Dans la presse...



L’Ecole des Arts-et-Métiers de Paris

Le Journal — 11 octobre 1912

Après un demi-siècle d'études et de projets, l'Ecole va s'ouvrir
M. Fernand David en a ainsi décidé

Lundi prochain, 14 octobre, l'Ecole des Arts et Métiers ouvrira ses portes. C'est là une victoire due, pour une large part, à la sollicitude agissante de M. Fernand David.

Ecole Nationale d'arts et métiers de Paris - Façade principale, boulevard de l'Hôpital

Le ministre du commerce eut la chance de pouvoir triompher des derniers obstacles et de précipiter la réalisation. Visitant lui-même les travaux, boulevard de l'Hôpital, activant les formalités innombrables, il a pu — aidé, d'ailleurs, dans sa tâche ingrate par l'administration départementale et municipale — mettre l'Ecole en état de recevoir, dans quelques jours, la première année des jeunes élèves de la région de Paris. La première initiative du grand projet, qui aboutit aujourd'hui, appartient au Conseil général de la Seine, qui émettait en 1871 le vœu qu'il fût créé à Paris une École d'arts et métiers, analogue aux trois écoles déjà existantes de Châlons, Angers et Aix.

Après une longue série de démarches et de négociations, un accord intervint entre la Ville, le Département et l'Etat, et, sur un rapport de M. Chautard, les fonds nécessaires à la création de l'Ecole, furent votés en 1904.

On a voulu faire, et on a fait, sur un vaste terrain, une école qui réalise les meilleures conditions hygiéniques et techniques. L'établissement est superbement aéré et éclairé ; tous les progrès, modernes, en matière de construction scolaire, y ont été réunis ; les ateliers, qui forment, en réalité, une agglomération de petites usines diverses, sont munis de tous les dispositifs techniques nécessaires à des démonstrations complètes. Il est d'ores et déjà certain que l'Ecole des arts et métiers de Paris sera un modèle et pourra soutenir la comparaison avec tous les établissements similaires étrangers,

Ecole Nationale d'arts et métiers de Paris - boulevard de l'Hôpital

A la différence des écoles de province, celle de Paris sera externat, mais les élèves devront prendre à l'école le repas de midi.

En outre, il y aura à Paris une quatrième année complémentaire, destinée à l'élite des six écoles d'arts et métiers de France. La direction de cet, établissement modèle a été confiée à un spécialiste des plus distingués, M. Corre, qui donna magistralement sa mesure à la direction de l'Ecole de Lille.


A lire également

Une nouvelle école des arts et Métiers (1903)

L'Ecole des arts et métiers (1908)

Ouverture de l'École des Arts et Métiers de Paris (1912)

Vu dans la presse...

La crue persiste

Au service hydrométrique, on escompte la cote de 5m.20 à Paris-Austerlitz d'ici à lundi matin et on espère qu'elle ne sera pas sensiblement dépassée. (1910)

Lire

L'assainissement de la Bièvre

Le préfet de la Seine a déclaré d'utilité publique l'assainissement de la vallée de la Bièvre aux abords de la rue du Moulin-des-Prés. (1897)

Lire

Une inondation boulevard Kellermann

Dans la soirée d'hier, vers six heures et demie, une conduite d'eau passant à la poterne des Peupliers, près du boulevard Kellermann, dans le treizième arrondissement, s'est rompue brusquement. (1912)

Lire

Mort de M. Ernest Rousselle

Ainsi que nous le faisions pressentir, M. Rousselle, conseiller municipal du quartier de la Maison-Blanche (treizième arrondissement), président du conseil municipal de Paris, a succombé hier matin à la maladie qui, depuis un certain temps, le tenait éloigné de l'Hôtel de Ville. (1896)

Lire

Saviez-vous que... ?

Dans la nuit du 5 avril 1579, la Bièvre provoqua de si graves dévastations que le peuple appela cette inondation le « déluge de saint Marcel ».

*
*     *

En 1929, il y avait une maison de tolérance au 9 du boulevard Blanqui.

*
*     *

Edmond Gondinet (7 mars 1828, Laurière – 19 novembre 1888, Neuilly-sur-Seine) dont une rue du 13ème arrondissement porte le nom était un auteur de théâtre qui fit jouer sur les scènes parisiennes une quarantaine de pièces.
On lui doit notamment "Le Plus Heureux des trois" en collaboration avec Eugène Labiche.

*
*     *

Le 9 juin 1977, une jeune fille, tout en larmes, déclarait, à huit heures du soir, qu'un enfant venait de tomber dans un puits à découvert, sur un terrain entouré de planches, appartenant à la Ville, et situé rue de Patay et de Tolbiac.
Immédiatement, on prévint les sapeurs-pompiers du poste de la rue du Château-des-Rentiers. Sans perdre un instant, ceux-ci se rendirent au puits fatal. Le caporal y descendit, et en revient avec deux chiens vivants.

L'image du jour

Le boulevard de la Gare (Vincent Auriol) vers la rue Jenner