Faits divers

 Mutilé par son amie- 1914

Mutilé par son amie

Le Journal ― 27 avril 1914

Malgré cinq ans de vie commune, Émile Daucourt, polisseur, âgé de trente ans, et sa maîtresse, Marie Pécret, une forte femme de trente-cinq ans, ne formaient pas un couple parfait. Une discussion plus violente encore que celles qui fréquemment troublaient le petit logement où, ils s'étaient installés, 95, rue Broca, éclatait samedi soir entre eux. La querelle, cette fois, se termina par le départ de Marie Pécret.

Resté seul, le polisseur, ne pleura guère son abandon ; il se coucha tranquillement et s'endormit sans autre souci. Hier matin, il devait avoir un triste réveil. Vers 5 heures, une douloureuse piqûre à la cuisse gauche l'arrachait, en effet, à son sommeil, et le spectacle de sa compagne, revenue insidieusement et penchée sur lui, une paire de ciseaux à la main, ne fut pas pour calmer son émoi ; il se débattit et saisit la mégère au chignon. Mais une souffrance, terrible lui fit bientôt lâcher prise. A l'aide de son arme sa maîtresse venait de lui infliger une mutilation aussi douloureuse qu'humiliante.

Des voisins, des agents accoururent ; on transporta d'urgence le blessé à l'hôpital

Cochin, et l'on entraîna sa compagne au poste de la rue de la Butte-aux-Cailles.

Interrogée au cours de la matinée par M. Delanglade, commissaire de police du quartier de la Maison-Blanche, Marie Pécret assura, en sanglotant, qu'elle n'avait jamais eu l'intention de frapper aussi cruellement son amant. A l'en croire, elle serait revenue au domicile de ce dernier — trop facilement prodige de ses écus — pour lui enlever le montant de sa paye hebdomadaire. Émile Daucourt ayant conservé son pantalon et son porte-monnaie dans sa poche, elle avait tailladé l'étoffe pour prendre l'argent ; un coup de pointe malhabile avait éveillé le dormeur. En se débattant, au cours de la scène qui suivit, elle avait alors par accident blessé si, malheureusement son compagnon !...

Le blessé, par contre, jura, en la maudissant, que sa maîtresse avait prémédité et voulu l'odieuse mutilation.

Lui s'en tirera, espère-t-on, à la suite d'une heureuse opération de suture, avec quelques semaines d'hôpital. Quant à sa terrible compagne, elle a été envoyée au Dépôt.


Communiqué

DE LA MOUSSE CONTRE DU FEU

On a enfin trouvé en France le ,vrai moyen de se sauvegarder contre le feu. Les appareils employés projettent dix fois leur contenu en une. mousse qui recouvre instantanément tout foyer et arrête toute combustion. Ils s'imposent partout et, sont fabriqués par la Société « Le Parfait », R Bonnet et Cie, • 30, rue Marjolin, à Levallois-Perret. Catalogue B franco.

À lire également...

Attaqué par un lion

1897

Le dompteur Letort, attaché à la ménagerie de M. Adrien Pezon, vient d'être victime d'un accident qui, heureusement pour lui n'aura pas de suites graves.

...


Meurtre et bagarre sanglante

1902

La cité Jeanne-d'Arc vient d'être une fois de plus le théâtre de scènes sanglantes.

...


Boulevard de l'Hôpital

La casquette du bossu

1895

Une scène tragi-comique s’est déroulée, hier soir, à six heures, boulevard de l’Hôpital.
M. Julien Napthe, âgé de quarante-deux ans, demeurant, rue Jenner, garçon de magasin, passait, portant un paquet sous chaque bras, lorsqu’un tourbillon de vent lui enleva tout à coup sa casquette.

...


Marché des Gobelins

Quadruple empoisonnement

1893

Une dame Choquenot, demeurant avec son mari, ouvrier cordonnier, et ses quatre enfants, rue du Moulin-des-Prés, envoyait hier matin un de ses petits garçons au marché des Gobelins pour acheter des arlequins, pour le repas.

...

Saviez-vous que... ?

Le 24 décembre 1939, Paris-Soir nous apprenait que Mme Marthe Pouchenel, 20 ans, avait glissé sur le verglas dans la cour de l'immeuble où elle demeurait, 23, rue Bourgon et avait été admise à l'hospice de Bicêtre.

*
*     *

Gustave Geffroy (1855-1926) fut directeur de la Manufactures des Gobelins. Il n'est donc pas anormal que la rue qui porte son nom soit situtée tout près de celle-ci.

*
*     *

La rue Buot située à la Butte-aux- Cailles a une longueur de 125 mètres pour 10 mètres de largeur. Elle porte le nom du propriétaire de terrains voisins.

*
*     *

C'est le 7 mars 1930 à 11 heures que fut ouvert au public le tronçon du métro reliant la porte de Choisy à la place d'Italie. Ce tronçon était alors appelé à faire partie de la ligne 10 reliant la porte de Choisy aux Invalides. Il en sera ainsi jusqu'au 26 avril 1931.

L'image du jour

La Zone à la Poterne des Peupliers

Le fossé des fortifications est alors occupé par des jardins. On remarquera la différence d'aspect du mur des fortifications entre la droite et la gauche de la poterne des Peupliers. Le mur à gauche a été entièrement refait après son éboulement consécutif à 'éclatement de conduites d'eau passant sous le boulevard Kellermann en janvier 1912.