Les travaux de la petite ceinture entre la route de Chatillon et la Seine - juillet 1865

Les travaux de la petite ceinture entre la route de Chatillon et la Seine

Le Siècle — 24 juillet 1865

Après avoir passé en revue les travaux en cours d'exécution sur la ligne du chemin de fer de ceinture, entre la grande rue d'Auteuil et la route de Châtillon, il nous reste à parler de ce qui s'effectue entre la route de Châtillon et le pont sur la Seine en amont, pour avoir exploré tout le parcours de la section à ajouter à notre chemin circulaire pour le compléter.

Entre la route de Châtillon et la sortie du grand tunnel de Montrouge, la voie proprement dite peut être considérée comme achevée. Jusqu'à la rue du Chemin-Vert, elle file au fond d'une tranchée profonde dont les parois sont garnies de murs de soutènement au bas desquels passe une rigole pour l'écoulement des eaux. Dans cette partie du parcours, la voie est franchie par deux ponts : celui de la rue du Pot-au-Lait et le pont de l'avenue d'Orléans.

A l'ouest de celui-ci, on est en train de faire les fouilles nécessaires à la construction du bâtiment de la station de Montrouge, lequel sera en façade sur l'avenue d'Orléans, et communiquera avec les quais de l'embarcadère au moyen d'escaliers. Dans la tranchée qui s'étend entre cet embarcadère et l'entrée du grand tunnel, s'embranchera la voie de raccordement de la ceinture avec le chemin de fer de Sceaux.

Au dessous de la rue du Chemin-Vert s'ouvre le grand tunnel qui passe sous les hauteurs de Montsouris et a 900 mètres de longueur. Ce souterrain, établi comme celui de Vaugirard, sur d'anciennes carrières, a nécessité des travaux de substruction de même nature que ceux dont nous avons parlé à propos du tunnel en voie de construction sous le grenier à fourrage. Le tunnel de Montrouge se termine après avoir passé sous la ligne d'Orsay, et la voie se continue au fond d'une tranchée courbe que la dérivation d'Arcueil franchit dans un aqueduc d'une seule arche.

Cette tranchée, qui doit se raccorder avec le terrassement de la vallée de la Bièvre, après avoir passé sous la rue de la Glacière, est une des parties les moins avancées du travail ; mais cette fraction n'offrant aucune difficulté sérieuse pourra être achevée en fort peu de temps. Sur l'un des côtés du pont qui franchira la tranchée, la station de Gentilly sera construite en façade sur la rue de la Glacière.

Au delà de cette station, la voie débouche tout à coup sur la vallée de la Bièvre, qu'elle traverse sur un remblai dont la hauteur maximum est de 7 mètres. Ce remblai est traversé par le chemin des Peupliers et par la rivière de Bièvre, auxquels on a ménagé deux passages voûtés en arche de pont.

Toute celte section est terminée jusqu'au bas de l'ancien hameau du Bel-Air, qui sera franchi au moyen d'une tranchée à laquelle on travaille en ce moment : deux ponts de neuf mètres d'ouverture y livrent passage à la rue du Bel-Air et à la rue du Moulin-de-la-Pointe. Cette tranchée, à laquelle sont occupés de nombreuses équipes d'ouvriers, se continue au delà de l'avenue de Fontainebleau, passe sous la route de Choisy-le-Roi, sous la route d'Ivry, dans la rue Nationale, et débouche, un peu avant d'arriver au boulevard de l'Église, sur le remblai qui se prolonge jusqu'au pont de Bercy.

La route d'Italie, dont la largeur est de 45 mètres, sera franchie par un pont de 13 mètres d'ouverture ; sur l'un des côtés de ce pont se dressera le bâtiment de la station de la Maison-Blanche, qui s'alignera avec les maisons de l'avenue, et communiquera par des escaliers avec les quais à voyageurs qui occuperont tout l'espace compris entre la route d'Italie et celle de Choisy-le-Roi. Cette station sera également ouverte au service des marchandises. À partir de la rue Nationale, la voie s'engagera dans un souterrain long de 348 mètres, qui passera sous la butte du Moulin-Neuf. Ce souterrain, comme celui de Vaugirard, se construit à ciel ouvert, et forme maintenant une tranchée dans laquelle s'effectuent les travaux de maçonnerie.

À la sortie de ce tunnel, la butte s'abaisse rapidement, le remblai commence, et bientôt il rencontre le boulevard de l'Église, qui sera franchi sur un pont métallique dont les culées de pierre attendent dès à présent l'armature du tablier. Le remblai s'exhaussant au fur et à mesure que le sol s'abaisse vers la Seine, bouchera la rue du Chevaleret, qui sera remplacée par une rue de dérivation large de 12 mètres, et qui filera à pied d'œuvre jusqu'au boulevard de l'Église. À quelques mètres au delà de la rue du Chevaleret, le remblai est coupé par le passage du chemin de fer d'Orléans, qui sera franchi sur un pont métallique de 45 mètres de portée. Ici sera la station de correspondance des voyageurs de la ligne d'Orléans, et à quelques mètres plus loin le remblai vient se raccorder avec la voie qui franchit le pont Napoléon.


