Dans la presse...

 Le bal des Quat'zArts - 1914

Le bal des Quat'z'Arts

Le Journal — 23 juin 1914

C'est derrière la mairie du treizième arrondissement, dans le vieux marché des Gobelins, que la jeunesse des Beaux-arts avait organisé hier soir le bal annuel des Quat'z'Arts.

Le rustique édifice, désaffecté depuis une douzaine d'années, était devenu méconnaissable à l'intérieur, chaque atelier ayant participé à son embellissement.

La guerre de Troie, l'Iliade, tels étaient les sujets sur lesquels l'inauguration de chacun pouvait broder à souhait.

Depuis plus de quatre mille ans qu'il y a des hommes et qui dansent, il serait prétentieux de vouloir encore trouver du nouveau. Nos jeunes espoirs des salons l'ont si bien compris, cette année, qu'ils se sont bornés, pour leur bal des Quat'z-Arts, à imiter purement et simplement leurs grands-pères les Troyens.

Dès 10 heures du soir jusqu'à l'aube, aux doigts bien connus, l'Iliade revécut donc des heures émouvantes au marché couvert de la place d'Italie, où, déguisés en guerriers de l'Attique, fantastiques et burlesques, nos modernes rapins exécutèrent les plus audacieux rigodons aux bras de leurs compagnes, exquises en leur déshabillé provocant des trois déesses sur le mont Ida.

Et c'était un spectacle vraiment unique que donnait cette cohue joyeuse et bizarre, vêtue — si peu — d'oripeaux éclatants. Toute la défroque rutilante de l'Ellade, tous les héros du vieil Homère semblaient  s'être donné rendez-vous en ce palais féerique.

Agamemnon, Achille Hector, Ménélas, la Belle Hélène, Briséis, Calypso et tant d'autres encore; tirés à des milliers d'exemplaires, secouèrent pour un instant la poussière de leur légende sublime au tournoiement des valses lascives et de tangos langoureux.


A lire également

Le marché des Gobelins (1867)

Vu dans la presse...

Tonneaux !... Tonneaux !...

Cet après-midi, à 15 heures, boulevard de la Gare, s'est disputée une originale compétition : la course des « rouleurs de futailles ». (1923)

Lire

L'orage

Un orage d'une violence extraordinaire s'est abattu hier après-midi sur Paris. Vers une heure, des nuages lourds venant du Sud-Est s'amoncelaient, et à deux heures et demie de grosses gouttes de pluie commençaient à tomber. (1901)

Lire

La transformation de Paris-Austerlitz

Depuis la mise en service, pour les messageries de Paris-Austerlitz, des vastes hangars, d'aspect solide, modernes, édifiés en bordure de la rue du Chevaleret, et dont l'entrée se trouve, ainsi que, nous l'avons dit, boulevard de la Gare, à Paris, une armée de travailleurs fait disparaître les anciens quais couverts de la rue Sauvage, ce qui aura pour, avantage de donner à ce coin plus d'air et, avec de petits bâtiments coquets, un cachet plus artistique. (1929)

Lire

De Paris à Paris par le chemin de fer de ceinture

La ligne de fer se relève aux environs de la MAISON BLANCHE, nom charmant qui s'applique à une contrée peu connue et d'un aspect étrange. C'est assurément le coin de Paris le moins fréquenté Ces solitudes attendent un historien et un géographe, et nous espérons les explorer un jour avec nos lecteurs (1873)

Lire

Saviez-vous que... ?

Le 1er mars 1932, l'usine de chaussures (qui répandait aux alentours de manière permanente une odeur de vernis) installée boulevard Kellermann (au 10) était ravagée par un incendie.

*
*     *

Le 3 janvier 1920, la cote de la Seine avait atteint 6,36 m à deux heures de l'après midi au Pont d'Austerlitz. Le quartier de la Gare était innondé.

*
*     *

Jusqu'en 1884, la place de Rungis, construite sur les vestiges des étangs de la Glacière et voisine de la gare de marchandises, porta le nom de place Barrault. La même année, la voie nouvelle tracée entre la rue du Pot-au-Lait et la gare de Gentilly, ceinture, prit le nom de rue de Rungis.

*
*     *

Dans la nuit du 1er au 2 juin 1918, une bombe lachée d'un avion allemand causait des dégats au 11 passage du Moulinet. Des dégats importants étaient également constatés au 152 de la rue de Tolbiac.

L'image du jour

Le carrefour Italie-Tolbiac