Dans la presse...

 Un quartier qui ... - 1898

Un quartier en danger.

L’Écho de Paris — 13 avril 1898

Il y a une quinzaine de jours, les habitants de la Butte-aux-Cailles s'apercevaient, avec désagrément, que leurs habitations se lézardaient. Puis ce furent continuellement des craquements, des bruits suivis de la chute d'une glace, d'un tableau. Les locataires effrayés ne ferment pas l'œil et voient avec stupeur les cloisons prendre des formes inquiétantes.

Hier, au n°35 de la rue de l'Espérance, un long mur de clôture s'éboulait. Des souches de cheminées tombent sur la voie publique, au risque de blesser quelque passant. Toutes les vingt-quatre heures des tassements considérables se produisent. Quatre maisons ont dû être totalement évacuées et on en commence l'étalement.

Tout d'abord, une dizaine d'immeubles étaient atteints ; maintenant le danger gagne et chaque jour une maison nouvelle est signalée comme présentant les mêmes symptômes inquiétants.

Rue de Tolbiac, 211, une grande maison de six étages édifiée l'année dernière menaçait tellement ruine que le propriétaire la fait actuellement démolir.

Un rapport a été adressé par M. Remougin, commissaire de police du quartier de la Maison-Blanche, et des mesures immédiates ont été prises pour parer au plus pressé. La circulation des voitures a été interdite rue de l'Espérance et rue de la Providence et une armée d'ouvriers creusent le sol pour retrouver les fuites d'eau, seule cause du désastre.

Il importe que la Ville prenne toutes les mesures propres à rassurer l'intéressante et laborieuse population menacée.


Un quartier qui s'effondre.

Le Journal — 11 avril 1898

La partie de la Butte-aux-Cailles comprise entre les rues de Tolbiac, Barrault et de la Butte-aux-Cailles se trouve actuellement dans une situation des plus critiques.

Depuis quelques jours, les habitants voient avec terreur leurs maisons se tasser, les murailles se lézarder, les souches de cheminée tomber, les murs de clôture s'ébouler. La nuit, ils ne peuvent dormir ; ils sont continuellement éveillés par des craquements sinistres, les chutes de glaces, tableaux, vaisselles, marbres de cheminées. Des témoins (bandes-de papier collées sur les lézardes) attestent tous les jours des progrès considérables.

Des habitations ont dû être immédiatement évacuées et étayées. Demain, il en sera de même pour d'autres.

De l'enquête à laquelle s'est immédiatement livré le commissaire de police du quartier de la Maison-Blanche, M. Remougin, il résulte que des conduites d'eau ont dû crever, il y a longtemps, et que l'eau, s'épandant par infiltration dans le sol très en pente en cette partie, a amolli le terrain et amené ces phénomènes inquiétants pour la sécurité publique, et il importe que des mesures immédiates soient prises.

Ajoutons qu'une maison de six étages, construite l'an dernier, au 211 de la rue de Tolbiac, est en cours de démolition.


Un quartier qui s'écroule

Le Radical — 13 avril 1898

Un fait fort curieux se produit en ce moment dans la partie du quartier de la Maison-Blanche, comprise entre les rues de Tolbiac, de la Providence et de l'Espérance.

Dans cette espèce de triangle irrégulier se trouvent encastrées de vieilles maisons, derniers vestiges de ce qui fut l'ancienne Butte-aux-Cailles, vieilles masures rongées par les infiltrations d'eau, ébranlées par les fréquents glissements du sol calcaire et sableux sur lequel elles sont construites et qui réclament depuis longtemps, malgré le pittoresque de leurs physionomies, la pioche et le pic du démolisseur.

Le hasard s'est chargé d'accomplir ce que les ingénieurs de la Ville de Paris ne voulaient point faire.

Depuis quelque temps, en effet, tout ce coin du vieux Paris subit un inquiétant changement ; les maisons, jusqu'alors solides, tremblent sur leurs bases ; de brusques lézardes strient les antiques murailles et les toits vénérables, et les maisons s'inclinent vers la rue qu'elles menacent de combler d'un moment à l'autre.

Toutes ces maisons s'écroulent, les murs bombent et vacillent, les portes s'ouvrent seules ou restent obstinément closes, suivant que les murs s'écartent ou se contractent.

Des « témoins », bandes de papier destinées à enregistrer les mouvements des murailles, ont été apposés en plus de cinquante endroits : des agents les gardent à vue sur l'ordre de M. Rémongin, commissaire de police, qui a pris toutes les mesures nécessaires pour éviter les accidents qui ne pourraient manquer de se produire.

Le magistrat a, en outre, transmis son rapport aux autorités compétentes.


A lire également

Effondrement d'une maison place Pinel - 1883

Un éboulement aux fortifications - 1912 

Saviez-vous que ...

Les travaux d'aménagement de la Place d'Italie furent terminés en 1879 et celle-ci fut considérée comme l'une des plus belles de Paris.

L'image du jour

Ruelle des Gobelins (Berbier du Mets)

Vu dans la presse...

1884

L’empoisonnement de Paris

La Bièvre est l'une des causes les plus actives de l'empoisonnement parisien. Ce ruisseau, chanté par les poètes, sur les bords duquel Rabelais aimait à se promener et qui a inspiré des idylles à Benserade, n'est en réalité qu'un égout à ciel ouvert. (1884)

Lire

1867

La catastrophe du boulevard de la Gare

Au sortir du pont de Bercy, sur la rive gauche de la Seine, s'ouvre le boulevard de la Gare qui va de ce pont à l'ancienne barrière d'Italie, au bout de la rue Mouffetard. (1867)

Lire

1885

Fabrique de squelettes

Comme si ce n'était pas assez, pour rendre le treizième arrondissement insalubre, des marécages de la Bièvre et des fabriques de la plaine d'Ivry, on y a laissé s’installer toutes sortes d'industries infectantes. (1885)

Lire

1873

La gare d’Orléans et les quais de la Seine

Le bruit court que la compagnie d'Orléans est en instance pour obtenir du ministère des travaux publics un décret d'utilité publique qui lui permette d'exproprier certains terrains qu'elle désire annexer à la gare des marchandises intra-muros. (1873)

Lire

1865

Les vestiges de l’église Saint-Hippolyte

Malgré les larges et bienfaisantes percées opérées à travers les quartiers du vieux Paris, les monuments d’un autre âge sont loin d’être rares sur le sol de la cité. C’est ainsi qu’on trouve encore dans le 13e arrondissement, au n° 8 de la rue Saint-Hippolyte, des restes curieux d’un édifice qu’on croit généralement disparu depuis longtemps. (1865)

Lire

1889

La cité Doré

La cité Doré est située au cœur même du treizième arrondissement, que les statisticiens nous donnent comme le plus misérable de Paris, entre la rue Jenner et la place Pinel. Figurez-vous, entre deux murailles nues, un long boyau s’ouvrant ... (1889)

Lire

1896

Le cuiseur de cadavres

Si, par hasard, vous vous aventurez tout là-bas, là-bas, près des fortifications, dans le quartier de la Gare, vous pourrez, si vous passez rue des Chamaillards, voir, paisible, fumant sa pipe au seuil d'une grande porte peinte en marron, un homme frisant la soixantaine... (1896)

Lire

1905

Un matin à la poterne des Peupliers

Six heures et demie du matin. Le gardien de la paix Louis Roupillon, du treizième arrondissement, vient de prendre son service à la poterne des Peupliers, tout là-bas, là-bas, derrière la Butte-aux-Cailles, sous le boulevard Kellermann. (1905)

Lire

1932

Rue Cantagrel, des ateliers de nickelage gênent considérablement les voisins

Il existe rue Cantagrel, au 86, presque à l'angle de la rue de Tolbiac, des ateliers de chromage et nickelage. Le bruit et les odeurs qui en émanent sont tels qu'il est pénible d'habiter dans les parages. (1932)

Lire

1901

Une Descente imprévue

Le ballon « Le Rêve » partait dans l'après-midi d'hier de l'usine à gaz de la Plaine-Saint-Denis, pour exécuter une ascension libre. Pris dans un courant circulaire, l'aérostat, plana longtemps sur Paris, sans pouvoir s'élever. Vers huit heures du soir il se trouvait à une faible hauteur au-dessus du quartier de la Maison-Blanche, dans le treizième arrondissement... (1901)

Lire

1932

La ligne métropolitaine n° 10 doit être prolongée jusqu'à Austerlitz

En parlant, l'autre jour, du projet de prolongement de la ligne métropolitaine n° 10, actuellement arrêtée à la station Jussieu, vers la gare d'Orléans, terminus envisagé, nous notions que les organisations consultées n'avaient opposé aucune objection à l'administration préfectorale.
Le Syndicat de défense des intérêts généraux du quartier de la Gare, cependant, nous prie de déclarer qu'il a protesté contre le parcours projeté dès qu'il en a eu connaissance. Le quartier de la Gare est le seul qui n'ait point le métro. (1932)

Lire

1859

De la difficulté d’être le treizième arrondissement

Décidément, la ville de Paris n'aura pas de treizième arrondissement.
Hélas ! ce treizième arrondissement, il est partout, et on n'en veut nulle part. (1859)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme