Faits divers

 À propos d'anarchie - 1896

À propos d'anarchie

Le Journal — 14 juin 1896

 

La rue du Moulin-des-Prés non loin de l'angle de la rue Gérard

La théorie anarchiste ne semble pas avoir de bien fervents adeptes en les habitants des rues Gérard et du Moulin-des-Prés, dans le treizième arrondissement. La preuve en est que quelques-uns d'entre eux, qui réunis discouraient sur l'explosion du boulevard Haussmann, ont fait passer un fort mauvais quart d'heure à un énergumène qui par conviction ou en manière de paradoxe, faisait une apologie ampoulée de la propagande par le fait.

Quelqu'un de bon sens voulut faire observer à l'orateur qu'une bombe n'était pas un argument et frappait généralement des gens qui n'étaient pour rien dans notre organisation sociale.

« — Vous êtes tous des lâches et des imbéciles, s'écriait alors l'inconnu ; vous mériteriez bien d'être réduits en miettes.

» Vive l'anarchie ! Mort aux bourgeois ! continuait l'énergumène. Vous sauterez tous ! Je m'en charge. »

Un rassemblement considérable s'était formé ; les dernières menaces de l'anarchiste avaient surtout soulevé la colère de la foule.

« —A mort ! à mort ! » criait-on de toutes parts.

Et la foule, se surexcitant en criant, se mit en mesure, tout comme en la libre Amérique, de lyncher l'anarchiste.

Cette décision impromptue avait déjà reçu un commencement d'exécution quand M. Lilmann, sténographe à la Chambre, qui passait à ce moment, s'interposa et proposa de livrer le condamné à la justice régulière.

En conséquence, l'anarchiste dont le visage était inondé de sang et qui avait reçu de graves contusions, a été conduit au poste où M. Rocher, Commissaire de police, a procédé à son interrogatoire.

Cet individu a déclaré se nommer Alphonse Bargot, âgé de trente-huit ans, demeurant rue Traversière ; mais il a refusé de donner des explications.

— J'ai dit ce que je pense, a-t-il répondu au magistrat ; je refuse de répondre aux questions des policiers.

En présence de l'attitude du prisonnier, le commissaire l'a fait écrouer au Dépôt.

À lire également...

Crue de la Bièvre

1881

A propos des affluents de la Seine, disons que l'un des plus modestes d'entre eux, la petite rivière de la Bièvre, se paye le luxe d'une inondation aux portes de Paris.

...


Le drame de l'avenue de Choisy

1888

Les locataires d'un hôtel situé au n°33 de l'avenue de Choisy étaient réveillés, la nuit dernière, par les plaintes d'une femme.

...


Le crime de la Cité Jeanne d'Arc

1907

L'homme qui, la veille, avait étranglé, cité Jeanne-d'Arc, le journalier Jean Guérineau, a consenti à dévoiler enfin son identité.

...


Quartier de la Maison-Blanche

L’empoisonneur de la rue Cacheux : ordonnance de non-lieu

1896

M. Lemercier, juge d'instruction, vient de rendre une ordonnance de non-lieu en faveur de Lemaire, le vieillard habitant rue Cacheux...

...

Saviez-vous que... ?

L'avenue de la Sœur Rosalie constitue l'embryon d'un boulevard qui devait faire pendant au boulevard de l'Hôpital et relier la Place d'Italie au boulevard de Port-Royal aux abords de la rue Saint-Jacques et du Val-de-Grace.

*
*     *

La rue Henri Pape s'appelait jusqu'en 1897, rue Edmond-Valentin

*
*     *

Le pont de Tolbiac franchissant les voies de chemin de fer de la compagnie d'Orléans avait été inauguré le 15 juillet 1895 en présence du Président de la République, M. Félix Faure, qui, à cette occasion, dit quelques mots aimables.
Ce pont entièrement métallique, mis à part la chaussée, mesurait 162 mètres de longueur en trois travées de 51 mètres, 60 et 51 mètres.

*
*     *

Félix Faure est le premier Président de la République à avoir visité le 13e arrondissement à l'occasion de l'inauguration du pont de Tolbiac passant au dessus des voies du chemin de fer de la ligne Paris-Orléans. C'était en 1895.

L'image du jour

rue Nationale - Quartier de la Gare