entete


UNE ÉVOCATION DU 13E ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

A la création de l'arrondissement, la mairie était installée dans l'ancien pavillon de l'octroi à la barrière de Fontainebleau.


Le 3 janvier 1920, la cote de la Seine avait atteint 6,36 m à deux heures de l'après midi au Pont d'Austerlitz. Le quartier de la Gare était innondé.


En 1880, on décida de l'installation de postes-vigies dits postes-avertisseurs fonctionnant au moyen d'un télégraphe à cadran permettant de rentrer en communication avec la plus proche caserne de pompiers où un soldat du feu était toujours présent afin de recevoir la déclaration de personnes venant faire connaître un incendie. L'un des ces postes fut installé au 26 de la rue des Cinq-diamants.

menu-nouveautés sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Arrestation d'un dangereux malfaiteur - 1930

Arrestation d'un dangereux malfaiteur

Le Petit Parisien — 15 mars 1930

Depuis quelques mois, les quartiers de la Salpêtrière et de Croulebarbe étalent le théâtre de nombreux cambriolages. À la suite d'une enquête, les inspecteurs Sergent et Belmadi, de la brigade nord-africaine, ont arrêté le nommé Roland Morges, vingt-trois ans, imprimeur, sans domicile fixe, qui avait le 12mars commis un vol dans un hôtel meublé, 101, boulevard de l'Hôpital. On recherche un complice qui l'aida dans cette affaire. Morges avoua être l'auteur de multiples méfaits ; six fois condamné depuis 1924, il est Interdit de séjour.


 Un jeune héros - 1895

Un jeune héros

Le Petit-Parisien ― 6 février 1895

Une dizaine d'écoliers s'amusaient, hier après-midi, dans le bas de la rue des Tanneries, à faire des glissades sur la glace qui recouvre la Bièvre, très profonde en cet endroit.

Soudain le jeune Émile Brajus, âgé de onze ans, demeurant chez ses parents, rue des Cordelières, 38, s'étant aventuré au milieu de la rivière, poussa un cri de désespoir.

La glace venait de se rompre; le malheureux enfant disparut sous l'eau.

Aussitôt un de ses camarades, Émile Berne, âgé de treize ans, plongea résolument à trois reprises différentes et fut assez heureux pour saisir son camarade par ses vêtements.

Néanmoins, l'intrépide écolier, bien qu'il fût excellent nageur, était épuisé. Le froid engourdissait ses membres.

Eugène Billion, âgé également de treize ans, se porta à son tour au secours de ses petits amis; il se coucha à plat ventre sur la glace et tandis que les autres gamins le retenaient par les pieds, il aida Berne, qui n'avait pas abandonné Brajus, à sortir de l'eau.

Dans la soirée, M. Perruche, commissaire de police du quartier, est allé rendre visite à victime et à son brave sauveteur.


 De Paris à Paris par le chemin de fer de ceinture

De Paris à Paris par le chemin de fer de ceinture

(Deuxième étape.)

Paris à l'eau-forte : actualité, curiosité, fantaisie 
Aout 1873

« II n'est si bonne compagnie qui ne se quitte » disait le Roi Dagobert, en envoyant noyer ses chiens atteints de la gale. – II faut raisonner avec le même héroïsme pour abandonner sans trop de regrets cette splendide station du Point-du-Jour, élevée sur deux viaducs superposés, qui plongent leur pied dans la Seine et qui sont un des plus élégants ouvrages de l'architecture moderne.

Du balcon naturel qui court dans les nuées et traverse le fleuve, la vue s'étend sur un paysage fait à souhait pour le plaisir des yeux. » – Une chose trop ignorée et sur laquelle nous insistons, c'est que la nature, pour former le, environs de Paris, a emprunté aux plus beaux pays du monde ce qu'ils ont de plus pittoresque. Nous ne ferons aucune restriction à cet éloge, si les privilèges du voisinage peuvent nous annexer Fontainebleau.

