Dans la presse...

 paris-treizieme.fr — La rue Damesme vue en 1932

Rue Damesme

L’ami du Peuple — 5 juillet 1932

D’importants changements projetés rue Damesme ont condamné plusieurs maisons de cette rue et de la rue des Peupliers : les numéros 30, 38. 40. 42, 44, 46, 48, 50. L’un de ces immeubles est particulièrement curieux : le 48, qui date du XVIIIe siècle, ancienne demeure présumée de cultivateurs.

Détail d'une vue aéerienne prise le 11 juin 1921
Détail d'une vue aéerienne prise le 11 juin 1921
Source IGN - Remonter le temps

L’actuelle rue Damesme est visible sur le plan de Lacaille (1730). Elle était alors route de Lyon. Elle fut alignée et bâtie peu à peu, notamment aux virons de 1838 ; on l’appela alors du Bel-Air.

En 1868, le nom de Damesme lui donné en souvenir du général tué une barricade en 1848, à l’âge de quarante ans. Elle contient en nombre assez élevé de mignonnes maisonnettes, semblables à des constructions enfantines. Tous les terrains avoisinants, anciens champs, où vécurent longtemps des colonies de chiffonniers, ont été percés de rues, maintenant bordées pour la plupart de pavillons exigus et de style uniforme.

Ces rues sont dédiées au docteur Leray, à Dieulafoy, à Lucas-Championnière, à l’interne Loeb — voire à Jules Ferry — et voisinent avec la rue de Tolbiac. Il y a aussi une rue Henri-Pape, percée en 1885, et que l’on nomma d’abord rue Edouard-Valentin, préfet du Bas-Rhin mort en 1879. Depuis lors, Edouard Valentin dut démériter, puisque son nom fut enlevé et remplacé par celui de Henri Pape, facteur de pianos (1789-1875). Que de pavillons et que de jardinets microscopiques I En cet ancien coin dit de Bel-AIr, les humains respirent peut-être, mais leurs arbustes semblent périr d’asphyxie.

Dans l’axe de la rue du Tage, au 48 de la rue Damesme (maison du XVIIIe dont nous parlions plus haut et qui est condamnée), on perce la rue du Docteur Tuffier, chirurgien des hôpitaux de Paris (Pitié, Beaujon, Lariboisière), clinicien réputé et professeur à l’École de médecine.

Un peu plus loin est la rue Ernest-Rousselle, conseiller municipal (18361896), maintenant rue Ernest-et-Henri-Rousselle ; le fils ayant été conseiller comme le père, on les a confondus dans un même hommage.

Au 73 de la rue Damesme est la rue du Tibre, connue dans le passé sous le nom de rue de la Fosse-aux-Chevaux. Le Tibre, pour le moins, devait passer sur cette voirie d’équarisseur afin d’en nettoyer les Immondices.

Vers le boulevard Kellermann, le promeneur remarquera la fréquence de vieux jardins situés en contre-bas de l’ex-route de Lyon.

Au n° 54 s’élève une maison neuve qui a été baptisée : Cité de la Femme. Les esprits cyniques ne manqueront point de faire observer qu’il fallait, en ce cas, dans le voisinage, médecins et chirurgiens. On demande rue Damesme, une rue du Pozzi(*).


(*) Jean-Samuel Pozzi est un médecin, chirurgien et anthropologue français né à Bergerac le 3 octobre 1846 et mort à Paris le 13 juin 1918. Membre de l'Académie de médecine et professeur à la Faculté, il fut l'un des pionniers de la gynécologie moderne. Il fut également l'un des modèles du Dr Cottard de Proust dont il était proche.

Vu dans la presse...

Rue Charles-Bertheau plusieurs immeubles menacent maintenant de s'effondrer

Dimanche, dans la nuit, un craquement sinistre a éveillé les locataires d'un des vieux immeubles de cette rue. une maison d'un étage, portant le numéro 10. D'un coup la maison s'était lézardée du haut en bas. menaçant de s'effondrer. (1929)

Lire

54 habitants de la rue Charles Bertheau sont sans logis

Le quartier de la Gare est en émoi. A la suite de perturbation du sol, peut-être aussi de fissures de conduites d'eau et d'infiltrations, la plupart des immeubles de la rue Charles-Bertheau, dont certains sont neufs, menacent ruine (1937)

Lire

Les sinistrés de la rue Charles-Bertheau attendent en vain un logement et des secours

Les 84 sinistrés de la rue Charles-Bertheau ont manifesté pour obtenir de la ville de Paris des logements ou un secours suffisant. (1937)

Lire

Les Bijoutiers

Savez-vous ce que c'est qu'un Bijoutier ?...
C'est un de ces industriels qui achètent aux laveurs de vaisselle des restaurants les débris de viande cuite jugés indignes d'être offerts à la clientèle, et qui vendent ces débris, connus sous le nom d'arlequins, aux pauvres gens des quartiers populeux.
Or, depuis quelque temps, les étalages des bijoutiers du marché des Gobelins étaient mieux fournis que d'habitude... (1872)

Lire

Saviez-vous que... ?

Dans la nuit du 5 avril 1579, la Bièvre provoqua de si graves dévastations que le peuple appela cette inondation le « déluge de saint Marcel ».

*
*     *

Le pont de Tolbiac, en cours de construction depuis 1879, fut grandement endomagé par la grande débacle des glaces de janvier 1880 mais les dégats furent vite réparés.

*
*     *

La piscine de la Butte aux Cailles a été inaugurée le 4 mai 1924.

*
*     *

Le 8 février 1885, vers dix heures, deux chevaux attelés à un camion de la compagnie du Nord, chargé de charbon, s’emportaient, rue du Moulinet : malgré les efforts du charretier, le nommé Bruli, ils n'ont pu être maintenus, la pente de la rue étant très rapide en cet endroit, et ils sont allés s'abattre contre un mur de clôture, passage Vandrezanne, n° 10.
Par suite, un des chevaux a été tué sur le coup, l'autre s'est blessé fortement aux jambes. Un pan du mur s'est écroulé, une porte a été brisée et le camion a été mis en pièces. Par un hasard providentiel, le charretier Bruli n'a eu aucun mal.

L'image du jour

Le boulevard de la Gare (Vincent Auriol) vers la rue Jenner