Dans la presse...

 L’orage -- L’Aurore — 30 mai 1901

L’orage

L’Aurore — 30 mai 1901

Insuffisance des égouts, — La Bièvre déborde. — Explosions d'égouts — Les horloges pneumatiques arrêtées. — Perturbations téléphoniques

Un orage d'une violence extraordinaire s'est abattu hier après-midi sur Paris. Vers une heure, des nuages lourds venant du Sud-Est s'amoncelaient, et à deux heures et demie de grosses gouttes de pluie commençaient à tomber.

Les rafales mêlées de grêle — les grélons étaient énormes — se succédaient à intervalles si rapprochés qu'il n'y a eu, en réalité, qu'une seule averse jusqu'à quatre heures. En peu d'instants les rues furent converties en véritables torrents. Les égouts, obstrués ou d'un débit trop faible, dégorgèrent leur contenu sur la chaussée, occasionnant, un peu partout, des inondations.

L'égout de la Bièvre creva. La rivière elle-même a débordé, inondant les tanneries et les débits de vins du quartier Saint-Médard. Chez certains débitants, l’eau atteignait l'entablement en zinc du comptoir. Dans quelques tanneries situées au bord de la Bièvre, le premier étage était envahi par les eaux.

À l'angle de la rue Broca et de la rue Mouffetard, une véritable inondation se produisit. Des marchandes des quatre saisons déjeunaient dans un restaurant. L'eau envahit les boutiques. Les femmes montèrent sur les chaises, puis sur les tables. Elles se croyaient perdues lorsque arrivèrent les pompiers de la caserne de Poissy. Ceux-ci, durent entrer, dans l'eau jusqu'à la ceinture# pour sauver les personnes bloquées.

Une mégisserie située rue de la Glacière, 35, s'est effondrée vers cinq heures et demie. Un ouvrier nommé Sonandoins a été contusionné.

Boulevard d’Italie, au n°5, les locataires ont été obligés d'évacuer la maison; de même au n° 151. Cette dernière maison menace de s'écrouler. Il a fallu l'étayer en toute hâte.

Rue Bellièvre, la plupart des maisons ont dû être évacuées également. Beaucoup de mobiliers sont perdus. Les locataires sont de pauvres gens que l'orage a ruinés.

Le 89 de la rue de la Santé, menaçant ruine, a été de même abandonné par ses locataires.

Sur la ligne d'Orléans, à la hauteur de la place Saint-Michel, une véritable trombe s'abattit, peu avant quatre heures. Les employés eurent le temps de sortir. La. Masse de l'eau rompit les deux voies ce qui arrêta la circulation des trains à partir de quatre heures.

Dans la cave du Théâtre Français, le tampon de l'égout céda, sous la pression formidable, et l'eau inonda les sous-sols. La panique fut, un instant, très vive. Mais une pompe à vapeur, après une heure de travail, réussit, à épuiser l'eau qui s'amassait.

Il y eut partout des caves inondées. On en signale dans le quartier de la Monnaie, notamment celles du lycée Fénelon. Dans sous-sol de l'Hôtel de Ville, l'eau atteignait près de 15 centimètres. Près de la Tour Saint-Jacques, les magasins d'une maison de nouveautés furent inondés ; les caves de cet immeuble contenaient deux mètres d'eau. Rue Zacharie, rue de Rivoli, avenue Ledru-Rollin, rue Saint-Antoine, rue Git-le-Cœur, rue de Savoie, rue Saint-André-des Arts, des caves furent inondées. Les pompiers eurent beaucoup de mal à empêcher une sérieuse inondation à l'ambassade d'Allemagne rue Saint-Dominique.

Enfin, les rampes d'accès du Métropolitain ont été pendant quelques instants transformées en cascade, et un véritable torrent s'est déversé par l'escalier de sortie dans la cour de la gare Saint-Lazare, au grand effroi des voyageurs.

L'exposition d'horticulture, qui ouvrit ses portes hier, n'a pas été épargnée.

L'eau a envahi ses pelouses de tous les côtés, l'insuffisance du débit des égouts ne permettant pas  à la pluie de s'écouler. Des lacs où l’on enfonçait jusqu'à mi-jambe se formèrent en quelques instants. Pour fuir l'inondation, les visiteurs grimpèrent sur les massifs écrasant les plantes. Il y eut un moment de panique, heureusement assez court. Quelques messieurs de bonne volonté enlevèrent souliers et chaussettes et voiturèrent les dames dans des brouettes de jardinier jusqu'à la rue de Rivoli.

L'exposition ne rouvrira ses portes que cet après-midi.

Dans la rue du Louvre, au coin de la rue Saint-Honoré, sous la pression énorme de l'eau l'égout a sauté projetant le sol jusqu'à la hauteur d'un second étage.

L'eau est sortie comme un torrent et a envahi les sous-sols d'une maison. Comme conséquence, toutes les horloges pneumatiques des premier et deuxième arrondissements se sont arrêtées, une conduite d'air comprimé ayant été crevée. On signale deux accidents de personnes. Au plus fort de l'orage, Mme Breton, marchande des quatre saisons renversée par le vent dans la rue des Lyonnais, est tombée la tête dans le ruisseau. Le ruisseau était tellement grossi que la pauvre femme se fut noyée si on n'était venu à son secours. On la retira à demi asphyxiée.

Au même moment, un élève wattman était frappé par la foudre sur un tramway de la ligne Bonneuil-Concorde, au quai Voltaire. Transporté dans une pharmacie, on était parvenu à le ranimer après une heure et demie de soins mais une demi-heure plus tard, il rendait le dernier soupir.

Le malheureux s'appelait Sireuge, il n'avait que vingt-quatre ans. Il demeurait 7, rue Lauzun.

Sur la Seine, au port Morland, un bateau, La Montagne, chargé de 150 stères de bois, a coulé, il n’y a pas d'accident de personne.

Enfin, l'inondation des égouts a eu pour conséquence de rendre momentanément inutilisables un certain nombre de lignes téléphoniques d'abonnés, notamment dans les seizième et dix-septième arrondissements.

Quelques lignes suburbaines à l'ouest, de Paris sont également inondées dans les égouts.

L'orage paraît avoir suivi le cours de la Seine et de l'Yerres. La banlieue nord- ouest de Paris a été à peu près épargnée.

J. Larcher.

A lire également

La Bièvre, reportage de l'Aurore (31 mai 1901)

Après l'orage (Le Figaro, 31 mai 1901)



Vu dans la presse...

1930

Inauguration de la ligne de Métro N° 10

M. Pernod, ministre des Travaux publics, inaugure ce tantôt, à 15 heures, une nouvelle ligne de métro, ou plutôt un nouveau tronçon : « Carrefour de l’Odéon-Place d’Italie », rattaché provisoirement à la ligne n° 10... (1930)

Lire

1926

Métropolitain, ligne n°7

La ligne n° 7 est assurément l'une de celles qui ont subi le plus grand nombre de transformation successives.... (1926)

Lire

1878

Les nouvelles voies de la rive gauche

On sait que toute la zone annexée de la rive gauche doit être traversée par une grande voie parallèle aux anciens boulevards extérieurs. Cette artère, déjà ouverte, depuis deux ans, entre la place de l'Église de Montrouge et la rue de la Glacière... (1878)

Lire

1866

La première boucherie de cheval à Paris

Notre gravure représente la devanture de la boutique qu'un boucher, — pourquoi pas un chevalier ? — vient d'ouvrir près du boulevard d'Italie...... (1866)

Lire

1866

Travaux publics.

On va bientôt procéder dans le 13e arrondissement (des Gobelins) aux travaux d’agrandissement et de régularisation de la place d’Italie et de ses abords.... (1866)

Lire

1924

Métro, ligne 12, le projet abandonné

De la porte d'Orléans à la porte de Gentilly et à la porte d'Italie... (1924)

Lire

1868

Petite ceinture : stations de Montrouge, Gentilly et Maison-Blanche (1868)

La construction de cette partie du chemin de fer de ceinture où les voies sont dans des tranchées de 8 à 10 mètres de hauteur a nécessité cette position des gares qui se trouvent, comme on le voit dans la Fig.2 construites sur un tunnel dans lequel passent les trains.... (1868)

Lire

1894

Le mystère des Gobelins

Un bruit sinistre, dont un de nos confrères s'est fait l'écho, a couru hier sur la rive gauche. M. Guignet, chef des ateliers de teinturerie à la manufacture des Gobelins, se serait aperçu que certaines parties d'un grand panneau de tapisserie représentant la Conversion de saint Paul avaient perdu toute la vivacité de leurs couleurs. (1894)

Lire

1897

Un syndicat d'indigents

La cour des Miracles était hier soir en grand émoi ; elle avait transporté cahin-caha, béquillant et gesticulant, ses pénates dans le quartier de la Gare, rue Nationale, tout là-bas, au bout de Paris, près de la barrière d'Italie. Il faut dire que le 13° arrondissement a un maire, M. Thomas, « qui fait des économies sur les fonds alloués par la Ville au service de bienfaisance, et qui, cette année, a rendu 50,000 francs à l'Assistance publique. (1897)

Lire

1890

L'épidémie de la Maison-Blanche

Au moment où le service de statistique municipale constatait avec satisfaction une décroissance notable de la mortalité dans Paris, une épidémie éclatait dans un quartier excentrique et y jetait l'effroi. Le quartier contaminé est celui de la Maison-Blanche, situé dans le treizième arrondissement, sur les bords de la Bièvre. (1890)

Lire

1891

La reconstruction des Gobelins

Il paraît décidé qu'on conservera pieusement les ruines de la Cour des Comptes, comme souvenir de 1871. Mais il est un autre monument, également ruiné par la Commune et dont la vue séduit beaucoup moins : la façade de la manufacture des Gobelins « provisoirement » remplacée par une construction en platras et une palissade en planches. (1891)

Lire

1912

Sauvons les Gobelins !

Dans la pénurie lamentable des crédits affectés aux beaux arts, le budget des Gobelins est peut-être le plus précaire. (1912)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme