Faits divers

 Les étrangleurs des Gobelins— Trois arrestations - Le Figaro — 25 Á 26 janvier 1895

Les étrangleurs des Gobelins

Le Figaro — 25 janvier 1895

Avant-hier soir, à dix heures et demie, un nommé Pierre Gustave, livreur dans un magasin du quai d'Orsay, traversait la place Jeanne d'Arc pour rentrer chez lui, lorsqu'il fut assailli par deux individus qui lui jetèrent une corde autour du cou, le renversèrent à moitié étranglé et lui enlevèrent une somme de cent francs. Pour être certains de ne pas être poursuivis par leur victime, les bandits lui « sonnèrent » la tête sur le pavé, puis ils s'enfuirent, laissant le malheureux sans connaissance.

Pierre ne revint à lui que deux heures plus tard et se traîna péniblement jusqu'au poste de la mairie où on lui donna les soins que réclamait son état.

M. Siadoux, commissaire de police, a ouvert une enquête et il est probable que, demain, nous aurons à annoncer l'arrestation de ces dangereux malfaiteurs.


Les étrangleurs des Gobelins — Trois arrestations

Le Figaro — 26 janvier 1895

Ainsi que nous le faisions prévoir dans notre dernier numéro, M. Siadoux, commissaire de police, assisté par son inspecteur Poggi, a mis, hier, en état d'arrestation les auteurs de l'agression nocturne de la place Jeanne -d'Arc.

Confrontés, avec le livreur qu'ils avaient dévalisé après l'avoir à moitié étranglé, celui-ci n'a pas hésité à les reconnaître. Ce sont les nommés Le Devedec, charretier, dit la Terreur de la Glacière, âgé de vingt-sept ans; Geng, dit Sale-Nez, fumiste, âgé de trente ans, et Dion (Eugène), terrassier, âgé de, vingt ans. Ce dernier servait de rabatteur aux deux autres qui paraissent être les chefs de la bande d'étrangleurs opérant, depuis quelque temps, dans le quartier des Gobelins.

Chez Le Devedec, on a trouvé plusieurs nœuds coulants tout préparés.

Après un long interrogatoire, M. Siadoux a envoyé les trois malfaiteurs au Dépôt.



À lire également...

Boulevard de la Gare

La bande des deux moulins

1894

Une véritable bataille s'est livrée hier soir, vers onze heures et demie, boulevard de la Gare, entre ouvriers et rôdeurs.

...


Amours séniles

1904

Subissant l'influence de l'été de la Saint-Martin, Paul Perrotel le « père Paul » comme on l'appelle dans le quartier des Gobelins bien qu'âgé de cinquante-huit ans, déclara sa flamme à une marchande de pommes de terre frites de la rue de Tolbiac, Louise Fléchel, qui compte, elle, cinquante-cinq ans.

...


Place d'Italie

Une corida

1894

M. Wach, marchand de bestiaux, demeurant, 132, boulevard de l'Hôpital, conduisait hier vers quatre heures un jeune taureau aux abattoirs de Villejuif, quand, arrivé dans la cour de cet établissement, l'animal devenu subitement furieux s'échappa, parcourant la place et le boulevard d'Italie qu'il descendit affolé.

...


Quartier de la Maison-Blanche

Jalousie profesionnelle

1895

Dans un terrain vague de la rue Barrault, en face du n° 71, sont installées des roulotes habitées par des vanniers.

...

Saviez-vous que... ?

Le 24 décembre 1939, Paris-Soir nous apprenait que Mme Marthe Pouchenel, 20 ans, avait glissé sur le verglas dans la cour de l'immeuble où elle demeurait, 23, rue Bourgon et avait été admise à l'hospice de Bicêtre.

*
*     *

La rue Henri Pape s'appelait jusqu'en 1897, rue Edmond-Valentin

*
*     *

Le 1er mars 1932, l'usine de chaussures (qui répandait aux alentours de manière permanente une odeur de vernis) installée boulevard Kellermann (au 10) était ravagée par un incendie.

*
*     *



Au terme du recensement de 1982, la population municipale totale du 13e arrondissement s'établissait à 168.446 habitants pour un total de 2.163.277 pour l'ensemble des 20 arrondissments. Le 13e était le sixième en imporance de population.
Pour 2019, la population du 13e s'établissait à 180.005 habitants après avoir atteint 183.713 pour 2013.

L'image du jour

La Zone à la Poterne des Peupliers

Le fossé des fortifications est alors occupé par des jardins. On remarquera la différence d'aspect du mur des fortifications entre la droite et la gauche de la poterne des Peupliers. Le mur à gauche a été entièrement refait après son éboulement consécutif à 'éclatement de conduites d'eau passant sous le boulevard Kellermann en janvier 1912.