Faits divers

 paris-treizieme.fr — L'Éboulement de la rue Nationale (1879)

L'Éboulement de la rue Nationale

La Lanterne — 25 mai 1879
La rue Nationale vue du boulevard de la Gare (Vincent-Auriol)
Image colorisée

Au numéro 7 de la rue Nationale se trouve un lavoir dont les propriétaires sont M. et Mme Leroy.

Ce lavoir est alimenté par un puits d'où l'eau est extraite au moyen d'une pompe élévatrice. Ces jours derniers, on s'aperçut qu'une fissure s'était produite dans le tuyau qui amène l'eau. M. Leroy confia les réparations à faire à M. Bréard, chaudronnier-plombier, 9 et 11, rue des Gobelins.

Ce dernier envoyait hier matin deux ouvriers qui descendirent dans le puits vers sept heures et demie.

À huit heures moins le quart, l'un d'eux remonta pour chercher un outil dont il avait besoin.

À peine était-il arrivé à la margelle qu'un bruit sinistre se fit entendre. C'était le mur du puits qui s'effondrait, engloutissant le malheureux ouvrier qui venait de commencer son travail.

Ladame, — c'est son nom — ne fut pas tué ; on put encore converser pendant près d'une heure avec lui : les voix s'entendaient parfaitement à travers les débris du mur qui formaient une voûte au-dessus de lui.

— Êtes-vous blessé ?

— Non. Mais je n'entends rien faire pour me débarrasser. Travaille-t-on à déblayer ?

— Oui, on travaille. Où êtes-vous ?

— Je ne sais pas au juste. J'ai un mètre d'espace libre autour de moi.

On demanda alors à Ladame s'il se trouvait en communication avec les catacombes. Il faut que nos lecteurs sachent que le puits en question coupe perpendiculairement une de ces curieuses excavations pratiquées par nos pères pour extraire du sol les matériaux destinés à construire les maisons du vieux Paris. L'entrée de la voûte de l'ancienne carrière se trouve approximativement à mi-hauteur du puits, qui a environ vingt-cinq mètres de profondeur.

On supposait que Ladame se trouvait peut-être englouti au niveau de cette entrée, ce qui eût rendu le sauvetage relativement facile.

À peine venait-on d'obtenir de lui ce dernier renseignement, qu'un nouveau craquement se fit entendre : le mur du puits s'effondra de nouveau, et dès lors il ne fut plus possible de communiquer avec le pauvre ouvrier.

Il ne restait donc plus qu'à chercher à le découvrir le plus tôt possible.

M. Cayrol, entrepreneur de travaux publics, qui a été chargé maintes fois de travaux de consolidation des anciennes carrières, fut prévenu. Il descendit dans les catacombes par l'entrée de la place d'Italie, et ne tarda pas à retrouver le puits qu'il connaissait bien.

Ce ne fut, hélas ! que pour constater qu'il était impossible de ce côté de parvenir promptement à Ladame. Les débris formaient voûte au-dessus de l'entrée des catacombes ; au-dessous le puits, rien que le puits, avec ses cinq ou six mètres d'eau.

Deux hypothèses alors.

Le malheureux est-il au fond de l'eau ?

Est-il resté englouti dans les matériaux effondrés ?

On procéda donc en raison de l'une et l'autre prévision.

En haut, on s'est mis à consolider les parois du puits, en les maçonnant, de façon à pouvoir enlever les déblais sans avoir à courir les risques d'un troisième éboulement.

En bas, on fouille les eaux du puits. Pour les fouiller, il faut les épuiser. Au moment où nous quittons les lieux, on vient d'amener une pompe d'un débit de 25,000 litres à l'heure.

Quand elle aura fonctionné suffisamment, des hommes descendront dans l'eau s'il le faut et exploreront minutieusement le fond du puits.

Ce déplorable événement a produit dans tout le quartier une impression des plus tristes.

Le pauvre Ladame a vingt-neuf ans ; il est marié, depuis le 29 mars dernier seulement, à une ouvrière mécanicienne qui est âgée de dix-sept ans et demi. Tous deux faisaient un excellent petit ménage ; ils étaient bien estimés à Gentilly, où ils habitaient, rue du Parc.

Hier matin, au moment où Ladame quittait sa femme, il lui dit :

— Viens que je t'embrasse. Je vais descendre dans un vieux puits... Je n'aurais qu'à y rester.

Le pauvre garçon ne croyait pas dire si vrai.

Détail qui fait frissonner :

Si l'accident s'était produit une demi-heure plus tard, il y avait quatre hommes dans le puits au lieu d'un seul !

P. S. — Au moment où nous mettons sous presse, l'un de nos reporters arrive du lieu de l'accident. MM. Sainrapt et Cayrol poussent avec activité les recherches, tant dans la rue Nationale que dans les catacombes, malheureusement sans résultats favorables jusqu'ici.

On a attendu très tard pour prévenir la femme de la victime. Son désespoir est impossible à dépeindre.

 



À lire également...

Une usine incendiée

1911

Le feu éclatait, la nuit dernière vers quatre heures, dans une usine de dégraissage de chiffons appartenant à M. Figueros, située tout au fond du treizième arrondissement, 14, rue Brillat-Savarin.

...


Le drame de la rue de Tolbiac : double tentative de meurtre

1895

Une double tentative de meurtre a mis en émoi, hier soir, les habitants de la rue de Tolbiac, dans le quartier de la Maison-Blanche.

...


Les rixes du quartier des Gobelins

1894

Depuis quelque temps le quartier des Gobelins est le théâtre de rixes continuelles.

...


Quartier Croulebarbe

Le désespoir d'un ivrogne

1903

Un ouvrier tanneur, Marius C..., entrait hier dans sa trente-troisième année. Il résolut de fêter dignement son anniversaire.
Ayant endossé ses habits du dimanche, il sortit, vers huit heures, et passa toute la matinée à boire des apéritifs dans les bars de l'avenue des Gobelins.

...

Saviez-vous que... ?

L'École Estienne est installée à son emplacement actuel depuis novembre 1889 mais n'a été inaugurée que le 1er juillet 1896 par le président de la République, M. Félix Faure.

*
*     *

En 1892, Mesdemoiselles Dufrène, disposant de hautes références, donnaient des leçons d'italien au 27 de l'avenue des Gobelins.

*
*     *

La rue Edmond Gondinet fut ouverte en 1898 et reçut, en 1899, le nom de ce trop méconnu auteur de comédies qui est aussi l'un des coauteurs du livret de Lakmé, opéra-comique en trois actes créé en 1883, musique de Léo Delibes.

*
*     *

Contrairement à la légende habituellement véhiculée par le parti communiste français, René Le Gall n'est absolument pour rien dans la création du jardin ouvert en 1938 et qui porte son nom depuis 1944.
Le jardin des Gobelins est une résultante de la convention conclue en 1934 entre l'État et la ville de Paris, en vue de la réimplantation du mobilier National dans le 13e arrondissement dont les terrains d'assise, situés en bordure de l'avenue Rapp, devaient être libérés en vue de l'exposition internationale de 1937.
Pour ce faire, l’État cédait à la ville le jardin historique des ouvriers de la manufacture des Gobelins à charge pour elle d’y réaliser une promenade publique sur le surplus du terrain où le nouveau mobilier national trouverait désormais sa place.

L'image du jour

Percement de l'avenue des Gobelins (1868)

La vue est prise de la place d'Italie dont on abaisse le niveau de près de deux mètres pour la pente de la nouvelle avenue soit moins forte. La construction métallique à droite, c'est le marché couvert des Gobelins. Il fonctionnera jusqu'à la fin du siècle avant d'être remplacé par le marché Blanqui. Avec l'ouverture de la rue Primatice, le marché couvert sera coupé en deux. La partie côté Gobelins sera démolie ; la partie côté boulevard de l'Hôpital subsistera jusqu'aux années 1970.  ♦