Faits divers

 Drame de la place Pinel 2 - 1935

Vingt ans de travaux forcés pour avoir tué une femme à coup de hachette

Excelsior — 23 juillet 1935

Puisatier âgé de cinquante-trois ans, Louis Pruvot est un ivrogne invétéré. Depuis plus de quinze ans il habitait 17, place Pinel, avec Elise Chavannes, de six ans son aînée.

A six reprises il a été condamné, dont quatre fois pour vols ou tentatives, la dernière fois à trois ans de prison. Il a été également condamné à quatre mois de prison pour coups à agents et il a déjà comparu devant la cour d'assises, qui lui a infligé sept ans de réclusion, pour émission de fausse monnaie.

Cette fois, il s'agissait d'un assassinat, celui d'Elise Chavannes.

Le 17 mars dernier il l'injuria, la frappa, et la sexagénaire s'alita.

Ceci n'empêcha pas Pruvot de faire la fête avec des amis toute la journée du lendemain.

Le 19 mars, Elise, qui était alitée, lui reprocha sa conduite et il la quitta pour aller boire dans divers débits.

— J'en ai assez, dit-il à un camarade ; je vais la tuer, je laisserai un mot sur la table ; il y aura : « Elle est morte. » Comme ça, tu seras averti...

L'autre essaya de le calmer, lui représentant qu'il valait mieux qu'il quittât son amie. Mais Pruvot s obstina.

— J'en ai « marre » ; je vais la « butter » et je me « buterai » ensuite !

Et c’est ce qu'il fit une heure après, empoignant une hachette et broyant les os de la face et du crâne de la malheureuse d'une demi-douzaine de coups.

La pauvre vieille n'était pas belle à voir. Pruvot aperçut une poupée offerte par lui en des jours meilleurs, il la plaça sur la figure de la morte, écartant la robe pour masquer les plaies.

Il alla ensuite replacer la hachette, maculée de sang et de cervelle, sur la cuisinière où il l'avait prise, et il écrivit sur un papier, au crayon, l'aveu de sa culpabilité. Après quoi, il alla boire encore et se constitua prisonnier.

— Je lui ai donné un bol de lait, a-t-il expliqué aux jures, et, au lien de me remercier, elle m’a injurié, me traitant de fainéant. J’étais fou de rage; je me retournai et J'aperçus la hachette. J'ai frappé, sans trop savoir ce que je faisais ; j’étais vraiment fou...

Le président Glard lui objecta qu'il avait indiqué à l'avance qu'il allait tuer, Pruvot se contenta de répliquer que, depuis huit jours, sa « femme » le faisait enrager par ses injures et ses récriminations continuelles.

Après le réquisitoire de M. Picard, avocat général, Me Robert Bilis puis M" Maurice Guerrier présentèrent la défense de l'accusé.

Le jury délibéra ensuite et, écartant la préméditation, accorda les circonstances atténuantes. Pruvot fut alors condamné au maximum possible, soit vingt ans de travaux forcés et vingt ans d'interdiction de séjour.


A lire également

Le drame de la place Pinel

À lire également...

Thomas père perd patience

1913

Alfred Thomas, âgé de quarante-deux ans, est un brave homme de menuisier. Établi, depuis six ans, rue de Tolbiac, il s'efforce, avec zèle et ponctualité, de contenter sa petite clientèle.

...


Le drame de la rue Jenner n°6

1893

Des cris déchirants, partant d'un logement du deuxième étage, mettaient eu émoi, hier, vers deux heures de, l'après-midi, les locataires de la maison portant le numéro 6 de la rue Jenner.

...


Querelle de famille

1905

Dans un des coins les moins connus de Paris, dans une rues les moins fréquentées, du quartier de la Maison-Blanche, la rue de la Colonie, habite, au n°20, un nommé Pierre V...

...


rue de Patay

La Maison « hantée » de la rue de Patay

1920

La guerre est finie, et il faut à l'imagination des foules de nouvelles pâtures. Après les communications télégraphiques avec les planètes voisines, le « plus fort tirage des journaux du monde entier », vient de trouver un chef-d'œuvre dans le genre en découvrant, rue de Patay, une maison hantée ! Le Matin a dû en verdir de rage.

...

Saviez-vous que... ?

Le 26 avril 1939 une distribution de sacs de sable était organisée dans le quartier Croulebarbe par la préfecture de la Seine.

*
*     *

C'est en 1888 que le conseil municipal de Paris décida que la rue ouverte entre la rue de Tolbiac et la rue Baudricourt, prendra le nom de rue Larret-Lamalignie.
Larret-Lamalignie, capitaine de frégate, se fit sauter la cervelle plutôt que de rendre en 1871, le fort de Montrouge qu’il commandait.

*
*     *

Le bureau du Comité du 13e arrondissement du Groupement général des classes moyennes organisa une première réunion de propagande le 6 juillet 1937 au café du Clair de Lune à l'angle de la Place d'Italie et de l'avenue de Choisy.

*
*     *

C'est le 14 juillet 1863 que le premier coup de pioche, — car les premieres dizaines de mètres ont été creusés à la pioche par des puisatiers et non par un forage — du puits artésien de la Butte-aux-Cailles a été donné.

L'image du jour

La mairie du XIIIe