Un des points Ici plus curieux du panorama qui se déroule à l'horizon est la soudure formée par le viaduc de Val-Fleury entre les côtes de Clamart et de Meudon, réunies par des arceaux d'une hardiesse incroyable. Cette chaîne de pierres, qui fait partie de la ligne « rive gauche de Versailles » a été construite à une époque antérieure. Ce n'en est pas moins un prodige de légèreté, et ces deux merveilles parisiennes, le pont du Point-du-Jour et le viaduc de Val-Fleury se font vis-à-vis au-dessus des campagnes de la banlieue.

Nous avons cité dans notre dernier numéro la Lanterne de Démosthène, édifice peu réjouissant, élevé sur le point culminant de la terrasse de Saint-CIoud, et bâtie sur le modèle et les proportions d'un monument athénien célèbre. Le souvenir du grand orateur ne saurait nous inspirer, pour cet obélisque irrégulier, une grande sympathie. Toutefois la mémoire d'un de nos aqua-fortistes nous permet de lui restituer son aspect d'autrefois. -On objectera peut-être que notre Lanterne a un air penché qui accuse une sorte de parenté avec la Tour de Pise. Nous n'osons affirmer que cette inclinaison soit historique. On peut supposer que l'impression de l'artiste date de l'instant précis où la Lanterne, minée par les Prussiens, vacillait avant de sauter sous l'effort de la poudre et d'éparpiller ses pierres blanches sur les pelouses environnantes.

Mais nous nous amusons aux bagatelles du départ, et malgré nos résolutions, nous ne quittons pas notre belvédère. Prenons notre courage à deux mains, confions-nous à la vapeur et franchissons la Seine. Les lointains s'effacent peu à peu et nous nous arrêtons sur les terrassements de GRENELLE, où se rattachait autrefois l'embranchement du Champ-de-Mars, desservant l'Exposition universelle.

Ces temps ne sont plus ; l'Exposition est maintenant à Vienne et l'embranchement au diable. On file de Grenelle à Vaugirard-Issy sur un remblai considérable, qui permet de planer sur la campagne et d'admirer l'immense établissement des RR. PP. Jésuites, qui couvre une colline entière de ses édifices et de ses jardins.

Le regard passe librement au-dessus des fortifications qui semblent s'être abaissées. Du côté de Paris, de vastes jardins maraîchers étalent leurs carrés verts, leurs théories de cloches à melons, leurs systèmes de serres vitrées. Mon Dieu que de choux !

Vaugirard et le grand jour disparaissent en même temps. Les wagons s'enfoncent dans une tranchée profonde et s'arrêtent à vingt-cinq mètres au-dessous du sol, pour correspondre avec la voie de fer de Versailles, qui passe au-dessus. Nous sommes à l'OUEST-CEINTURE.

Après un échange de voyageurs avec la ligne de banlieue, le chemin de fer reprend son essor et se dirige sur MONTROUGE par un vaste fossé maçonné, orné de contreforts, et dont les parois élevées ne permettent à personne d'apercevoir plus de ciel qu'il n'en pourrait tenir dans la paume de la main. Ce n'est rien encore ; au delà de Montrouge, le fossé se change en souterrain, et c'est par une obscurité sinistre qu'on atteint La Glacière-Gentilly. Ce tunnel de longue haleine ne doit pas altérer notre humeur nous aurons de plus rudes épreuves à subir sur la Rive droite.

La ligne de fer se relève aux environs de la MAISON BLANCHE, nom charmant qui s'applique à une contrée peu connue et d'un aspect étrange. C'est assurément le coin de Paris le moins fréquenté Ces solitudes attendent un historien et un géographe, et nous espérons les explorer un jour avec nos lecteurs. En attendant, nous en tracerons un simple crayon.

La station Maison-Blanche de la petite ceinture

Du côté des fortifications, la vue est gênée par les terrassements de 1870 et l'élévation du rempart ; la campagne est peu intéressante. Mais vers Paris le sol est mouvementé d'une façon violente. On dirait qu'un cataclysme vient de passer. Quelques pauvres jardins maraîchers, mal clos de murs en ruines, se cachent çà et là parmi les terrains vagues ; un ruisseau, qui est une rivière et qu'on appelle la Bièvre, roule lentement des eaux savonneuses et colorées dans un lit étroit bordé de saules rabougris ; enfin j'en donne ma parole d'honneur la plus sacrée, un lac, un véritable lac, grand comme la place de la Concorde, miroite sous le ciel gris et reflète ses tons clairs dans ses eaux tranquilles.

Et il y a des gens qui s'inquiètent de la mer intérieure de l'Afrique centrale, et d'enragés Anglais qui souffrent le martyre pour en relever la position J'ai découvert, moi qui vous parle, LE LAC intérieur DE PARIS -et je ne suis pas décoré Je déclare d'ailleurs que je ne veux pas l'être Ma plus belle décoration, c'est mon lac. Il portera mon nom. Il faut bien l'avouer, il n'est pas très-peuplé de navigateurs ; on n'y a encore établi aucun service transatlantique. Mais cela peut venir. On abandonne ce paysage inquiétant avec un trouble involontaire, et l'on arrive en hauteur à Orléans-Ceinture, où l'on franchit, sur un pont de fer d'une envergure hardie, les chemins de fer du centre sortant de Paris. La campagne a totalement changé et prend un aspect sévère, uniforme, industriel. Les lignes ferrées se croisent sur le sol ; les forges et les magasins d'Orléans fument et retentissent ; au delà des fortifications, le village d'Ivry se profile sur une éminence peu élevée. Le pays est aride et désolé.

On quitte sans regret cette station attristante pour couper la Seine une seconde fois et arriver à BERCY, qui palpite d'animation et de vie. Presque au-dessous de la station bourdonne une ruche d'où s'élancent des bateaux-mouches de Paris et de Charenton. Leurs hélices impatientes battent les eaux du fleuve, qui se plissent et se moirent. Les lignes d'omnibus jaunes parcourent Ici grands quais populeux, et l'on s'étonne du silence de la campagne voisine, en présence des battements de l'artère humide de la grande cité.

Mais nous ne voulons pas surmener nos lecteurs, et nous ferons une pause de quelques jours, avant de nous engager sur la rive droite, où nous attendent de singulières aventures.

G. R.

A lire également

Gares et Stations du chemin de fer de ceinture (rive gauche).

Ouverture du chemin de fer de ceinture (1867).

sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

« Entends-tu ma voix qui t'invite ? » - 1905

Jean Rousseau, dit « Guibollard », dix-neuf ans, et Lucien Fraisier, dit le « Petit-Rat », seize ans, avaient résolu d'offrir à leurs amis de la poterne des Peupliers un repas à l'instar de ceux que s'offrent les bourgeois.

Lire

Une page d'amour - 1906

À l'extrémité de la rue de Tolbiac, entre les chantiers de la Compagnie du gaz et l'église Sainte-Anne de Paris, se trouvent d'immenses terrains vagues, parsemés de tessons, d'orties, parfois aussi de passeroses et de mauves sauvages, où se dressent, d'ici, de là, de petites guinguettes, derniers vestiges d'une époque où la butte aux Cailles était un rendez-vous de promenade pour les Parisiens du temps de Louis-Philippe. Au n° 178 se trouve une de ces antiques guinguettes...

Lire

Drame de la misère - 1894

Dans un misérable taudis situé au numéro 54 de la rue du Château-des-Rentiers, vivaient une pauvre vieille femme, Mme veuve Crozier, âgée de soixante-dix ans, et son fils François âgé de trente-six ans, chiffonnier, qui partageait avec sa mère l'unique chambre composant tout le logement.

Lire

La pègre -1907

Un cocher, M. Louis Bodard, demeurant 5, rue Nationale, attendait, près de sa voiture, hier après-midi, rue du Château-des-Rentiers, à la hauteur du numéro 108, la sortie d'un client.

Lire

Menu article

Lu dans la presse...

La cité des Kroumirs

II y a un an, les Kroumirs étalent absolument inconnus en France ; aujourd’hui, comme les Cosaques et les Bédouins, ils ont pris place dans le vocabulaire populaire. Kroumir est passé expression de mépris. La cité des Kroumirs n’est donc pas bien vielle, et son aspect n’a rien qui puisse exciter l’envie. (1882)

Lire


On reconstruit l'Hôpital de la Pitié

M. Justin Rochet, l'architecte chargé des travaux, nous explique dans quelles conditions sera construit le nouvel établissement... (1906)

Lire


M. Poincaré inaugure le nouvel hôpital de la Pitié

M. Poincaré a présidé ce matin l'inauguration du nouvel hôpital de la Pitié. (1913)

Lire


L'achèvement de la rue Jeanne d’Arc

Le Bulletin Municipal a enregistré l'expropriation, pour cause d'utilité publique, d'un certain nombre de maisons du 13° arrondissement, situées rue Jenner, boulevard de l'Hôpital, rue Esquirol, passage Crouin, place Pinel, cité Doré, avenue Constance, avenue Constant-Philippe et boulevard de la Gare. (1914)

Lire


Une promenade à l’ancienne Butte-aux-Cailles

Ce serait un petit concours à ouvrir : « Quel est le quartier de Paris, qui a le plus changé depuis quinze ans ? » Et il y a gros à parier que le quartier de la Glacière, alias de la Butte-aux-Cailles, se rangerait dans le peloton de tête. (1923)

Lire


L'oasis et le cloaque

Il y a des quartiers de Paris qui n'ont vraiment pas de chance ! Le quartier de la Gare, dans le treizième arrondissement, par exemple... (1934)

Lire


Un métier inconnu

Rue Xaintrailles, derrière l'église Jeanne d'Arc, demeure une pauvre vieille grand'maman qui nourrit sa fille et ses petites-filles de crottes de chiens cueillies à l'aube sur les avenues qui rayonnent de la place d'Italie. (1893)

Lire


La Ville de Paris va-t-elle enfin s'occuper de la cité Jeanne-d'Arc ?

Près de la place d'Italie, entre la rue Jeanne-d'Arc et la rue Nationale, la cité Jeanne-d'Arc forme une sorte de boyau gluant, sombre, bordé de mornes bâtisses de cinq ou six étages aux murs zébrés de longues moisissures. Dès la tombée de la nuit, le coin n'est pas sûr... (1931)

Lire


La cité Jeanne-d'Arc a été nettoyée de ses indésirables

La Cité Jeanne-d'Arc, cet îlot lépreux et insalubre qui, dans le 13e arrondissement, groupe autour de quelques ruelles ses immeubles sordides, entre la rue Jeanne-d'Arc et la rue Nationale, a vécu aujourd'hui un véritable état de siège. (1935)

Lire


L'inauguration de la rue Jeanne-d'Arc (prolongée) dans le XIIIe arrondissement

La municipalité parisienne a inauguré, ce matin dans le 13e arrondissement, le prolongement de la rue Jeanne-d'Arc qui relie ainsi le quartier des Gobelins à celui de la Gare. (1936)

Lire


L'inondation de la Bièvre

La Bièvre, pendant l'orage de mercredi, s'est mise en colère ; terrible colère, dont nous avons déjà signalé hier les principaux effets, et dont je suis allé voir les traces avant qu'elles ne fussent effacées. (1901)

Lire


Arsène Lupin à l’Eden des Gobelins

A l'Éden des Gobelins, l'entr'acte passe en grande vedette, vers 10 h. 20. (1933)

Lire


Les on-dit

Mais je vous jure que je n'ai jamais mis les pieds aux Gobelins, Comme tout vrai Parisien, je connais mal Paris. Je serais aussi dépaysé aux Gobelins que dans l'Arkansas. (1904)

Lire


Élection de la reine de l'Association artistique du treizième arrondissement

Cinq cents personnes environ assistaient, hier soir, à l'Eden des Gobelins, à l'élection de la reine de l'Association Artistique du treizième arrondissement. (1911)

Lire


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte