Faits divers

 On n’a pas encore retrouvé l'assassin de Suzanne Barbala - Le Journal — 2 octobre 1922

On n’a pas encore retrouvé l'assassin de Suzanne Barbala

Le Journal — 2 octobre 1922

C'était jour de marché, hier matin, avenue d'Italie.

Le cinéma Madelon, 174 avenue d'Italie - Cliché paru dans Excelsior

Devant le petit cinéma Madelon, comme jeudi dernier, lorsqu'on découvrit l'atroce crime, marchands et acheteurs ont causé longtemps, échafaudé mille hypothèses.

Et toujours cette question revenait : « Est-on près de le tenir ? » Et l'on ajoutait : « Dire que cet homme respire et qu'il peut vivre avec le souvenir de son forfait ! »

Un parent de la pauvre petite Suzanne est venu aux nouvelles. Lui aussi croit que l'homme est un familier de la maison, mais il ne s'explique pas comment la petite l'a pu suivre.

Dans l'après-midi, le petit établissement a ouvert ses portes. Il pleuvait ; beaucoup de gens sont entrés et de nouveau sur l'écran ont paru les personnages de tragédies fictives. Ainsi va la vie ! Point de fait nouveau pour ce qui est de l'enquête. Des pistes vagues, des soupçons, des hypothèses, la justice en est toujours là. La tâche à accomplir est ardue, on en conviendra.

En déposant son funèbre colis dans un cinéma, l'assassin a rendu, en effet, les recherches très délicates. Comment espérer le retrouver parmi tous ceux qui peuvent fréquenter un établissement situé non loin de la zone et sur une avenue très passante ? On en revient, toujours à penser que le crime a été accompli par quelqu'un dont les allées et venues au cinéma ne pouvaient être suspectées.

Certains pensent que le meurtre a eu lieu au cinéma même, mais cela ne paraît guère possible.

En effet, l'exiguïté du réduit où a été retrouvé le cadavre, l'obligation pour l'assassin d'aller chercher des outils — qu'il n'avait pas sur lui de toute évidence — pour accomplir son horrible découpage, le temps nécessaire à un pareil forfait ; l'absence de sang le long des murs, ne permettent pas de croire à une semblable hypothèse. Aussi bien, la justice qui ne veut rien laisser au hasard, a décidé que de la terre serait prélevée dans le réduit et examinée.

Cette analyse établira de façon indiscutable si l'assassinat a été ou non perpétré sous le plateau. Si la pauvre enfant a été dépecée là, son sang a dû inonder la terre ; on en retrouvera facilement la trace.

Dans la matinée d'hier, M. Oudin, beau-père de Suzanne Barbala, s'est présenté à la police judiciaire. Il a déposé une plainte régulière contre le faux détective Viguier dont nous avons annoncé l'arrestation, hier, à Vincennes.


A lire également

Les articles du Petit-Parisien en date des
29 septembre | 30 septembre | 1er octobre | 2 octobre

Les articles du Journal en date des
29 septembre | 30 septembre | 1er octobre

À lire également...

Un ménage devenu la terreur des environs

1875

Rue du Moulin-des-Prés, non loin de la Bièvre, à l'angle du chemin qui conduit à la Glacière, habitait depuis longtemps un ménage qui était devenu la terreur des environs.

...


Rue des Cordelières

L'incendie de la rue des Cordelières

1895

Hier soir, vers sept heures et demie, le feu s'est déclaré, avec une grande violence, dans l'immeuble situé 24, rue des Cordelières (13è arrondissement), où se trouvent une fabrique d'eau de seltz et un dépôt d'eaux minérales appartenant à M. Aureau.

...


Bataille rangée

1896

Dernièrement, une demi-douzaine d’individus sans aveu, habitués de la barrière d’Italie, s’étaient rendus en état d’ivresse dans un débit de la place Maubert, et là ils avaient cherché querelle à des souteneurs du quartier qui, n’étant pas en nombre suffisant, durent battre en retraite.

...


rue Damesme

Odieuse agression

1891

Un commerçant de Gentilly, M. Jodeau, reconduisait hier soir, vers minuit, un de ses amis, nommé Ernest Gilet ; lorsqu'en arrivant au coin de la rue Damesme et de l'avenue d'Italie... (sic)

...

Saviez-vous que... ?

Le 26 avril 1939 une distribution de sacs de sable était organisée dans le quartier Croulebarbe par la préfecture de la Seine.

*
*     *

Pendant la Commune, la Place d'Italie fut brièvement dénommé Place Duval par les insurgés qui voulurent honorer la mémoire d'un de leurs chefs militaires.

*
*     *

Alors que la voie de 15 mètres de large qui devait remplacer la ruelle des Reculettes dont la largeur variait de 2 à 7 mètres, aurait pu recevoir un autre nom, c'est sur l'insistance de la commission du vieux Paris pour conserver ce nom pittoresque cinq fois séculaire et sur l'intervention de M. Émile Deslandes conseiller municipal du XIIIè arrondissement que le conseil municipal de Paris décida, en 1930, de substituer simplement la dénomination de rue à celle de ruelle, pour constater cet élargissement décidé en 1910.

*
*     *

C’est le 15 février 1930 que fut inauguré le tronçon de la ligne métropolitaine 10 « Odéon - Place d’Italie ». Les stations ouvertes étaient : Saint-Michel, Cluny, Place-Maubert, Censier-Daubenton, Gobelins et Place d’Italie.

L'image du jour

La mairie du XIIIe