Faits divers

 L'assassinat de la petite Barbala - Petit-Parisien - 02/10/1922

L'assassinat de la petite Barbala

Le Petit-Parisien — 2 octobre 1922

L'enquête que poursuit la police judiciaire sur le mystérieux crime de l'avenue d'Italie en est actuellement à la fin de la période des éliminations.

Plusieurs personnages, suspectés au début de l'affaire, sont aujourd'hui hors de cause M. Guillaume et ses collaborateurs opèrent, désormais, dans un champ restreint.

L'opinion publique, toujours un peu impatient muntre quelque pessimisme. Plus le crime est odieux, plus on voudrait rapide l'arrestation du coupable. Mais, quai des Orfèvres, on est pleinement confiant :

— Nous l'aurons, tel y est le sentiment général.

— Quand

— Plus tôt qu'on ne le croit.

Malgré le silence rigoureux qui règne sur l'orientation nouvelle de l’enquête, nous avons pu apprendre que les vêtements (moitié de caleçon et tablier de femme) sur lesquels reposaient les lugubres débris ont été soumis à l'examen de M. Beyle, directeur de l'identité judiciaire le résultat de cette opération sera connu dans trois ou quatre jours.

Autour de « Madelon-Cinéma »

Toute la journée d'hier, la foule des dimanches a circulé devant le « Madelon-Cinéma ».

Nous y avons vu un des directeurs, qui nous a fait part de son intention de prévenir M. Guillaume, des allées et venues, aux alentours immédiats du cinéma, le dimanche qui a suivi la disparition de la petite Barbala, d'un homme portant une valise à soufflets.

Nous avons déjà signalé cette piste, jusque-là assez vague mais on aurait maintenant des précisions sur l'heure où l’individu a été remarqué. Elle se situerait entre la matinée qui se termine à cinq heures et demie et la représentation du soir, pour laquelle le bureau ouvre à huit heures. Or, pendant ce laps de temps, le personnel, en entier, va dîner, et grilles et portes restent ouvertes.

Ajoutons que M. Oudin s'est présenté, hier matin, à M. Caron, commissaire à la police judiciaire, pour porter plainte contre le pseudo « détective américain » Verdier qui extorqua mille francs à Mme Barbala.


A lire également

Les articles du Journal en date des :
29 septembre | 30 septembre | 1er octobre | 2 octobre

Les articles du Petit-Parisien en date des :
29 septembre | 30 septembre | 1er octobre

À lire également...

Le perroquet enlevé

1896

Dans le quartier Croulebarbe vit un perroquet centenaire, nommé Jacquot, magnifique ara gris, à queue rouge-pourpre, comme la trame d'un cardinal. Ce vénérable personnage habite depuis plus de quatre-vingts ans au sein de la même famille.

...


Quartier de la Maison-Blanche

Un soir à la Porte d'Italie

1895

Les nombreux flâneurs qui vont chaque soir, au soleil couchant, respirer un peu d'air sur les glacis des fortifications, à la porte d'Italie, ont assisté hier à une véritable bataille.

...


Le cercle de recherches se resserre autour du meurtrier

1922

Longue et dure journée, hier, pour la police, et pour les journalistes, qui ont couru, fouillé, interrogé, sans que, jusqu'à présent, un résultat appréciable paraisse avoir été obtenu.

...


Boulevard de l'Hôpital

La « Folie russe »

1896

Il est à remarquer que les grands événements ont leur répercussion dans le cerveau des malheureux que la folie guettait évidemment depuis longtemps.

...

Saviez-vous que... ?

Le bureau du Comité du 13e arrondissement du Groupement général des classes moyennes organisa une première réunion de propagande le 6 juillet 1937 au café du Clair de Lune à l'angle de la Place d'Italie et de l'avenue de Choisy.

*
*     *

En mars 1911, à la suite de nombreuses plaintes déposées par des commerçants de l'avenue des Gobelins et du boulevard Saint-Marcel. M. Yendt, commissaire de la Salpêtrière, arrêtait et envoyait au dépôt, sous l'inculpation de vol, les nommés Auguste Doré dit Godard, vingt-quatre ans, demeurant en garni rue Grange-aux-Belles, et Pierre Debosse, vingt-six ans, sans domicile.

*
*     *

La rue Bourgon et la rue du Tage ont été mises en sens unique le lundi 31 juillet 1933.

*
*     *

C'est en 1868 que la rue de la Barrière-des-Gobelins prit la dénomination de rue Fagon, premier médecin de Louis XIV, directeur du Jardin-du-Roi, mort en 1718.

L'image du jour

Le carrefour Italie-Tolbiac dans les années 30