Faits divers

 paris-treizieme.fr — Au fond d’un puits (1879)

Au fond d’un puits

Le Petit-Parisien — 26 mai 1879

Voici de nouveaux renseignements sur l'éboulement qui s'est produit avant-hier dans un puits de la rue Nationale.

La rue Nationale vue du boulevard de la Gare (Vincent-Auriol)
Les numéros impairs sont à gauche.

Au n° 7 de cette rue se trouve un lavoir alimenté par un puits d'où l'eau est extraite par une pompe élévatrice.

Une fissure s'étant produite dans le tuyau d'aspiration deux ouvriers, Jean Ladame et Joseph, descendirent à sept heures pour faire la réparation.

À huit heures, Joseph remonta chercher des boulons. À peine atteignait-il la margelle qu'un bruit sourd se lit entendre.

M. Leroy, le patron du lavoir, accourut. Un éboulement venait de se produire, l'orifice du trou était comblé par des matériaux de toute sorte.

Ladame était enfoui sons les décombres. M. Leroy appela à plusieurs reprises :

— Ladame ! Ladame !

Et l'on entendit enfin la voix sourde de Ladame qui disait :

— Je suis là.

— À quel endroit, au-dessus ou au-dessous des catacombes ?

— Je ne sais pas au juste, j'ai un mètre libre pour me retourner. Travaille-t-on pour me sauver ?

— Oui, prenez courage.

Il faut dire que le puits traverse perpendiculairement les carrières pratiquées autrefois pour extraire du sol les matériaux qui ont servi à construire le vieux Paris. La voûte de l'ancienne carrière se trouve à peu près à mi-hauteur du puits, qui a environ vingt-cinq mètres de profondeur.

Ou supposait que Ladame se trouvait peut-être englouti au niveau de cette entrée, ce qui eût rendu le sauvetage relativement facile.

Mais à peine venait-on d'entendre ses dernier mots, qu'un nouveau craquement se fit entendre le mur du puits s'effondra de nouveau, et dès lors il ne fut plus possible de communiquer avec le pauvre ouvrier.

Toute la journée d'hier et toute la nuit on a travaillé. MM. Killer et Waleski, ingénieurs, ont fait attaquer le puits par les catacombes, pendant que M. Coisel, architecte de la préfecture a fait procéder au déblaiement par le haut.

Ladame est âgé de vingt-neuf ans. Il est marié depuis le 29 mars à une ouvrière mécanicienne, âgée de dix-sept ans et demi il habite la rue du Parc, à Gentilly.

Hier matin, au moment où Ladame quittait sa femme, il lui dit :

— Viens que je t'embrasse. Je vais descendre dans un vieux puits… Je n'aurais qu'à y rester.

Le pauvre garçon ne croyait pas dire si vrai.

Hier matin, à neuf heures, on découvrit les pieds de Ladame.

Il n'a pas répondu aux appels qui lui ont été faits.

On pousse avec précaution les travaux de consolidation.

De l'avis des ingénieurs, tout espoir n'est pas perdu de sauver le malheureux.

Il est enfermé dans un espace libre nommé « cloche » par les terrassiers. On espère qu'il n'est qu'évanoui ; on a pu faire passer dans Ia cloche un tube par lequel on injecte de l'air à l'aide d'une pompe foulante.

 



À lire également...

Rue Barrault

Le drame de la rue Barrault

1893

Au numéro 10 de la rue Barrault, dans un petit logement situé au troisième étage, une jeune femme de vingt-six ans, Mme Louise Breton, née Devrot, a tenté de se tuer avec son enfant.

...


Des bandits en auto dévalisent une passante puis attaquent une crémière

1931

D'audacieux bandits, des jeunes gens, si l'on en croit le signalement donné par les victimes, ont opéré, l'autre nuit, d'abord rue du Bois-de-Boulogne, à Neuilly, puis rue Brillat-Savarin, en utilisant une automobile volée.

...


Les rixes du quartier des Gobelins

1894

Depuis quelque temps le quartier des Gobelins est le théâtre de rixes continuelles.

...


Boulevard Kellermann

Un crime mystérieux à la Maison-Blanche

1909

L’émotion est des plus vives dans le quartier de la Maison-Blanche, où vient d’être découvert un mystérieux paquet contenant la moitié du corps d’une fillette âgée de sept à huit mois.

...

Saviez-vous que... ?

Le 2 décembre 1923, le quotidien Paris-Soir rapportait qu'avenue des Gobelins, en face du 51, des agents avaient surpris Marcel Popinel, demeurant en hôtel, rue Lebrun, qui avait percé un fut de vin. Le pipeur a été conduit au commissariat de police du quartier.

*
*     *

4.054 maisons étaient recensées dans le XIIIème arrondissement par le service des contributions indirectes au début des années 1880. Paris, selon ce service, comptait, au total, 82.352 maisons.

*
*     *

C'est en juillet 1905 que le nom de Paul Verlaine (1844-1896) fut donné à la place du puits artsésien dans le 13e arrondissement.

*
*     *

Le 24 décembre 1883, la presse quotidienne faisait part du décès du « père Moreau » âgé de 100 ans et 3 mois, présenté comme le doyen des chiffonniers, en son domicile du 22 de la rue du Moulinet qu’il occupait depuis plus de 40 ans.
Il était mort d’inanition depuis 5 à 6 jourset son corops était d’une maigreur telle que la peau ressemblait à un vieux parchemin.
Des journaux rapportèrent que l’on trouva dans ses affaires un sac de toile rempli de pièces d’or.

L'image du jour

Bastion 91 boulevard Masséna

Situé entre les portes d'Ivry et de Vitry, le site du bastion 91 est aujourd'hui occupé par la caserne de pompiers Masséna.