entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

Le 29 juin 1901, la température atteignit 33° à Paris et ce jour là, vers midi, Mme Louise Lesire, âgée de cinquante- deux ans, demeurant 157, rue Jeanne-d’Arc, fut frappée d'insolation, boulevard Saint-Marcel. Elle mourut dans la pharmacie où on l’avait transportée pour lui donner des soins. (Le Figaro - 30 juin 1901)


En 1863, un marché aux chiens se tenait tous les dimanches sur l'emplacement du marché aux chevaux du boulevard de l'hôpital. Il y avait peu de choix.


L'asile Nicolas-Flamel, 71 rue du Château-des-Rentiers, fut inauguré le 18 mai 1889.

menu-nouveautés sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 La « Crème des Gobelins » - 1899

La « Crème des Gobelins »

Le Radical — 10 février 1899

Toto, dit « la Crème des Gobelins », avait pour maitresse une fille qu'on appelait « la Belle » sans plus, comme si, malgré son nez camus, elle représentait l'idéal suprême de la beauté. Un jour, à la fête des Gobelins, il vit « la Belle » payer les chevaux de bois à « Bibi-la-Ripette ». Cela le rendit furieux, et il administra à la fille une correction qui la mit en marmelade.

Le fait a valu, hier, « la Crème des Gobelins », de la part de la dixième chambre correctionnelle, une condamnation à treize mois de prison. C'est la cinquième qui le frappe.


 Le drame de la rue Gandon - 1894

Le drame de la rue Gandon

Le Radical — 3 décembre 1894

Des cris partant d'une maison composée seulement d'un rez-de-chaussée, habité par les époux Jouy, âgés, le mari de cinquante-neuf ans et la femme de cinquante-six, mettaient en émoi ; hier, vers huit heures du soir, les habitants de la rue Gandon.

Quelques-uns se précipitèrent dans le logement et aperçurent M. Jouy, qui est estropié, étendu sans connaissance sur le plancher, portant au crâne une profonde blessure, et Mme Jouy, que son fils Joseph, âgé de dix-huit ans, maintenait sur le sol, la frappant avec rage.

Le misérable qui était ivre, avait eu une discussion avec son père qui lui reprochait de ne jamais travailler. Furieux, il lui avait porté en pleine poitrine un coup de pied qui l'avait fait choir à la renverse, la tête sur l'angle d'une commode.

À ce moment, Mme Jouy étant intervenue, le forcené s'était rué sur elle.

Cet ignoble personnage est au Dépôt.

M. Joux, qui a, en outre, plusieurs côtes brisées, a été transporté, à l'hôpital de la Pitié. Son État est désespéré.


 29 novembre 1870

29 novembre 1870

Journal des débats politiques et littéraires — 30 novembre 1870

Depuis ce matin une foule considérable se dirigeait du côté des diverses portes du sud de Paris, dans l'espoir d'apprendre plus promptement et plus sûrement des nouvelles sur les engagements qui avaient lieu entre nos troupes et l'ennemi soit à Choisy, soit à L'Hay, soit à Chevilly.

Le théâtre des opérations

Mais c'est surtout vers l'avenue d'Italie que les curieux se portaient les voitures d'ambulance s'y croisaient sans désemparer. À partir de une heure, depuis l'ancien boulevard extérieur jusqu'aux fortifications, les piétons encombraient les contre-allées et un grand nombre d'entre eux interceptaient même la route aussitôt qu'on signalait le passage soit d'un militaire, soit d'une voiture d'ambulance revenant de l'extérieur.

À 100 mètres en avant des fortifications, un piquet de gardes nationaux sédentaires intercepte la circulation dans les contre-allées. Sur la route, une haie de gardes nationaux s'efforce de maintenir le public afin de laisser un passage libre pour les voitures d'ambulance.

Tous les véhicules possibles ont été réquisitionnés pour le service des ambulances ainsi, nous voyons passer successivement des voitures de place, des carrioles de blanchisseurs, des tapissières, des omnibus appartenant à la Compagnie générale, aux Compagnies de Lyon ou d'Orléans, des énormes voitures servant ordinairement an transport des sucres, des voitures de déménagement.

Tous les quinze ou vingt mètres, des groupes compactes se forment et s'entretiennent des opérations militaires entreprises cette nuit. Quelques individus se prétendent en mesure de fournir des renseignements exacts sur leur exécution ou sur leurs résultats. Comme toujours, ces renseignements deviennent l'objet de discussions plus ou moins vives, mais certainement oiseuses, puisque aucun de ces orateurs en plein vent ne peut apporter de détail positif sur ce qui s'est passé.

L'ardent désir, du reste bien compréhensible, d'apprendre un résultat favorable pour nos armes, fait que la population écoute plus attentivement les personnes qui donnent de bonnes nouvelles. On considère comme des suspects ceux qui s'aventurent à recommander au public de se tenir également en garde contre les exagérations optimistes ou pessimistes.

De temps à autre des voitures viennent chercher des blessés que l'on avait transportés à l'ambulance établie 143, avenue d'Italie

De temps à autre des voitures viennent chercher des blessés que l'on avait transportés à l'ambulance établie 143, avenue d'Italie, pour les conduire dans l'intérieur de Paris.

Pendant l'après-midi, nous avons vu passer une centaine de soldats de la ligne, blessés.

À l’exception d’une dizaine qui paraissaient avoir reçu des blessures graves, ou du moins qui semblaient accablés par la souffrance, la plupart de ces militaires étaient fort légèrement blessés. Ils répondaient sans difficulté aux questions parfois trop pressantes qu'on leur adressait relativement aux bruits qui couraient sur la prise de Choisy et de L’Haÿ par nos troupes ou sur la reprise de ces localités par l'ennemi. Mais dans ces divers récits il était assez difficile de démêler ce qu'il pouvait y avoir d'exact, car, en résumé, on finissait par apprendre que ces blessés avaient été frappés au début de l'engagement leurs dernières nouvelles se rapportaient à huit heures du matin.

*
*      *

Il est trois heures, l'affluence du public devient plus considérable encore on remarque dans la foule un grand nombre de hauts fonctionnaires, ou une foule de personnes appartenant au monde politique, aux lettres et aux arts, attirés tous par les nouvelles les plus contradictoires qui se sont répandues sur les boulevards et à la Bourse. Nous distinguons MM. J.-J. Weiss, Lambert de Sainte-Croix, Odysse-Barot, Eugène Loudun, Gustave Doré. MM. Blain des Cormiers, Henriquet, juges d'instruction, Vaney et Rossard de Mianville, substituts du procureur de la République.

Les voitures d'ambulance descendent à vide. Les groupes augmentent et se rapprochent.

Si la vérité continue à être difficile à connaître, en revanche les exagérations vont leur train. « Nous avons fait 9,000 prisonniers aux Prussiens ! » dit celui-ci. « Nous avons perdu deux canons, mais nous en avons encloué quarante aux Prussiens », dit un second. — « Vous vous trompez ; un militaire vient de déclarer que l'ennemi avait été obligé d'enclouer lui-même quatre-vingts de ses canons pour nous empêcher de nous en servir » reprend un troisième. « Nous avons Chevilly, L'Hay et Choisy s'écrie un autre. « Mais cela est difficile ! reprend un interlocuteur, car voici deux ouvriers qui ont travaillé avec le génie civil près de Choisy et qui ont vu reprendre Choisy par les Prussiens » « Pardon, hasarde un interrupteur, nos troupes se sont emparées de la gare aux bœufs de Choisy-le-Roi. Je tiens la nouvelle d'un de mes amis ; il fait partie d'un bataillon de la garde nationale qui s'y est installé ce matin. » — « Nous tenons le coteau de Thiais, par conséquent Choisy ne peut manquer d'être pris », suivant un autre. Plusieurs compagnies de francs-tireurs à l'air martial et décidé montent l'avenue d'Italie en chantant, on les accueille par des vivats répétés. Un de leurs capitaines prétend que le gouvernement a reçu d'excellentes nouvelles de l'armée de la Loire.

Bientôt on entend le bruit des clairons et des tambours; on se presse c'est le 55e bataillon de marche de la garde nationale sédentaire qui défile. Chaque homme porte sur le dos ses effets de campement et des munitions pour plusieurs jours.

Le siège de Paris : un bastion

Depuis le matin le bataillon campait dans les plaines de Vitry et s'attendait à faire le coup de feu. Mais il n'a rien vu et n'a pas été engagé. Aucun de ces gardes nationaux ne peut fournir de renseignements sur ce qui s'est passé à Choisy. Ils ont seulement entendu pendant la matinée, au loin, la canonnade et la fusillade.

Ce qu'il y a de certain, c'est que si nos troupes avaient été obligées de se replier, on aurait entendu les canons de nos forts protéger la retraite. Or, depuis midi, les forts du moulin Saquet, de Bicêtre, des Hautes-Bruyères, de Montrouge sont complètement muets.

Il est cinq heures. Nous voyons revenir le 169e et le 249e bataillon de marche de la garde sédentaire. Leur retour est considéré comme un heureux présage ; il semble indiquer que nos troupes sont en nombre suffisant pour garder les positions où elles se trouvent établies. Plusieurs batteries d'artillerie composées de mitrailleuses remontent l'avenue.

Quoique le brouillard tombe et que la nuit commence avenir rapidement, la foule est toujours énorme.

Pendant toute la soirée des groupes nombreux ont stationné dans toutes les grandes voies de communication et sur les boulevards, principalement à côté des kiosques des marchands de journaux. On s'y entretenait toujours, naturellement, des opérations militaires qui ont été commencées aujourd'hui.

P. DAVID.

A lire également

La journée du 30 novembre

sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Une rafle fructueuse - 1895

M. Cochefert, chef de la Sûreté, a, la nuit dernière, jeté un beau coup de filet dans quelques-uns des repaires où grouille la pègre de Paris.

Lire

Les étrangleurs des Gobelins - 1894

La fameuse bande des Étrangleurs des Gobelins dont la presse s'était fort occupée il y a cinq ans, vient de faire de nouveau son apparition dans le treizième arrondissement, où elle paraît vouloir recommencer la série de ses sinistres exploits.

Lire

Singuliers dévaliseurs d'Église - 1895

Hier matin, le curé de la paroisse de Saint-Marcel, venait déclarer à M. Perruche, commissaire de police, que des malfaiteurs s'étaient introduitsdans l’église.

Lire

Les étrangleurs des Gobelins - Trois arrestations - 25 & 26 janvier 1895

Avant-hier soir, à dix heures et demie, un nommé Pierre Gustave, livreur dans un magasin du quai d'Orsay, traversait la place Jeanne d'Arc pour rentrer chez lui, lorsqu'il fut assailli par deux individus qui lui jetèrentune corde autour du cou.

Lire

Menu article

Lu dans la presse...

L’ouverture du chemin de fer de ceinture

Le terrain s'abaisse et la vue s'élargit ; voici le chemin de fer de Sceaux, puis la Glacière, Gentilly et en face une échappée de Paris, puis un coin tranquille, tout champêtre, presque silencieux, où coule la Bièvre, cette rivière parisienne ignorée. (1867)

Lire


Les eaux thermales de la Butte-aux-Cailles

Nous avons pu rencontrer ce matin le sympathique conseiller municipal du treizième arrondissement, M. Henri Rousselle, sur l'initiative de qui les travaux avaient été poursuivis et qui, tout heureux du résultat obtenu, nous a donné sur le puits artésien de la Butte-aux-Cailles les renseignements suivants... (1903)

