Dans la presse...

 Un nouveau pont - 1877

Un nouveau pont

Le Petit-Journal — 17 septembre 1877

Un nouveau pont vient d'être construit sur la route militaire qui entoure Paris, entre la porte de la Gare et celle de Vitry. Il est parallèle au boulevard Masséna, et franchit la ligne du chemin de fer d'Orléans. De cette façon, on peut parcourir la ligne stratégique sans rencontrer d'obstacles.

Avant l'établissement du nouveau pont, les piétons et les voitures étaient obligés de faire un grand détour, au chemin de fer ; ils devaient passer sous le ponceau de la rue Watt, pour arriver à la Seine.

Toutes les maisons qui se trouvaient en bordure à cet endroit ont été démolies : les remblais de la ligne de ceinture ont été élargis, dans de fortes proportions, et sur le renflement on a pratiqué la nouvelle chaussée.

La chaussée s'ouvre dans l'axe du pont de Bercy(*) et chemine en pente douce jusqu'au niveau des culées ; de l'autre côté, elle va se raccorder avec la chaussée du boulevard, près de la porte de Vitry.

Le tablier du nouveau pont a 50 mètres de portée; il est exactement du même style et de mêmes dimensions que les autres du chemin de fer : les charpentes et le garde-fou sont en fer.

Toutes les parties de cette immense cage métallique sont réunies au moyen de rouleaux et de grues.

Dans quelques jours, l'administration municipale aura satisfait aux nombreuses plaintes des habitants de ce quartier très commerçant ; les nombreux marchands de bois et de charbon, qui ont leurs chantiers dans les environs de la gare des marchandises, étaient obligés de faire de longs détours pour pouvoir communiquer avec les 12e et 13e arrondissements. Le ponceau de la rue Watt est tellement bas, que les voitures un peu chargées ne pouvaient passer dessous; elles étaient obligées deprendre les rues de Patay et du Loiret, pour aboutir à la Seine.

Avec le prolongement de la nouvelle rue de Tolbiac, le pont aura un autre avantage, celui d'abréger de beaucoup les communi cations des quartiers de la rive gauche avec ceux de la rive droite. Un autre pont sera jeté prochainement sur la Seine, dans l'axe de la nouvelle rue, entre le pont de Bercy et le pont National.(**) Les travaux de construction seront adjugés le jeudi 4 octobre.


(*) Une erreur de plume de la part du rédacteur de l'article. C'est du pont National dont s'agit. Ce pont, construit en 1852, avait alors une largeur de 8 mètres et fut élargi ultérieurement à plusieurs reprises, notamment en 1936, jusqu'à l'extension de 2011 consécutive à la création de la ligne T3 du tramway.

(**) Il s'agit du futur pont de Tolbiac


Le Pont National avant sa transformation -- Source : gallica.bnf.fr

A lire également

Un pont américain à Paris : le pont de Tolbiac (1895)

La passerelle de la Maison-Blanche : Inauguration prochaine (1907)

Saviez-vous que ...

En 1930, les Primistères parisiens avaient des magasins aux adresses suivantes : Rues, des Cinq-Diamants, 33 et 56 ; du Château-des- Rentiers, 54 et 135 ; Bourgon, 19 ; Nationale, 151 ; du Moulin-des-Prés, 9 ; de Patay, 92 ; Albert, 67 ; Baudricourt, 75 ; avenues : d'Italie, 52, 100, 198 et 180; d'Ivry, 41 ; de Choisy, 39 ; de Tolbiac, 169; boutevard de la Gare, 132 et 171.

L'image du jour

La Bièvre, passage Moret

Vu dans la presse...

1857

Le futur boulevard Saint-Marcel

Un arrêté du préfet de la Seine vient d'ouvrir une enquête à la mairie du douzième arrondissement pour le percement d'un nouveau tracé qui, sous le nom de boulevard Saint-Marcel, doit relier le boulevard Montparnasse au boulevard de l'Hôpital (1857)

Lire

1867

L'élargissement de la rue Mouffetard et l'aménagement de la place d'Italie

L'administration vient de faire déposer à la mairie du 13e arrondissement le plan parcellaire des propriétés dont la cession est nécessaire en tout ou en partie pour exécuter l'élargissement de la rue Mouffetard et la transformation de la place d'Italie. (1867)

Lire

1858

Un nouveau boulevard pour le 12e arrondissement ?

Cette voie s'ouvrira en face la place de la Collégiale et viendra déboucher sur le boulevard extérieuraprès avoir coupé le faubourg Saint-Jacques. (1858)

Lire

1868

Le percement du boulevard Arago

Les démolitions qu'on exécute en ce moment dans le faubourg Saint Marcel viennent de remettre au jour un coin très pittoresque du vieux Paris. (1868)

Lire

1868

Le puits artésien de la Butte-aux Cailles

Les travaux du puits artésien qui est en cours d'exécution à la Butte-aux-Cailles, dans le 13e arrondissement de Paris, se poursuivent régulièrement, et la profondeur atteinte par l'instrument de forage dépasse aujourd'hui 350 mètres. (1868)

Lire

1868

Le percement du boulevard Saint-Marcel

Le plus ancien vestige des édifices religieux encore debout en ce moment, mais qui disparaîtra au premier jour, est le porche de la chapelle Saint-Clément, qui date du quatrième siècle, et dans laquelle fut inhumé en 383 saint Marcel, évêque, de Paris, sous le règne de Théodose. (1868)

Lire

1868

Intéressante découverte archéologique sur le chantier du boulevard Saint-Marcel

Les travaux qui s'exécutent dans le quartier Saint-Marcel ont amené des découvertes fort importantes au point de vue archéologique. (1868)

Lire

1868

Nouvelles dénominations de voies

On donne à la rue de la Croix-Rouge la dénomination de Domrémy. village du département des Vosges, où naquit Jeanne d'Arc; la route de Fontainebleau devient route d'Italie, la place de la barrière d'Ivry devient la place Pinel... (1868)

Lire

1878

Les palais des Reines Blanche aux Gobelins

Si le vieil hôtel de Sens est, sur la rive droite de la Seine, un édifice curieux à voir, deux hôtels non moins anciens et tout aussi intéressants s'offrent sur la rive gauche, dans le quartier des Gobelins, aux yeux des amateurs du gothique. (1878)

Lire

1882

Deux promenades autour du boulevard Saint-Marcel

Le boulevard Saint-Marcel prend naissance au boulevard, de l'Hôpital, vis-à-vis la Salpêtrière, et va aboutir en ligne directe à l'avenue des Gobelins, où il se rencontre avec les boulevards Arago et Port-Royal pour former un spacieux rond-point. (1882)

Lire

1932

La question de la zone parisienne

Ce n'est jamais sans un sentiment de gêne, pour ne pas dire de honte, qu'en arrivait aux portes de la grande, cité parisienne, on franchit cet espace de 250 mètres de largeur qui longe encore en une ceinture presque continue les fortifications et qu'on appelle la Zone. (1932)

Lire

1933

Les jardins des Gobelins menacés ?

Les jardins des Gobelins forment dans un quartier populeux une oasis de fraîcheur et de verdure. Ils couvrent près de trois hectares et constituaient naguère une île entre deux bras de la Bièvre. (1933)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme