de vins, rue du Banquier, 19, rentrait chez lui, la nuit dernière, à une heure du matin.

Soudain, au moment où il sonnait à sa porte, trois individus qui passaient sur le même trottoir se jettent sur lui. En un instant ils lui passent une lanière autour du coup et dépouillent de tout ce qu'il porte dans ses vêtements.

Ms étaient déjà 'loin quand des gardiens de paix survenant le trouvèrent étendu à terre et râlant.

Transporté au poste de police des Gobelins, on put lui faire recouvrer connaissance.

L'état de M, Louridon .est grave.


 Jetée dans le fossé - 1897

Jetée dans le fossé

Le Figaro — 28 juin 1897

Des gardiens de la paix ont trouvé, hier matin, à quatre heures, dans le fossé des fortifications, en face de la rue du Château-des Rentiers, une femme Augustine Jourdan, âgée de trente-huit ans, demeurant avenue d'Italie. Cette femme a dit, d'abord, aux agents qu'elle avait fait une chute accidentelle puis, se ravisant, elle a déclaré qu'elle avait été précipitée dans le fossé par deux hommes et une femme parce qu'elle avait refusé de leur donner l'argent qu'elle avait sur elle.

La femme Jourdan qui se plaignait de vives douleurs internes a été conduite à l'hôpital Cochin.


 La Catastrophe de la rue de Tolb

La Catastrophe de la rue de Tolbiac

Le Gaulois — 22 octobre 1915

Dans la matinée d'hier, le général Galopin, commandant la place de Paris, accompagné de ses officiers d'état-major, est allé visiter les lieux de la catastrophe. Il a été guidé par M. Guillaume, commissaire divisionnaire, et par plusieurs témoins de la catastrophe.

Le général s'est longuement entretenu avec plusieurs rescapées. Il s'est fait longuement expliquer les diverses phases de l'explosion par le directeur de l'usine, M. Billand; dont la grande douleur fait peine à voir. Un jeune ouvrier de l'usine, blessé à la tête, a fait le récit suivant :

— Je sortais faire une course pour un de mes amis quand se produisit l'explosion. Ce fut une détonation épouvantable qui me projeta contre le mur l'usine, en un instant, fut un foyer ardent. J'étais abruti, épouvanté, tout était rouge autour de moi. Je restai quelques secondes sans pouvoir me rendre compte exactement de ce qui venait de se passer.

» Puis, j'entendis des cris de douleur; surtout des cris de femmes et de gosses qui pleuraient en s'enfuyant. Beaucoup de ces malheureux se tenaient la tête à deux mains, butant contre des débris, tombant, puis se relevant, courant encore. À mon tour, sur le point d'être atteint par des flammes, je dus m'enfuir en trébuchant. J'en suis sorti, je ne sais pas comment !

» Je me rappelle encore un détail qui vous prouvera comment cette explosion a provoqué des cas singuliers. La sentinelle, un soldat colonial, causait à l'entrée de l'usine avec une femme et un gardien de la paix. L'explosion se produit, le soldat est projeté dans les airs et son corps va se jucher sur le toit d'une maison voisine ; la femme, elle, est décapitée, son corps est projeté à trois cents mètres de là et va tomber sur la chaussée d'une rue. Par un hasard extraordinaire et heureux, l'agent, renversé seulement, s'est relevé sans une égratignure son képi seul était, en morceaux. »

D'après les derniers renseignements parvenus à la préfecture de police, le bilan, des victimes de la catastrophe s'élèverait cinquante-sept blessés et quarante-cinq morts. Parmi les blessés, six sont soignés à l'hôpital Cochin, trois à l'hôpital de la Croix-Rouge, les autres à l'hôpital de la Pitié.

Parmi les victimes, il faut compter un piquet de garde du 21è d'infanterie coloniale, — six hommes et un caporal — qui tous ont péri dans cette catastrophe.

On ne connaît pas encore la liste des morts dont l'identification sera très difficile pour un grand nombre, à cause de l'état des cadavres. On cite une fillette de l'école située en face de l'usine, qui passait là au moment de l'explosion, et qui fut tuée net. Deux des blessés qui avaient été transportés, l'hôpital de la Croix-Rouge, place des Peupliers, sont morts la nuit dernière.

Les funèbres recherches se sont poursuivies pendant toute la journée d'hier. Les corps ont été transportés la Morgue.

L'étendue et les causes de la catastrophe provoqueront, a-t-on affirmé, un débat au conseil municipal. Deux accidents s'étaient déjà produits dans cette même usine, maintenant disparue, et avaient fait des victimes.

Dans la matinée d'hier, MM. Laurent, préfet de police ; Lescouvé, procureur de la république ; Boucard, juge d'instruction ; les docteurs Socquet et Dervieux, médecins légistes, et M. Mouton, directeur de la police judiciaire, se sont rendus à la Morgue. Il y a là quarante-trois cadavres. Les deux blessés qui ont succombé l'hôpital portent, comme, nous venons de le dire, à quarante-cinq le chiffre des morts. On recherche, en outre, le cadavre du contremaître de l'usine Billand, que M. Delavenne, conseiller municipal, est venu réclamer. Le trouvera-t-on parmi les décombres de l'usine ou bien les restés de l'infortuné doivent-ils être compris parmi les débris humains qui ont été recueillis et non identifiés ? On ne peut se prononcer encore en ce qui le concerne.

À la Morgue, les magistrats ont essayé d'identifier les cadavres pendant que les médecins légistes se livraient à des constatations médicales et rédigeaient leur rapport sur les blessures. La plupart des corps sont horriblement carbonisés et rendus dès lors méconnaissables beaucoup ont été retrouvés presque nus, leurs vêtements ayant brûlé et s'étant réduits en poussière au moment de la relève.

Dans une salle spéciale, où les corps ont été déposes et où trente-quatre cercueils seulement contiennent des corps entiers, — d'autres ne contiennent que des débris — les familles ont été admises à défiler. Six corps ont pu être reconnus. Ce sont ceux de M. Louis Mipot, soldat au 21e colonial, reconnu par son père ; Mme Gilles, née Joséphine Duclos, passage Tolbiac 20, reconnue par son beau-frère et sa sœur ; Mme Roy, rue d'Alembert, reconnue par une voisine ;  Mme Lalande, rue de Clisson 12, reconnue par des voisins, et, enfin, une fillette de treize ans, Blanche Guéhin, rue du Banquier, 40.

Avant de quitter la Morgue, M. Laurent a remis à M. Gayral, commissaire de police du quartier de l'Arsenal, une somme de quinze cents francs, pour être distribuée aux familles des victimes, sans préjudice des sommes qui seront ultérieurement votées par le conseil municipal et qui seront réparties par les soins de Assistance publique. MM. Delanglade et Portaire, commissaires de police, ont été Chargés également de distribuer des secours

L'après-midi, M. Poincaré est allé à l'hôpital de la Pitié, où il a rendu visite aux blessés, auxquels il a distribué, à titre personnel, des secours s'élevant à 5,000 francs.

sans titre 2

Dans la presse

21 octobre

Le Figaro

Terrible explosion - nombreux morts et blessés

Le Petit-Parisien

Une usine explose

Funèbre défilé à la morgue

On recherche les causes de la catastrophe

Liste des blessés

Le Gaulois

Explosion dans une usine

Le Journal

Une catastrophe rue de Tolbiac


22 octobre

Le Figaro

La catastrophe de la rue de Tolbiac

Le Gaulois

La catastrophe de la rue de Tolbiac

Le Petit-Parisien

L'explosion de la rue de Tolbiac : on a une cinquantaine de morts à déplorer

Dernière heure

Le Journal

L'Explosion de la rue de Tolbiac a fait une centaine de victimes

Le Matin

Effroyable explosion dans une usine à Paris

Le Temps

L'explosion de la rue de Tolbiac

Dernières nouvelles


23 octobre

Le Gaulois

L'explosion de la rue de Tolbiac

Le Journal

Au fil des jours (éditorial)

La Catastrophe de la rue de Tolbiac

Le Petit-Parisien

La Catastrophe de la rue de Tolbiac


24 octobre

Le Gaulois

Les victimes de la rue de Tolbiac

Le Petit-Parisien

L'explosion de la rue de Tolbiac

Le Journal

La Catastrophe de la rue de Tolbiac


25 octobre

Le Journal

La Catastrophe de la rue de Tolbiac

Un nouvelle victime

Le Petit-Parisien

La Catastrophe de la rue de Tolbiac

Le Figaro

La Catastrophe de la rue de Tolbiac


26 octobre

Le Journal

Nouvelle reconnaissance

Le Petit-Parisien

La Catastrophe de la rue de Tolbiac


27 octobre

Le Journal

L'aide aux victimes

Les suites judiciaires

Le Petit-Parisien

La Catastrophe de la rue de Tolbiac


28 octobre

La Catastrophe de la rue de Tolbiac


29 octobre

La Catastrophe de la rue de Tolbiac


31 octobre

Le Journal

En banlieue

Le Petit-Parisien

La Catastrophe de la rue de Tolbiac


18 novembre

Le Gaulois

Obsèques des victimes inconnues


21 novembre

Le Petit Parisien

Une requête en faveur des victimes de l'explosion


10 décembre

Le Gaulois

Interpellation du Gouvernement à la Chambre des députés

Le Petit-Parisien

L'interpellation de M. Navarre sur l'explosion de la rue de Tolbiac


L'accident du 23 juillet 1915

Le Petit Parisien

Un mort, cinq blessés


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte