Faits divers

 L'Huitre et les Plaideurs - 1896

L'Huitre et les Plaideurs

Le Petit Parisien — 1er janvier 1896
La terrasse de la brasserie Rozes place et avenue d'Italie

Un différend des plus cocasses a éclaté hier entre la patronne d’un débit-restaurant de l'avenue de Choisy, Mme veuve Anaïs T. et un ouvrier tapissier, M. Alexis Jansier, âgé de trente-deux ans, demeurant rue de la Maison-Blanche, au sujet d'une huître.

Le litige a été porté devant le commissaire de police, qui n'a pas agi comme dans la fable, en mangeant l'huître, non seulement parce que c'était déjà fait et qu'il ne s'agissait pas du corps du mollusque, mais bien d’une perle qu'il renfermait.

Voici les faits

M. Jansier, qui est un gourmet, ne dédaigne point de s'offrir parfois un dîner fin, arrosé d'une bonne bouteille.

C'est dans de semblables dispositions qu'hier soir, à sept heures, il entrait dans l'établissement tenu par Mme veuve T.

Après avoir consulté religieusement la carte, il commanda un menu dont la composition faisait certainement honneur à ses facultés gastronomiques.

— Monsieur ne désire pas des huîtres ? lui demanda le garçon avant de s'éloigner

— Certes, oui s'écria le gourmet apportez-m'en une douzaine.

Il en était au onzième coquillage, lorsque, réprimant un juron, il fit une horrible grimace. Un corps dur se trouvait entre ses dents ; il le ramena sur ses lèvres et le posa sar son assiette, croyant que c'était une pierre. Quelle ne fut pas sa surprise en reconnaissant une toute petite perle, sans valeur, disons-le comme il s'en trouve quelquefois dans les huîtres comestibles. Mais M. Jansier, croyant avoir fait une trouvaille inestimable, s'écria tout joyeux :

— Une perle ! J'ai trouvé une perle ! Voilà un dîner qui ne me coûtera pas cher !

En entendant cette exclamation, la débitante accourut, examina la perle et déclara qu'elle lui appartenait.

Le tapissier se récria, alléguant que les huîtres étant à lui, ce qu'elles refermaient devenait sa propriété.

À cela, la veuve objecta qu'elle vendait aux clients la chair des mollusques, mais non les coquilles.

— La preuve en est, ajouta-t-elle, que personne ne les emporte.

M. Jansier ne voulait pas admettre cette prétention et une querelle s'éleva, qui ne tarda pas à dégénérer en dispute. Des gros mots furent échangés et le tapissier traita de « voleuse » la veuve, qui lui appliqua une gifle retentissante. M. Jansier, furieux, l'envoya rouler à trois pas d'une vigoureuse bourrade ; les autres clients intervinrent, on alla chercher des agents et les adversaires furent conduits au commissariat de M. Rémougin, à qui ils exposèrent leur différend.

Le magistrat n'a retenu que la question de voies de fait; quant à la perle, il s'est déclaré incompétent et a invité les plaideurs se pourvoir en Justice de paix.

Néanmoins, il leur a fait remarquer obligeamment que les frais qu'ils allaient assumer dépasseraient et au delà, la valeur de l'objet du litige, et que par conséquent ils feraient mieux, s'ils désiraient une perle, en acheter une avec l'argent qu'il leur faudrait débourser.

Mais les plaideurs n'ont pas voulu se ranger à ce sage avis, et ils veulent à tout prix soumettre l'affaire au juge de paix de l'arrondissement.

À lire également...

Place d'Italie

Un pickpocket

1887

M. Perruche, commissaire de police des quartiers de la Salpêtrière et de Croulebarbe, avait reçu, depuis une semaine, un certain nombre de plaintes émanant de personnes dont les poches avaient été indiscrètement explorées par des pickpockets à la fête foraine de la place d'Italie.

...


Quartier de la Gare

Un mari qui tue sa femme

1897

Un brave égoutier, M. Pierre S... demeurant 27, rue Harvey, dans le quartier de la Gare, donnait, ces jours derniers, asile à sa nièce, une gamine, de seize ans et demi, Pauline Ohlmann, qui avait épousé, quelques mois auparavant, un charretier nommé Patural et l'avait quitté pour se soustraire à ses brutalités.

...


Rixe

1899

Une vingtaine d'habitants de la cité Jeanne-d'Arc, qui nourrissaient depuis quelque temps des projets de vengeance contre des locataires de la cité Doré, rencontraient quelques-uns de ceux-ci place Pinel et les provoquaient.

...


Boulevard Kellermann

Maison inondée

1903

Un mécanicien demeurant au rez-de-chaussée, dans une maison de la rue du Moulin-de-la-Pointe, nommé Michel Leroy, dormait tranquillement aux côtés de son épouse, lorsque...

...

Saviez-vous que... ?

L'École Estienne est installée à son emplacement actuel depuis novembre 1889 mais n'a été inaugurée que le 1er juillet 1896 par le président de la République, M. Félix Faure.

*
*     *

Cinq ponts relient le XIIIème et le XIIème arrondissement.

*
*     *

Alors que la voie de 15 mètres de large qui devait remplacer la ruelle des Reculettes dont la largeur variait de 2 à 7 mètres, aurait pu recevoir un autre nom, c'est sur l'insistance de la commission du vieux Paris pour conserver ce nom pittoresque cinq fois séculaire et sur l'intervention de M. Émile Deslandes conseiller municipal du XIIIè arrondissement que le conseil municipal de Paris décida, en 1930, de substituer simplement la dénomination de rue à celle de ruelle, pour constater cet élargissement décidé en 1910.

*
*     *

Le 9 juin 1977, une jeune fille, tout en larmes, déclarait, à huit heures du soir, qu'un enfant venait de tomber dans un puits à découvert, sur un terrain entouré de planches, appartenant à la Ville, et situé rue de Patay et de Tolbiac.
Immédiatement, on prévint les sapeurs-pompiers du poste de la rue du Château-des-Rentiers. Sans perdre un instant, ceux-ci se rendirent au puits fatal. Le caporal y descendit, et en revient avec deux chiens vivants.

L'image du jour

Percement de l'avenue des Gobelins (1868)

La vue est prise de la place d'Italie dont on abaisse le niveau de près de deux mètres pour la pente de la nouvelle avenue soit moins forte. La construction métallique à droite, c'est le marché couvert des Gobelins. Il fonctionnera jusqu'à la fin du siècle avant d'être remplacé par le marché Blanqui. Avec l'ouverture de la rue Primatice, le marché couvert sera coupé en deux. La partie côté Gobelins sera démolie ; la partie côté boulevard de l'Hôpital subsistera jusqu'aux années 1970.  ♦