Un nouveau pont - 1877

Un nouveau pont

Le Petit-Journal — 17 septembre 1877

Un nouveau pont vient d'être construit sur la route militaire qui entoure Paris, entre la porte de la Gare et celle de Vitry. Il est parallèle au boulevard Masséna, et franchit la ligne du chemin de fer d'Orléans. De cette façon, on peut parcourir la ligne stratégique sans rencontrer d'obstacles.

Avant l'établissement du nouveau pont, les piétons et les voitures étaient obligés de faire un grand détour, au chemin de fer ; ils devaient passer sous le ponceau de la rue Watt, pour arriver à la Seine.

Toutes les maisons qui se trouvaient en bordure à cet endroit ont été démolies : les remblais de la ligne de ceinture ont été élargis, dans de fortes proportions, et sur le renflement on a pratiqué la nouvelle chaussée.

La chaussée s'ouvre dans l'axe du pont de Bercy(*) et chemine en pente douce jusqu'au niveau des culées ; de l'autre côté, elle va se raccorder avec la chaussée du boulevard, près de la porte de Vitry.

Le tablier du nouveau pont a 50 mètres de portée; il est exactement du même style et de mêmes dimensions que les autres du chemin de fer : les charpentes et le garde-fou sont en fer.

Toutes les parties de cette immense cage métallique sont réunies au moyen de rouleaux et de grues.

Dans quelques jours, l'administration municipale aura satisfait aux nombreuses plaintes des habitants de ce quartier très commerçant ; les nombreux marchands de bois et de charbon, qui ont leurs chantiers dans les environs de la gare des marchandises, étaient obligés de faire de longs détours pour pouvoir communiquer avec les 12e et 13e arrondissements. Le ponceau de la rue Watt est tellement bas, que les voitures un peu chargées ne pouvaient passer dessous; elles étaient obligées deprendre les rues de Patay et du Loiret, pour aboutir à la Seine.

Avec le prolongement de la nouvelle rue de Tolbiac, le pont aura un autre avantage, celui d'abréger de beaucoup les communi cations des quartiers de la rive gauche avec ceux de la rive droite. Un autre pont sera jeté prochainement sur la Seine, dans l'axe de la nouvelle rue, entre le pont de Bercy et le pont National.(**) Les travaux de construction seront adjugés le jeudi 4 octobre.


(*) Une erreur de plume de la part du rédacteur de l'article. C'est du pont National dont s'agit. Ce pont, construit en 1852, avait alors une largeur de 8 mètres et fut élargi ultérieurement à plusieurs reprises, notamment en 1936, jusqu'à l'extension de 2011 consécutive à la création de la ligne T3 du tramway.

(**) Il s'agit du futur pont de Tolbiac


Le Pont National avant sa transformation -- Source : gallica.bnf.fr

A lire également

Un pont américain à Paris : le pont de Tolbiac (1895)

La passerelle de la Maison-Blanche : Inauguration prochaine (1907)

Menu article

Lu dans la presse...

Les jardins des Gobelins menacés ?

Les jardins des Gobelins forment dans un quartier populeux une oasis de fraîcheur et de verdure. Ils couvrent près de trois hectares et constituaient naguère une île entre deux bras de la Bièvre. (1933)

Lire

Un syndicat des « rouspéteurs » vient de se créer à Paris

Nous sommes déjà près d'un millier dans le treizième arrondissement, déclare son fondateur, M. Chartrain de la rue Vaqndrezanne. (1927)

Lire

L'ancienne nécropole Saint-Marcel

Une large tranchée est actuellement creusée, pour l'établissement d'une conduite cimentée, sur le trottoir, à l'extrémité du boulevard St-Marcel, près de l'avenue des Gobelins. (1913)

Lire

La reconstitution des Gobelins

On sait que la reconstitution partielle des Gobelins fut entreprise, il y a près de deux ans, sous l'habile direction de MM. Formigé et Jossely.
La façade du nouveau, bâtiment est déjà en partie débarrassée, de ses échafaudages. (1913)

Lire

La passerelle de la Maison-Blanche

Tout un coin du quartier de la Maison-Blanche est en fête : dans quelques jours on inaugurera solennellement la nouvelle et légère passerelle métallique qui, passant au-dessus des voies du chemin de fer de Ceinture, à la Glacière, relie maintenant entre eux deux points jusqu'à présent fort éloignés l'un de l'autre. (1907)

Lire

Une masure s'effondre au « Camp marocain »

À deux pas de la porte d'Italie, dans un grand espace situé rue Bobillot, se trouve une succession de masures misérables qui furent habitées, il y a une vingtaine d'années, par des nomades africains, prompts à jouer du couteau. (1910)

Lire

Les quartiers pauvres

Les quartiers pauvres et populeux de Paris sont négligés ou dédaignés par l'administration, tandis que les quartiers élégants sont « embellis » à grands frais.
Cette iniquité, à laquelle personne ne songe, et dont beaucoup de citoyens ont malheureusement à souffrir, a fini par provoquer les plaintes légitimes des habitants du 13e arrondissement, c'est-à-dire du coin abandonné qui comprend la route d'Italie, les Gobelins, la Bièvre et la Butte-aux Cailles. (1869)

Lire

La catastrophe de la Cité Doré

La cité Doré, entre le boulevard de l'Hôpital et la rue Jeanne-d'Arc, refuge misérable des biffins les plus pauvres, était jusqu'à présent un coin pittoresque de reportage.
C'est maintenant le lieu d’une catastrophe douloureuse qui compte cinq morts, qui aurait pu tuer plus de personnes encore, si, par un malheureux hasard elle s'était produite, une heure plus tôt. (1925)

Lire

La cité des Kroumirs

II y a un an, les Kroumirs étalent absolument inconnus en France ; aujourd’hui, comme les Cosaques et les Bédouins, ils ont pris place dans le vocabulaire populaire. Kroumir est passé expression de mépris. La cité des Kroumirs n’est donc pas bien vielle, et son aspect n’a rien qui puisse exciter l’envie. (1882)

Lire

On reconstruit l'Hôpital de la Pitié

M. Justin Rochet, l'architecte chargé des travaux, nous explique dans quelles conditions sera construit le nouvel établissement... (1906)

Lire

M. Poincaré inaugure le nouvel hôpital de la Pitié

M. Poincaré a présidé ce matin l'inauguration du nouvel hôpital de la Pitié. (1913)

Lire

L'achèvement de la rue Jeanne d’Arc

Le Bulletin Municipal a enregistré l'expropriation, pour cause d'utilité publique, d'un certain nombre de maisons du 13° arrondissement, situées rue Jenner, boulevard de l'Hôpital, rue Esquirol, passage Crouin, place Pinel, cité Doré, avenue Constance, avenue Constant-Philippe et boulevard de la Gare. (1914)

Lire

Teaser 6 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme