Faits divers

 Le meurtre de la rue Harvey - 1895

Le meurtre de la rue Harvey

La Presse — 7 janvier 1895

Il y a quelques mois, un ménage irrégulier, comme il en existe beaucoup à Paris, venait s'établir au numéro 95 de la rue Harvey, une petite voie du treizième arrondissement, qui va de la rue Nationale à la rue du Château-des-Rentiers.

La femme, une nommée Élisa Carré, âgée de trente-sept ans, conquit tout de suite l'amitié et l'estime de ses voisins.

Intelligente et laborieuse, on la plaignait d'autant plus dans le quartier que son amant Fulgence Boudon, de cinq ans plus âgé qu'elle, était son antithèse morale.

Ivrogne, débauché et violent, on redoutait toujours que, dans une des scènes nombreuses dont il émaillait l'existence de sa maîtresse, il ne se laissât emporter par la colère et ne frappât la pauvre femme.

Hélas ces craintes étaient bien justifiées.

Ce matin, après avoir passé la nuit en libations copieuses, Fulgence Boudon rentrait au domicile commun et annonçait qu’il avait dépensé complètement sa paie et qu'il avait besoin d'argent.

La malheureuse femme lui reprocha, doucement sa conduite et le supplia de rester couché. Mais l'ivrogne prit mal la remontrance et s'emporta, en violentes injures.

Voyant qu'on ne lui répondait point, fou de rage et d'alcool, il s'empara tout à coup d'un couteau de cuisine et se précipita, sur sa maitresse.

La malheureuse poussa un cri terrible. La lame venait de la frapper en plein ventre, lui faisant une horrible blessure par où le sang s'échappait à flots.

Les voisins, déjà mis en éveil par les éclats de voix, se précipitèrent dans le logement et s'emparèrent du meurtrier qui, épouvanté, se laissa, emmener sans résistance chez M. Siadoux, commissaire de police du quartier, qui a procédé à un premier interrogatoire.

Pendant ce temps, on envoyait chercher un médecin et on prodiguait des soins à la blessée.

Mais tout fut vain et le médecin ne put, à son arrivée, que constater le décès. Le couteau avait traversé l'abdomen et perforé les intestins.

Le cadavre a été emporté dans la soirée à la Morgue, pour être soumis aux fins d'autopsie.

Quant au meurtrier, que les voisins voûtaient lyncher, il a été envoyé au Dépôt.


A lire également

Un mari qui tue sa femme - 1897

À lire également...

Une rafle fructueuse

1895

M. Cochefert, chef de la Sûreté, a, la nuit dernière, jeté un beau coup de filet dans quelques-uns des repaires où grouille la pègre de Paris.

...


Une cartomancienne assassine son ami

1921

En cette pittoresque cité Jeanne-d'Arc, 166 bis rue Nationale, où gitent tant de laborieux chiffonniers, était, il y a quelque temps, venu se fixer un couple, assez mal assorti du reste, sur l'existence duquel on manque, pour l'instant, de renseignements.

...


Quartier de la Gare

Le crime de la Cité Jeanne d'Arc

1907

Un inconnu abordait, hier soir, vers quatre heures trois quarts, dans la rue Nationale, le sous-brigadier des gardiens de la paix Honoré Mariton, du treizième arrondissement, et lui déclarait : Je viens de tuer un homme qui m'avait emmené dans sa chambre, 1, cité Jeanne-d'Arc. Conduisez-moi en prison.

...


rue du Moulinet

La fin d'un ivrogne

1889

Le sieur Laurent Béchu, journalier, demeurant rue du Moulinet dans le quartier de la Maison-Blanche, était loin d'être un modèle de sobriété.

...

Saviez-vous que... ?

L'École Estienne est installée à son emplacement actuel depuis novembre 1889 mais n'a été inaugurée que le 1er juillet 1896 par le président de la République, M. Félix Faure.

*
*     *

Henri Rousselle était conseiller municipal en 1915. Plus tard, il fut président du conseil général

*
*     *

Le 24 décembre 1939, Paris-Soir nous apprenait que Mme Marthe Pouchenel, 20 ans, avait glissé sur le verglas dans la cour de l'immeuble où elle demeurait, 23, rue Bourgon et avait été admise à l'hospice de Bicêtre.

*
*     *

C’est en 1877 que la rue du Marché aux porcs, ainsi dénommée en raison de sa proximité avec un ancien marché aux bestiaux prit le nom de rue de la Vistule. Sa longueur est de 230 mètres.

L'image du jour

Percement de l'avenue des Gobelins (1868)

La vue est prise de la place d'Italie dont on abaisse le niveau de près de deux mètres pour la pente de la nouvelle avenue soit moins forte. La construction métallique à droite, c'est le marché couvert des Gobelins. Il fonctionnera jusqu'à la fin du siècle avant d'être remplacé par le marché Blanqui. Avec l'ouverture de la rue Primatice, le marché couvert sera coupé en deux. La partie côté Gobelins sera démolie ; la partie côté boulevard de l'Hôpital subsistera jusqu'aux années 1970.  ♦