Dans la presse...

 Le nouvel hôpital de la Pitié - 1910

Le nouvel hôpital de la Pitié

Le Soir — 15 avril 1910

A propos d’une visite de la commission technique.  — Ce que sera l’établissement. — Tout un programme.

On sait que le nouvel Hôpital de la Pitié doit être livré au début de l’année 1911.

Bâtiments sur la rue Geoffroy-Saint-Hilaire de l'ancien hôpital de la Pitié (1903)Pierre Edmonts
CC0 Paris Musées / musée Carnavalet

Que sera la nouvelle Pitié qui va supplanter le vieil immeuble de la rue Geoffroy-Saint-Hilaire ? Elle sera, naturellement fort différente de l’ancien hospice, mal aéré, où le régime du dortoir déprimait les malades, où les délirants empêchaient les convalescents de dormir. Les grandes salles en contiendront dix-huit au plus et non trente à cinquante, comme dans les salles actuelles. Les agités auront un pavillon spécial pour qu’ils ne troublent pas ceux qui ont le bonheur de pouvoir dormir, et l’on fait le plus de chambres possible pour que la vie intérieure s’organise et qu’on rassemble ses rêves avec quiétude.

Nombre de réformes vont être apportées. Encore aujourd’hui, ceux qui ont des maladies virulentes, les ulcéreux, les tuberculeux et les souffrants de l’appendicite passaient en même temps à la visite. Les possesseurs de simples abcès voyaient les opérations chirurgicales, cela les effrayait souvent, retardait leur guérison. Voir ouvrir un ventre est douloureux pour un malade. On organisera deux services différents : un pour les aseptiques, un pour les septiques.

De l’air et de la lumière

Les pièces seront gaies et propres. Des grès et des céramiques orneront le sol, et les murs seront recouverts de faïences, où courront des frises gracieuses et des dessins plaisant à voir. Les chambres nues et froides déplaisent aux malades. La lumière et les arbres seront un auxiliaire puissant pour hâter les guérisons.

Chaque lit sera placé dans un trumeau, c’est-à-dire entre deux fenêtres. L’aération se fait par le haut des fenêtres, avec abattement intérieur ; ainsi seront évités les courants d’air néfastes.

La disposition est fort simple. L’entrée donnera sur le boulevard de l’Hôpital. A gauche de la grande allée est le pavillon de la médecine, ensuite, le bâtiment des admissions. Tout est par pavillons séparés. Les maladies infectieuses ne pourront se propager et les services ne se contrarieront pas. Dans le jardin, il y aura un pavillon spécial pour les internes, un pour l’administration. La chirurgie occupera deux vastes bâtiments, pourvus de tout l’outillage moderne.

On a pensé aussi aux infirmiers, ces indispensables auxiliaires si dévoués.

Au lieu du dortoir, qui empêchait le recueillement de cette vie en commun, triste parfois, on établira des chambres. Ainsi les employés auront un chez soi. Les principaux bâtiments sont à deux étages tandis que l'ancienne Pitié avait 20.000 mètres carrés en peine de superficie, la nouvelle en a 61.250.

Ajoutons pour terminer que l'ancienne Pitié sera démolie La pioche fera tomber ses antiques murailles comme elle abattit celle du vieil Hôtel-Dieu l’année dernière.



Vu dans la presse...

Le puits artésien de la Butte-aux-Cailles

Le puits artésien de la butte aux Cailles, dont nous n'avions pas visité le chantier depuis l'année dernière, est arrivé maintenant à une profondeur de 75 mètres, c'est-à-dire à 13 mètres 50 au-dessous du niveau de la mer. (1865)

Lire

Un nouveau dispensaire

Les habitants du XIIIe arrondissement viennent d'être dotés d'un dispensaire spécial pour enfants malades.
Édifié par les soins de la Société philanthropique, cet établissement est dû à la générosité de Mme Edouard André. Il se trouve, 4, rue Jean-Marie-Jégo. Pour ceux qui ne connaissent pas cette rue nouvelle et qui n'est inscrite dans aucun, indicateur, disons qu'elle est située près de la place d'Italie, à la jonction de la rue de la Butte-aux-Cailles et de la rue du Moulin-des-Prés. (1889)

Lire

L’enterrement de Blanqui

Ce n'est qu'hier soir, à six heures, que l\'administration des Pompes funèbres a été informée, par la mairie du treizième arrondissement, de l\'heure officielle des obsèques de Blanqui et de la classe choisie par la famille, pour le corbillard et les tentures. (1881)

Lire

Les obsèques de Blanqui

Dès neuf heures du matin, les employés des Pompes funèbres sont venus tendre la porte extérieure de la maison où est mort Blanqui, 25, boulevard d'Italie. Au milieu de la tenture se détache un écusson avec la lettre B. Il n'y a que très peu de monde encore sur le boulevard. Ce n'est que vers dix heures que l'on commence à arriver. (1881)

Lire

Saviez-vous que... ?

En 1860, Il y avait un commissariat pour deux quartiers dans chaque arrondissement de Paris. Pour le 13e, ces commissariats étaient installés 36 route d'Italie pour Croulebarbe et la Maison-Blanche et 62 boulevard de l'Hôpital pour les quartiers de la Salpêtrière et de la Gare.

*
*     *

L'avenue des Gobelins mesurait, à son inauguration, 880 mètres de long sur 40 de large.

*
*     *

En 1860, Il y avait un commissariat pour deux quartiers dans chaque arrondissement de Paris. Pour le 13e, ces commissariats étaient installés 36 route d'Italie pour Croulebarbe et la Maison-Blanche et 62 boulevard de l'Hôpital pour les quartiers de la Salpêtrière et de la Gare.

*
*     *

C’est le 15 février 1930 que fut inauguré le tronçon de la ligne métropolitaine 10 « Odéon - Place d’Italie ». Les stations ouvertes étaient : Saint-Michel, Cluny, Place-Maubert, Censier-Daubenton, Gobelins et Place d’Italie.

L'image du jour

La Zone à la porte de Bicêtre