Menu des articles

Vu dans la presse...

1928

La Bièvre en peinture

On visitait ces temps-ci, dans la salle des Fêtes de la mairie du 13e, une agréable exposition de toiles, aquarelles, dessins, organisé par le Cercle des Gobelins. (1928)

Lire

1932

Chronique électorale

Dans la première circonscription du XIIIe arrondissement, M. Raymond Renaudière, qui a groupé sur son nom au premier tour près de 4.000 voix, est le seul candidat désigné pour battre au second tour le communiste dissident Gélis. (1932)

Lire

1862

Gares et Stations du chemin de fer de ceinture (rive gauche)

Une enquête est ouverte, en ce moment, à la Préfecture de la Seine, sur le enquête est ouverte, en ce moment, à la Préfecture de la Seine, sur le projet des stations à établir sur le chemin de fer de Ceinture, dans les 13e, 14e, 15e et 16° arrondissements. (1862)

Lire

1862

Extension de la Gare du chemin de fer d'Orléans

On a mis récemment à l'enquête un projet d'agrandissement de la Gare du chemin de fer d'Orléans, à Paris, qui consiste à étendre les dépendances de cette gare jusqu'au quai d'Austerlitz, par l'annexion de tout l'emplacement compris entre ce quai, la rue Papin et le boulevard de l'Hôpital. (1862)

Lire

1925

Portrait : Emile Deslandres

Conseiller municipal du quartier Croulebarbe (1925)

Lire

1927

Promenade électorale dans le XIIIè

Le treizième a toujours été la cité des pauvres. Il sue encore la misère avec ses îlots de maisons délabrées… avec la rue du Château-des-Rentiers, ô ironie, avec la Butte-aux-Cailles chère à Louis-Philippe. Et comme la misère va de pair avec la douleur, beaucoup d'hôpitaux, la Salpêtrière, la Pitié, Broca, Péan, des asiles, des refuges. Sur 33.500 électeurs, 28.000 paient de 500 à 1.200 francs de loyer par an. Au prix actuel du gîte, ces chiffres ont une triste éloquence ! On ne s'étonnera pas si le treizième est politiquement très à gauche… et même à l'extrême gauche. (1927)

Lire

1929

Trop de clairons dans le quartier de la Maison-Blanche

Tandis que les chauffeurs ne pourront claironner ou trompeter par les rues de Paris, des escouades de bruiteurs autorisés continueront, embouchure aux lèvres, leur pas accéléré quotidien dans les rues du quartier de la Maison-Blanche en général, boulevard Kellermann en particulier. (1929)

Lire

1924

La Butte aux Cailles se modernise

Dans une semaine ou deux, on inaugurera la grande piscine de la Butte aux Cailles. C'est un établissement vraiment remarquable, de briques et de mortier, aux revêtements vernissés blancs, dominé d'une immense cheminée en ciment armé, de grande allure avec sa quadrature de colonne droite évidée aux angles, lesquels sont ainsi arrondis. (1924)

Lire

1929

Rue Charles-Bertheau plusieurs immeubles menacent maintenant de s'effondrer

Dimanche, dans la nuit, un craquement sinistre a éveillé les locataires d'un des vieux immeubles de cette rue. une maison d'un étage, portant le numéro 10. D'un coup la maison s'était lézardée du haut en bas. menaçant de s'effondrer. (1929)

Lire

1937

54 habitants de la rue Charles Bertheau sont sans logis

Le quartier de la Gare est en émoi. A la suite de perturbation du sol, peut-être aussi de fissures de conduites d'eau et d'infiltrations, la plupart des immeubles de la rue Charles-Bertheau, dont certains sont neufs, menacent ruine (1937)

Lire

1937

Les sinistrés de la rue Charles-Bertheau attendent en vain un logement et des secours

Les 84 sinistrés de la rue Charles-Bertheau ont manifesté pour obtenir de la ville de Paris des logements ou un secours suffisant. (1937)

Lire

1872

Les Bijoutiers

Savez-vous ce que c'est qu'un Bijoutier ?...
C'est un de ces industriels qui achètent aux laveurs de vaisselle des restaurants les débris de viande cuite jugés indignes d'être offerts à la clientèle, et qui vendent ces débris, connus sous le nom d'arlequins, aux pauvres gens des quartiers populeux.
Or, depuis quelque temps, les étalages des bijoutiers du marché des Gobelins étaient mieux fournis que d'habitude... (1872)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme