Faits divers

 Les mésaventures de la Goulue - 1901

Les mésaventures de la Goulue

La Tribune de l’Aube — 2 décembre 1901

On se rappelle que la Goulue, cette danseuse du Moulin-Rouge devenue dompteuse, épousa, il y a dix-huit mois environ, un jeune dompteur, nommé José, avec qui elle vint l’année dernière à la foire Saint-Romain. Or, la Goulue a des malheurs conjugaux et elle va, dit-on, demander le divorce. Elle aurait pris cette grave détermination à la suite d’une vive discussion qu’elle eut, jeudi soir, avec son mari. Voici dans quelles circonstances :

La ménagerie de Mme José est actuellement installée au carrefour des Quatre-Chemins, à Aubervilliers. La fête foraine tirant à sa fin, José et sa femme décidèrent d’aller, en phaéton, aux Gobelins, afin de choisir un emplacement pour s’y installer lors de la fête de ce quartier.

C’est en revenant de la place d’Italie que la discussion éclata entre les deux époux. À un moment donné, la Goulue poussa des cris et tomba à terre, tandis que José, cinglant vigoureusement Cocotte, disparaissait.

Très vexée de ce qui venait d’arriver — on l’eût été à moins — la dompteuse ne rentra pas à la roulotte conjugale et alla demander l'hospitalité à une de ses amies, chez qui elle passa la nuit.

Quand, vendredi matin, elle arriva à Aubervilliers, elle constata que son domicile ambulant avait disparu.

Dès l’aube, le dompteur avait fait atteler la roulotte et était parti en avertissant le personnel de la ménagerie qu’il reviendrait bientôt chercher le reste du bazar.

Sans perdre un instant, la Goulue courut chez le commissaire de police du quartier, à qui elle raconta son histoire. Ce magistrat a posté un agent pour empêcher cet enlèvement des bêtes féroces.



Sur la Goulue

Faits-divers

La fin de la Goulue vue par Élie Richard dans La Tournée (1930)

À lire également...

Précoces Criminels

1895

Une tentative criminelle que ne renieraient pas des scélérats endurcis a été commise par trois gamins de douze à treize ans contre un autre enfant, le jeune Lucien Delagne, âgé de douze ans, écolier, demeurant chez ses parents, honnêtes ouvriers, rue du Champ-de-l’Alouette.

...


Un rôti de chien enragé

1873

On sait peut-être que la cité Doré, près de l’ancienne barrière des Deux-Moulins, est un quartier composé de cahutes singulières, habitées par des chiffonniers. Quartier modèle s'il en fut... Sa population tient à ce que tout s'y passe pour le mieux, à ce que rien ne vienne entacher la réputation d'esprit pacifique...

...


Encore l’assistance !

1896

Un de nos confrères du matin raconte qu'un nommé Henri Franck serait mort dans un chauffoir de la rue Rubens, après s'être vu refuser l'entrée de l'Hôtel-Dieu.

...


rue Nationale

L'Éboulement de la rue Nationale

1879

Le malheureux Ladame est mort.
Hier matin, samedi, à dix heures, les ouvriers qui travaillaient en haut du puits découvrirent les pieds de la victime. On appela, on cria : point de réponse. Le pauvre homme avait été étouffé.

...

Saviez-vous que... ?

L'avenue de la Sœur Rosalie constitue l'embryon d'un boulevard qui devait faire pendant au boulevard de l'Hôpital et relier la Place d'Italie au boulevard de Port-Royal aux abords de la rue Saint-Jacques et du Val-de-Grace.

*
*     *

Le moulin de Croulebarbe qui disparut en 1840, avait une existence attestée depuis 1214.

*
*     *

Le passage souterrain de la porte d'Italie fut inauguré le vendredi 26 juin 1936 par la Municipalité de Paris en présence de M. Marx Dormoy; sous-secrétaire d'État à la présidence du Conseil.

*
*     *

En 1901, M. et Mme S..., marchands de beurre, habitaient 101, rue de Patay, un petit pavillon isolé.
Devant était un minuscule jardinet, sur les côtés un hangar, et, dans le fond, une remise et des écuries avec un mur de clôture séparant la propriété d’un terrain vague ayant vue sur la rue Albert et sur lequel on élèvait une maison, encore en construction.

L'image du jour

rue Nationale - Quartier de la Gare