Lire


Le dispensaire Emile-Loubet

Le quartier de la Gare était en fête hier, et la population de travailleurs qui l'habite a chaleureusement manifesté au Président de la République les sentiments de gratitude qu'elle nourrit à son égard pour la nouvelle preuve de sollicitude qu'il vient de lui donner en faisant édifier l'établissement philanthropique qui portera désormais son nom. (1905)

Lire


Trois îlots à détruire d'urgence

Avant que d'être un égout, la Bièvre, semblable en cela à tant d'autres cours d'eau avait eu ses caprices, et avait formé, entre ce qui est maintenant le boulevard Arago et l'avenue des Gobelins, un îlot coquet, au milieu duquel poussait, au hasard des apports du vent, une flore des plus variées. (1923)

Lire


L'inauguration du monument aux Mères Françaises

En présence de M. et Mme Albert Lebrun a été inauguré hier, boulevard Kellermann, près de la porte d’Italie, le monument élevé à la gloire des mères françaises, œuvre des sculpteurs Bouchard et Dalcatone et des architectes Greber et Bigot. (1938)

Lire


Une nouvelle église paroissiale à Paris

Le quartier populeux de la Maison-Blanche, dans le treizième arrondissement, était hier en fête. (1900)

Lire


La piscine de la Butte-aux-Cailles sera le type des piscines futures

D'une architecture utilitaire, le bâtiment accolé aux bains-douches, place Paul-Verlaine, aura son entrée spéciale conduisant à trois étages de 50 cabines chacun. Chaque étage aura sa couleur particulière, à laquelle répondront les couleurs des caleçons. (1921)

Lire


Un syndicat d'indigents

La cour des Miracles était hier soir en grand émoi ; elle avait transporté cahin-caha, béquillant et gesticulant, ses pénates dans le quartier de la Gare, rue Nationale, tout là-bas, au bout de Paris, près de la barrière d'Italie. Il faut dire que le 13° arrondissement a un maire, M. Thomas, « qui fait des économies sur les fonds alloués par la Ville au service de bienfaisance, et qui, cette année, a rendu 50,000 francs à l'Assistance publique ». (1897)

Lire


L'épidémie de la Maison-Blanche

Au moment où le service de statistique municipale constatait avec satisfaction une décroissance notable de la mortalité dans Paris, une épidémie éclatait dans un quartier excentrique et y jetait l'effroi. Le quartier contaminé est celui de la Maison-Blanche, situé dans le treizième arrondissement, sur les bords de la Bièvre. (1890)

Lire


La reconstruction des Gobelins

Il paraît décidé qu'on conservera pieusement les ruines de la Cour des Comptes, comme souvenir de 1871. Mais il est un autre monument, également ruiné par la Commune et dont la vue séduit beaucoup moins : la façade de la manufacture des Gobelins « provisoirement » remplacée par une construction en platras et une palissade en planches. (1891)

Lire


Sauvons les Gobelins !

Dans la pénurie lamentable des crédits affectés aux beaux arts, le budget des Gobelins est peut-être le plus précaire. (1912)

Lire


La voiture de la Mie de Pain

Souvent nous avons parlé de cette gentille œuvre la Mie de Pain, qui a rendu depuis six ans de si grands services aux pauvres de la Maison-Blanche. (1897)

Lire


Les travaux à réaliser dans le XIIIè

La revue "Les Annales industrielles" a dressé la liste des travaux de voirie à réaliser dans le XIIIè arrondissement (1893)

Lire


Les prochains grands travaux de Paris

Sur l'emprunt de 900 millions, dont la majeure partie doit servir à exécuter dans Paris de grands travaux de voirie (ce qui n'exclut pas ceux qui ont été décidés antérieurement à l'adoption de ce vaste plan de campagne), les quatre quartiers du treizième arrondissement auront une assez forte part. (1910)

Lire


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte