entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

La Bièvre descend des plateaux de Satory, arrose Buc, Jouy, Igny, Verrières, la Croix de Berny, Antony, Bourg-la-Reine, Arcueil,Gentilly et pénètrait dans l'enceinte fortifiée de Paris par deux ouvertures entre les bastions. Ses deux bras serpentaient ensuite dans les prés de la Glacière et enclosaient ces terrains submersibles qui étaient autrefois le seul skating ring des Parisiens.


Le XIIIème devait initialement porter le numéro 20 lors de l'extension de Paris en 1860.


L'asile Nicolas-Flamel, 71 rue du Château-des-Rentiers, fut inauguré le 18 mai 1889.

menu-nouveautés Article - inclus

Noté dans la presse...

1871

Milla ans sous la terre

Dans un quartier de Paris, renommé par ses tanneries, ses peausseries, et surtout par la manufacture des Gobelins, hélas ! incendiée en partie, est un vaste terrain, où s'élevait jadis une église dédiée à saint Martin, au faubourg Saint-Marcel.

Lire la suite...

sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Un fiacre dans un chantier - Quatre blessés - 1909

Un fiacre dans un chantier - Quatre blessés

Le Journal 20 janvier 1909

Un fiacre conduit par le cocher Henri Terrier, demeurant 13, rue Barrault, et dans lequel avaient pris place M. Paul Frébault. infirmier, 10, impasse Damesme ; Mme Marie Fournier, soixante-quatre ans, 88, rue de la Voie-Verte, et Mlle Angèle Leconte, 4 bis, rue Ernest-Cresson, a été se jeter, l'autre nuit, .dans un chantier  non éclairé de la rue Martin-Bernard.

La voiture renversa et ses trois voyageurs, ainsi que le cocher. ont eu plus ou moins à souffrir de la terrible chute. Les blessés, après avoir reçu des soins dans une, pharmacie voisine, ont été reconduits leurs domiciles respectifs.

M. Delanglade commissaire de police du quartier  de la Maison Blanche a ouvert une enquête sur ce bizarre accident.


 On ne peut pas tout prévoir - 1909

On ne peut pas tout prévoir

Le Journal — 29 juillet 1909

Un employé de commerce, M. Julien Pichet, âgé de 24 ans et demeurant 12, rue des Peupliers, qui regagnait son domicile, passait la nuit dernière vers onze heures rue de Tolbiac quand, à l'angle de l'avenue d'Ivry, il fut accosté par trois individus qui, sans plus de façon, lui réclamèrent son porte-monnaie. Le jeune homme mit bien la main à la poche, mais pour en retirer un revolver qu'il braqua sur les rôdeurs en les invitant à prendre le large

Comme l'un des apaches esquissait un geste menaçant, l'employé fit feu, et le malandrin roula sur la chaussée, atteint à la jambe gauche.

Des agents, accourus, relevèrent le blessé, dont les compagnons s'étaient prestement enfuis.

Celui-ci, un nommé Gaston Moreau, dix-huit ans, dit le « Frisé de la Glacière », a été transporté à l'hôpital Cochin, à la disposition de M. Delanglade, commissaire de police du quartier.


 La cité Jeanne d’Arc transformée en fort Chabrol - 1934

La cité Jeanne d’Arc transformée en fort Chabrol

Le Petit-Parisien — 2 mai 1934

Coups de feu et barricades

La nouvelle que M. Luien Monjauvis , député communiste du XIIIè, avait été arrêté au début de l'après-midi avenue de Choisy, devant les usines Panhard où il incitait les ouvriers à chômer, devait provoquer, parmi ses électeurs adhérents au parti communiste ou sympathisants une certaine agitation. Certaine s'employèrent à l'accentuer.

À la fin de l'après-midi, rue Nationale et dans les rues voisines ainsi que dans les débits de ce coin du XIIIè arrondissement, une vive effervescence régnait.

Vers 20 heures les chants révolutionnaires retentissaient dans le fameuse cité Jeanne-d'Arc, qui, on le sait, située 164 et 166, rue Nationale, abrite près de 4.000 personnes. Une seconde issue de la cité donne sur la rue Jeanne d’Arc même.

A la population de la cité étalent venus se joindre des « amis » du quartier et plusieurs militants qui prononcèrent de violentes harangues,

La plupart des habitants de la cité Jeanne-d'Arc ayant alors regagné leur logis respectifs pour le diner, des groupes compacts de gens criant et chantant se massèrent à l'entrée. Et comme des automobiles passaient de temps à autre, on décida de les obliger à stopper, Les occupant, furent tous houspillés ; certains, en raison de leur résistance ou protestations, furent brutalement frappés. Les véhicules furent lapidés et lacérés à coups de tessons de bouteille.

Vers 21 h.30,  huit des automobilistes ainsi attaqués et qui avaient réussi tant bien que mal à s'éloigner de la cité avaient dû trouver asile et soins à l'hôpital de la Pitié. La police, alertée, avait dépêché des agents rue Nationale. Mais, leur arrivée, les « manifestants » s'étaient réfugiés en hâte dans les immeubles.

A l’entrée de la cité, les gardiens de la paix furent … accueillis par une salve de coups de revolver tirés par les fenêtres.

Aucun projectile, heureusement, n'atteignit son but.

Barrages et projecteurs

Les agents se replièrent prudemment. Bientôt des renforts amenés en autocar arrivèrent rue Nationale. Pour éviter toute effusion de sang, il fut alors décidé que des barrages seraient installés rue Nationale et rue Jeanne-d'Arc à une distance respectable de la cité qui se trouve ainsi cernée.

Devant la tactique de la police décidée à faire le siège du nouveau « fort Chabrol » en lassant ses occupants les plus hardis de ceux-ci sortirent des immeubles et édifièrent devant la cité, à travers la rue Nationale, une sorte de barricade où ils entassèrent toutes sortes d'objets et les matériaux tes plus hétéroclites.

Puis vers 23 heures les « assiégés » ouvrirent le leu leur barricade. De temps en temps, des coups de revolver éclataient, toujours tirés des étages des immeubles.

À minuit le directeur général de la police municipale. M. Paul Guichard, vint prendre la direction du service d'ordre. Il fit installer des projecteurs afin d’éclairer et… d’aveugler aussi les « assiégés ».

Une dangereuse reconnaissance

Cependant, vers minuit, une certaine accalmie paraissant régner dans la cité, une dizaine d'agents résolurent d'y faire une « reconnaissance », A leur approche les « manifestants » se replièrent une fois de plus dans les immeubles. Et à peine les gardiens avaient-ils parcouru quelques mètres des coups de feu furent tirés et des morceaux de fer lancés dans leur direction,

Une dès balles atteignit au ventre le brigadier Jamet des compagnies de circulation, et un morceau de fonte blessa grièvement à la tête l’agent Génard.

Pillage

À 1 heure du matin, les « « manifestants » avaient réussi à construire une seconde barricade. Cette fois, rue Jeanne-d’Arc, devant la cité. Ils y mirent également le feu.

On évalue à plus de 800 nombre de coups de revolver tirés par les assiégés.

À 1 h. 30, les « manifestants »  qui continuaient à « tirailler » se sont aventurés jusqu'aux magasins proches de la cité. Ils ont brisé les devantures — de modestes boutiques d’alimentation pour la plupart —et ils en ont pillé toutes les marchandises.

Reddition ou assaut ?

M. Langeron, préfet de police, arriva devant le ‘fort Chabrol » à 1h.50. Il a décidé de maintenir les force de police assez loin de la cité et d'attendre une reddition possible,.

La cité Jeanne-d'Arc se trouve ainsi bloquée pour jusqu'à ce matin. On espère que l'heure du petit déjeuner fera sortir la plupart des assiégés, dont une nuit blanche aura fort amoindri la combativité.

Il se pourrait aussi qu'à l'aube l'assaut fut donné aux « manifestants » avec le concours des pompiers ayant mis leurs lances en batterie.

Les agents battirent en retraite emmenant leurs camarades blessés qui ont été transportés à la Maison de santé, des gardiens de la paix.


A lire également

Le récit du Journal

Le récit du Figaro

Teaser 4 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Une inondation boulevard Kellermann

Dans la soirée d'hier, vers six heures et demie, une conduite d'eau passant à la poterne des Peupliers, près du boulevard Kellermann, dans le treizième arrondissement, s'est rompue brusquement. (1912)

Lire

Mort de M. Ernest Rousselle

Ainsi que nous le faisions pressentir, M. Rousselle, conseiller municipal du quartier de la Maison-Blanche (treizième arrondissement), président du conseil municipal de Paris, a succombé hier matin à la maladie qui, depuis un certain temps, le tenait éloigné de l'Hôtel de Ville. (1896)

Lire

La suppression de la Bièvre

Le conseil ayant décidé, en 1899, après de lentes et nombreuses études, de faire procéder à la couverture de la Bièvre « dont les émanations exercent une influence fâcheuse sur la santé des riverains... (1907)

Lire

La villa des chiffonniers

Il faudrait battre longtemps Paris pour y trouver quelqu\'un de comparable à M. Enfert, qui vient de faire bénir, à la Maison-Blanche, une nouvelle œuvre. (1897)

Lire

Menu faits divers

Faits divers

Attaqué par un lion - 1897

Le dompteur Letort, attaché à la ménagerie de M. Adrien Pezon, vient d'être victime d'un accident qui, heureusement pour lui n'aura pas de suites graves.

Lire


Le crime de la rue des Cordelières - 1879

La rue des Cordelières se trouve dans le treizième arrondissement, près du boulevard Arago, dans un quartier qui, la nuit, est peu éclairé, insuffisamment surveillé, et où les habitations sont assez clairsemées, entre de grands établissements de tannerie et de peausserie.

Lire


Un scélérat - 1896

Un nommé Alexis Fellion, âgé de trente-six ans, ouvrier corroyeur, avait fait la connaissance, il y trois mois environ, d'une jeune ouvrière mégissière avec laquelle il se mit en ménage. Ils demeuraient rue du Champ-de-l'Alouette.

Lire


En sortant du théâtre. - 1903

En sortant du théâtre, hier soir, un négociant du quartier des Gobelins, M. Léon Xavier, accompagné de sa femme, entrait dans un café du boulevard Saint-Marcel et entamait, avec un ami, une partie de jacquet.

Lire


Un drame sur un échafaudage. - 1903

Installé sur l'échafaudage d'une maison en construction, boulevard de la Gare, un ouvrier maçon sifflotait Carmen, son air favori...

Lire


Le drame de la rue Barrault - 1893

Au numéro 10 de la rue Barrault, dans un petit logement situé au troisième étage, une jeune femme de vingt-six ans, Mme Louise Breton, née Devrot, a tenté de se tuer avec son enfant.

Lire


Une bataille sous une porte - 1903

La pluie qui tombait à verse hier matin forçait, vers onze heures, des passants à se réfugier sous une porte cochère de la rue de Tolbiac

Lire


Par amour ! - 1903


Un crédit néfaste - 1903


En jouant - 1912


Le crime de l’avenue de Choisy - 1889


Un drame rue de la Maison-Blanche - 1897


La bande des deux moulins - 1894


Rivalité d'amour. - 1895


Rue de Tolbiac, un voyageur est tué par des Apaches - 1908


Le drame de la rue Corvisart - 1905


Tentative d’assassinat - 1903


Un mari meurtier - 1903


Précoces Criminels - 1895


Le perroquet enlevé - 1896


Une scène scandaleuse - 1894


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte