entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

Le 29 juin 1901, la température atteignit 33° à Paris et ce jour là, vers midi, Mme Louise Lesire, âgée de cinquante- deux ans, demeurant 157, rue Jeanne-d’Arc, fut frappée d'insolation, boulevard Saint-Marcel. Elle mourut dans la pharmacie où on l’avait transportée pour lui donner des soins. (Le Figaro - 30 juin 1901)


10.000 voitures passaient par journée de 24 heures sur le Pont d'Austerlitz au début des années 1880. Les omnibus sont naturellement compris dans ce nombre.


L'asile Nicolas-Flamel, 71 rue du Château-des-Rentiers, fut inauguré le 18 mai 1889.

menu-nouveautés sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 A bon chat… - 1923

A bon chat…

Paris-Soir — 9 octobre 1923

Mme veuve Pestre, 55 ans, 16, avenue des Gobelins s’est présentée au commissariat du quartier Croulebarbe et a déclaré qu’elle avait été griffée aux jambes et mordue à la main par un chat qui se trouvait devant une boulangerie, 26, avenue des Gobelins. On abattra sans doute le minet si on le retrouve.


 Un fiacre dans un chantier - Quatre blessés - 1909

Un fiacre dans un chantier - Quatre blessés

Le Journal 20 janvier 1909

Un fiacre conduit par le cocher Henri Terrier, demeurant 13, rue Barrault, et dans lequel avaient pris place M. Paul Frébault. infirmier, 10, impasse Damesme ; Mme Marie Fournier, soixante-quatre ans, 88, rue de la Voie-Verte, et Mlle Angèle Leconte, 4 bis, rue Ernest-Cresson, a été se jeter, l'autre nuit, .dans un chantier  non éclairé de la rue Martin-Bernard.

La voiture renversa et ses trois voyageurs, ainsi que le cocher. ont eu plus ou moins à souffrir de la terrible chute. Les blessés, après avoir reçu des soins dans une, pharmacie voisine, ont été reconduits leurs domiciles respectifs.

M. Delanglade commissaire de police du quartier  de la Maison Blanche a ouvert une enquête sur ce bizarre accident.


 29 novembre 1870

29 novembre 1870

Journal des débats politiques et littéraires — 30 novembre 1870

Depuis ce matin une foule considérable se dirigeait du côté des diverses portes du sud de Paris, dans l'espoir d'apprendre plus promptement et plus sûrement des nouvelles sur les engagements qui avaient lieu entre nos troupes et l'ennemi soit à Choisy, soit à L'Hay, soit à Chevilly.

Le théâtre des opérations

Mais c'est surtout vers l'avenue d'Italie que les curieux se portaient les voitures d'ambulance s'y croisaient sans désemparer. À partir de une heure, depuis l'ancien boulevard extérieur jusqu'aux fortifications, les piétons encombraient les contre-allées et un grand nombre d'entre eux interceptaient même la route aussitôt qu'on signalait le passage soit d'un militaire, soit d'une voiture d'ambulance revenant de l'extérieur.

À 100 mètres en avant des fortifications, un piquet de gardes nationaux sédentaires intercepte la circulation dans les contre-allées. Sur la route, une haie de gardes nationaux s'efforce de maintenir le public afin de laisser un passage libre pour les voitures d'ambulance.

Tous les véhicules possibles ont été réquisitionnés pour le service des ambulances ainsi, nous voyons passer successivement des voitures de place, des carrioles de blanchisseurs, des tapissières, des omnibus appartenant à la Compagnie générale, aux Compagnies de Lyon ou d'Orléans, des énormes voitures servant ordinairement an transport des sucres, des voitures de déménagement.

Tous les quinze ou vingt mètres, des groupes compactes se forment et s'entretiennent des opérations militaires entreprises cette nuit. Quelques individus se prétendent en mesure de fournir des renseignements exacts sur leur exécution ou sur leurs résultats. Comme toujours, ces renseignements deviennent l'objet de discussions plus ou moins vives, mais certainement oiseuses, puisque aucun de ces orateurs en plein vent ne peut apporter de détail positif sur ce qui s'est passé.

L'ardent désir, du reste bien compréhensible, d'apprendre un résultat favorable pour nos armes, fait que la population écoute plus attentivement les personnes qui donnent de bonnes nouvelles. On considère comme des suspects ceux qui s'aventurent à recommander au public de se tenir également en garde contre les exagérations optimistes ou pessimistes.

De temps à autre des voitures viennent chercher des blessés que l'on avait transportés à l'ambulance établie 143, avenue d'Italie

De temps à autre des voitures viennent chercher des blessés que l'on avait transportés à l'ambulance établie 143, avenue d'Italie, pour les conduire dans l'intérieur de Paris.

Pendant l'après-midi, nous avons vu passer une centaine de soldats de la ligne, blessés.

À l’exception d’une dizaine qui paraissaient avoir reçu des blessures graves, ou du moins qui semblaient accablés par la souffrance, la plupart de ces militaires étaient fort légèrement blessés. Ils répondaient sans difficulté aux questions parfois trop pressantes qu'on leur adressait relativement aux bruits qui couraient sur la prise de Choisy et de L’Haÿ par nos troupes ou sur la reprise de ces localités par l'ennemi. Mais dans ces divers récits il était assez difficile de démêler ce qu'il pouvait y avoir d'exact, car, en résumé, on finissait par apprendre que ces blessés avaient été frappés au début de l'engagement leurs dernières nouvelles se rapportaient à huit heures du matin.

*
*      *

Il est trois heures, l'affluence du public devient plus considérable encore on remarque dans la foule un grand nombre de hauts fonctionnaires, ou une foule de personnes appartenant au monde politique, aux lettres et aux arts, attirés tous par les nouvelles les plus contradictoires qui se sont répandues sur les boulevards et à la Bourse. Nous distinguons MM. J.-J. Weiss, Lambert de Sainte-Croix, Odysse-Barot, Eugène Loudun, Gustave Doré. MM. Blain des Cormiers, Henriquet, juges d'instruction, Vaney et Rossard de Mianville, substituts du procureur de la République.

Les voitures d'ambulance descendent à vide. Les groupes augmentent et se rapprochent.

Si la vérité continue à être difficile à connaître, en revanche les exagérations vont leur train. « Nous avons fait 9,000 prisonniers aux Prussiens ! » dit celui-ci. « Nous avons perdu deux canons, mais nous en avons encloué quarante aux Prussiens », dit un second. — « Vous vous trompez ; un militaire vient de déclarer que l'ennemi avait été obligé d'enclouer lui-même quatre-vingts de ses canons pour nous empêcher de nous en servir » reprend un troisième. « Nous avons Chevilly, L'Hay et Choisy s'écrie un autre. « Mais cela est difficile ! reprend un interlocuteur, car voici deux ouvriers qui ont travaillé avec le génie civil près de Choisy et qui ont vu reprendre Choisy par les Prussiens » « Pardon, hasarde un interrupteur, nos troupes se sont emparées de la gare aux bœufs de Choisy-le-Roi. Je tiens la nouvelle d'un de mes amis ; il fait partie d'un bataillon de la garde nationale qui s'y est installé ce matin. » — « Nous tenons le coteau de Thiais, par conséquent Choisy ne peut manquer d'être pris », suivant un autre. Plusieurs compagnies de francs-tireurs à l'air martial et décidé montent l'avenue d'Italie en chantant, on les accueille par des vivats répétés. Un de leurs capitaines prétend que le gouvernement a reçu d'excellentes nouvelles de l'armée de la Loire.

Bientôt on entend le bruit des clairons et des tambours; on se presse c'est le 55e bataillon de marche de la garde nationale sédentaire qui défile. Chaque homme porte sur le dos ses effets de campement et des munitions pour plusieurs jours.

Le siège de Paris : un bastion

Depuis le matin le bataillon campait dans les plaines de Vitry et s'attendait à faire le coup de feu. Mais il n'a rien vu et n'a pas été engagé. Aucun de ces gardes nationaux ne peut fournir de renseignements sur ce qui s'est passé à Choisy. Ils ont seulement entendu pendant la matinée, au loin, la canonnade et la fusillade.

Ce qu'il y a de certain, c'est que si nos troupes avaient été obligées de se replier, on aurait entendu les canons de nos forts protéger la retraite. Or, depuis midi, les forts du moulin Saquet, de Bicêtre, des Hautes-Bruyères, de Montrouge sont complètement muets.

Il est cinq heures. Nous voyons revenir le 169e et le 249e bataillon de marche de la garde sédentaire. Leur retour est considéré comme un heureux présage ; il semble indiquer que nos troupes sont en nombre suffisant pour garder les positions où elles se trouvent établies. Plusieurs batteries d'artillerie composées de mitrailleuses remontent l'avenue.

Quoique le brouillard tombe et que la nuit commence avenir rapidement, la foule est toujours énorme.

Pendant toute la soirée des groupes nombreux ont stationné dans toutes les grandes voies de communication et sur les boulevards, principalement à côté des kiosques des marchands de journaux. On s'y entretenait toujours, naturellement, des opérations militaires qui ont été commencées aujourd'hui.

P. DAVID.

A lire également

La journée du 30 novembre

sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Un scélérat - 1896

Un nommé Alexis Fellion, âgé de trente-six ans, ouvrier corroyeur, avait fait la connaissance, il y trois mois environ, d'une jeune ouvrière mégissière avec laquelle il se mit en ménage. Ils demeuraient rue du Champ-de-l'Alouette.

Lire

En sortant du théâtre. - 1903

En sortant du théâtre, hier soir, un négociant du quartier des Gobelins, M. Léon Xavier, accompagné de sa femme, entrait dans un café du boulevard Saint-Marcel et entamait, avec un ami, une partie de jacquet.

Lire

Un drame sur un échafaudage. - 1903

Installé sur l'échafaudage d'une maison en construction, boulevard de la Gare, un ouvrier maçon sifflotait Carmen, son air favori...

Lire

Le drame de la rue Barrault - 1893

Au numéro 10 de la rue Barrault, dans un petit logement situé au troisième étage, une jeune femme de vingt-six ans, Mme Louise Breton, née Devrot, a tenté de se tuer avec son enfant.

Lire

Menu article

Lu dans la presse...

L'aménagement du XIIIè arrondissement

Les grands percements ne font point défaut au XIIIe arrondissement; on peut même dire que l'importance des voies dont il est sillonné est hors de proportion avec les ressources et les mœurs de la population qui l'habite. L'administration municipale n'a donc que peu de chose à faire pour compléter son œuvre au point de vue de la viabilité. (1869)

Lire


Au treizième arrondissement

Rue du Moulin-des-Prés, treizième arrondissement, quartier de la Maison-Blanche, il a été ouvert, il y a un certain temps, une immense décharge, en vue de remblayer la vallée de la Bièvre. Dans cette décharge ont été apportées toutes sortes d'immondices. On y a même apporté des terres provenant de cimetières... (1890)

Lire


A propos de l'inauguration du puits artésien de la Butte-aux-Cailles

Tandis que Paris se trouve condamné à boire de l'eau contaminée, on a accueilli, avec bonheur, la nouvelle de l'inauguration du fameux puits artésien de la Butte aux Cailles.
La chose vaut qu'on s'y arrête, car il ne s'agit pas de moins de dix mille mètres cubes, ou de dix millions de litres d'eau pure qui vont être donnés, chaque jour, aux Parisiens. Par ces temps de fièvre typhoïde, d'eau de Seine filtrée, voire non filtrée, ce n'est pas là quantité négligeable. (1904)

Lire


Les grands travaux de l’édilité parisienne

Dans le XIIIe arrondissement, quartier de la Butte-aux-Cailles, c'est toujours de la grande voie de transit que l'on s'occupe. (1877)

Lire


L'épidémie de la Maison-Blanche.

Malgré les défenses qui leur sont faites et avec l'insouciance de leur âge, les enfants du quartier s'introduisent actuellement dans la décharge et ils s'y amusent avec les fémurs et les tibias qu'ils découvrent à chaque pas. (1890)

Lire


La Peste

La Bièvre est un ruisseau tout noir
Qui sent comme un goût d'urinoir…

chantait ce pauvre Rivoire, qui chantait si lugubrement la triste épopée d'un grelotteux de la Glacière. (1890)

Lire


L’épidémie de la Bièvre

Nous sommes retournés hier soir aux abords du charnier de la Bièvre.
Voici les nouveaux renseignements que nous y avons recueillis. (1890)

Lire


Le plan d'assainissement du quartier Maison-Blanche

Il existe dans le XIIIe arrondissement (quartier de la Maison-Blanche), un immense quadrilatère de plus de 60 hectares de superficie, qui laisse presque tout à désirer sous le rapport des communications et de la salubrité. (1881)

Lire


La Butte-aux-Cailles

Situé sur les confins du XIVe et du XIIIe arrondissement, l'ancien quartier de la Glacière est, ou plutôt était, il y a peu de temps, un des côtés les plus curieux du nouveau Paris. Las deux bras de la Bièvre s'enchevêtrant, à peine ombragés par quelques maigres peupliers, dans les replis escarpés de la Butte-aux-Cailles. (1877)

Lire


Enquête publique sur les projets de voiries intéressant les 13e et 14 arrondissements

Une enquête est ouverte, pendant quinze jours consécutifs, à partir d'aujourd'hui, aux mairies des 13e et 14e arrondissements, sur divers projets de voirie intéressant cette partie annexe de la capitale. A l'appui des plans déposés, l'administration a joint une légende explicative, dont nous reproduisons les termes. (1863)

Lire


Les nouvelles places de Paris

On s'occupe en ce moment de la régularisation et de la décoration de douze places principales, établies sur remplacement d'anciennes barrières supprimées. (1866)

Lire


Travaux parisiens

Les anciens boulevards extérieurs de la rive gauche sont, depuis plusieurs mois, l'objet de travaux analogues à ceux qui ont été entrepris sur les boulevards de la rive droite. Ces travaux ont trait à la zone comprise entre le pont de Bercy et la place de l'ex-barrière d'Enfer. (1863)

Lire


Un syndicat d'indigents

La cour des Miracles était hier soir en grand émoi ; elle avait transporté cahin-caha, béquillant et gesticulant, ses pénates dans le quartier de la Gare, rue Nationale, tout là-bas, au bout de Paris, près de la barrière d'Italie. Il faut dire que le 13° arrondissement a un maire, M. Thomas, « qui fait des économies sur les fonds alloués par la Ville au service de bienfaisance, et qui, cette année, a rendu 50,000 francs à l'Assistance publique ». (1897)

Lire


L'épidémie de la Maison-Blanche

Au moment où le service de statistique municipale constatait avec satisfaction une décroissance notable de la mortalité dans Paris, une épidémie éclatait dans un quartier excentrique et y jetait l'effroi. Le quartier contaminé est celui de la Maison-Blanche, situé dans le treizième arrondissement, sur les bords de la Bièvre. (1890)

Lire


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte