Un jour dans le 13e

 paris-treizieme.fr — 14 juillet 1881

14 juillet 1881

La Petite République — 16 juillet 1881

Nous voici dans le treizième. Même intérêt, même goût, même ardeur à bien faire.

Au coin de la rue Jenner et de la rue Esquirol, bal très coquettement arrangé.

La rue Esquirol à son débouché boulevard de l'Hôpital

Boulevard de l’Hôpital, n°119, décoration charmante. Les habitants de cette maison ont organisé dans la cour, très artistement décorée, un bal pour les locataires.

Rue Esquirol, très belle décoration ; les maisons portant les numéros 34 et 39 sont particulièrement remarquables.

Place Pinel, très bien sous tous les rapports ; bal, arc de triomphe, jeux, etc.

Boulevard de la gare également très soigné, grande émulation, aussi est-on arrivé à faire très-bien.

Au coin de la rue Nationale, un élégant arc de triomphe ; profusion de verres de couleurs. Signalons du reste et d’une façon toute particulière l’originalité apportée à la décoration de cette rue.

Même rue, à la hauteur du numéro 16, suspendu par des cordes maintenues par quatre mâts, un énorme tonneau en papier ; d’un côté du tonneau, l’inscription : Vive la République de 1789 ; de l’autre côté : Vive la République de 1881. Place de l’Arsenal au bout de la rue Nationale, bal.

Place d’Italie, baraques foraines, jeux de toutes sortes. Au théâtre de la famille Laurrier, on joue les Kroumirs, drame en trois actes ; c’est un monde ! À côté, très beau carrousel. Illumination merveilleuse. 15,000 verres de couleurs, coup d’œil féerique.

Le grand mouvement de la population du 13e se produit surtout place d’Italie et avenue des Gobelins. Il y en a là pour tous les goûts, balançoires, chevaux de bois, de quoi satisfaire les petits et les grands.

La manufacture de Gobelins est magnifiquement décorée.

À midi un quart, le char de l'Abondance est sorti de la rue Saint-Jacques. Très réussi, ce char, Sans aucun doute, la tombola organisée sous le patronage des membres du conseil du treizième arrondissement, aura eu un succès complet ; les lots consistaient en fruits, fleurs, volailles, moutons même. Les billets étaient de cinquante centimes, tout la monde en voulait, tout le monde en a eu. Demain le tirage. Mention tout à fait spéciale pour la maison, 75, avenue de Choisy, décorée avec une grande originalité.

La rue Jenner à son débouché, boulevard de l'Hôpital

Saviez-vous que... ?

Un bureau de poste auxiliaire ouvrit le 1er octobre 1894 au 80 du boulevard de la Gare.

*
*     *

En 1892, Mesdemoiselles Dufrène, disposant de hautes références, donnaient des leçons d'italien au 27 de l'avenue des Gobelins.

*
*     *

En 1930, les Primistères parisiens avaient des magasins aux adresses suivantes : Rues, des Cinq-Diamants, 33 et 56 ; du Château-des- Rentiers, 54 et 135 ; Bourgon, 19 ; Nationale, 151 ; du Moulin-des-Prés, 9 ; de Patay, 92 ; Albert, 67 ; Baudricourt, 75 ; avenues : d'Italie, 52, 100, 198 et 180; d'Ivry, 41 ; de Choisy, 39 ; de Tolbiac, 169; boutevard de la Gare, 132 et 171.

*
*     *

Le 2 aout 1929, place d’Italie, les passants observaient un aigle planant majestueusement au-dessus d’eux à une altitude variant de 30 à 50 mètres. Le royal oiseau venait de s'échapper du Muséum d'histoire naturelle. Il n’a pu être rattrapé.

L'image du jour

Vue générale sur la manufacture des Gobelins

Il s'agit de l'état de la manufacture avant les transformations de la fin des années 1900 et de la construction de la galerie Formigé