Faits divers

 paris-treizieme.fr — Des « esprits » persécutent une famille rue de Patay

Des « esprits » persécutent une famille rue de Patay

N'y aurait-il pas, dans l'appartement hanté un élève de Robert Houdin ?

Le Petit Journal — 8 avril 1920

Une foule compacte dans une rue, coupant complètement la circulation ; des cris, des éclats de rire ; que se passe-t-il ?

C'est la maison « hantée », tout simplement ; oui, la maison hantée, car il en est une, à Paris même, 87, rue de Patay derrière la place d'Italie.

La rue de Patay en direction de la porte de Vitry. Le 87 est sur la droite.

Au troisième étage de cet immeuble, dans un petit logement composé de d'eux, pièces, d'une entrée et d'une cuisine, demeurent depuis de longues années de très braves gens, M. Joly, ébéniste, son fils, le jeune Georges, âgé de 16 ans, et la tante de ce dernier, Mlle Gréglois, infirmière à la Maternité. Très estimés de tous leurs, voisins, — voici plus de 45 ans qu'ils habitent le quartier, — cela ne les empêche pas d'être « possédés des esprits ». Depuis le 14 juillet dernier, c'est la date de la première manifestation « surnaturelle » ; presque chaque soir, meubles, assiettes, tasses à café, légumes, billets de banque et autres objets se livrent, dans l'appartement, à la sarabande la plus effrénée qu'on puisse imaginer. Des tasses sortent toutes seules du placard où elles sont rangées et tombent à terre non sans avoir été se promener au plafond, des tables se « précipitent » sur les personnes présentes qui s'enfuient épouvantées, des oignons viennent s'écraser sur la tête du pauvre ébéniste qui supplie le démon de ne plus le persécuter.

C'est qu'en effet, le pauvre homme ne sait plus que faire pour empêcher les « esprits » de briser son mobilier et sa vaisselle, et, au prix où sont les assiettes !...

De plus, le malheureux ne dort plus ; les « esprits » le poursuivent jusque dans son lit où des mains viennent le caresser ou le frapper. M. Joly ne peut plus garder un oreiller ni un édredon sans que des bras se glissent à l'intérieur pour le torturer.

Longtemps l'ébéniste cacha ses souffrances, mais les « esprits » devenant de plus en plus méchants, M, Joly finit par demander le secours de ses voisins et amis. Un marchand de journaux, un chauffeur, un débitant de vins, jusqu'à un gardien de la paix, M. Thiss, pénétrèrent dans le logement et constatèrent « les étranges manifestations des esprits ».

Finalement, l'histoire se répandit, tout le quartier ne parla plus que de cela ; on alla chercher des « médiums », une « comtesse », rien n'y fit. Les « esprits » continuèrent.

Hier, on attendait de « grandes démonstrations » de leur part, et une véritable foule se rassembla devant la maison, à tel point que l'officier de paix de l'arrondissement dut envoyer une escouade d'agents pour protéger l'immeuble dans lequel les curieux voulaient pénétrer de force.

Dans la foule les réflexions allèrent leur train, les uns accusaient la concierge, les autres le propriétaire, de se livrer aux exploits prêtés aux « esprits » et, dans la soirée des pierres furent lancées contre la maison que les agents eurent grand-peine à dégager.

Enfin, vers neuf heures, l'officier de paix arriva avec son inspecteur principal et un de ses amis. Ils montèrent dans l'appartement « hanté » où, toute la famille de M. Joly, au moins dix ou douze personnes, était réunie.

Tout en questionnant M. Joly et Mlle Gréglois, ils ne quittèrent pas une seconde du regard, le jeune Georges, aux troublants yeux bleus et, coïncidence curieuse, aucune manifestation « surnaturelle » ne se produisit.

L'officier, de paix attendit plus d'une heure ; à plusieurs reprises, le jeune Georges s'approcha du placard d'où les tasses sortent toutes seules, mais les regards des policiers pesaient sur lui, et les tasses restèrent à leur place. Par contre, l'apprenti électricien ne put réprimer quelques signes évidents d'inquiétude.

Enfin, à 10 heures, l'officier de paix s'en alla concluant que les « esprits » avaient peur de la police.

Peut-être que si Robert Houdin allait dans l'appartement « hanté » y trouverait-il un élève digne de lui.



Sur la rue de Patay

Historique

  • La rue de Patay (695 mètres, entre le boulevard Masséna, et la rue de Domrémy, 25) fut ouverte par arrêté préfectoral du 21 novembre 1855, sous le nom de boulevard de Vitry.
    Par décret du 2 octobre 1865, elle reçut sa dénomination présente, à cause du voisinage de la place Jeanne-d'Arc, et en mémoire de la victoire que Jeanne remporta sur les Anglais de Talbot en 1429. (Petite histoire des rues de Paris, 1913)

En lien avec la rue de Patay

Faits-divers

À lire également...

En sortant du théâtre

1903

En sortant du théâtre, hier soir, un négociant du quartier des Gobelins, M. Léon Xavier, accompagné de sa femme, entrait dans un café du boulevard Saint-Marcel et entamait, avec un ami, une partie de jacquet.

...


Un Drame du terme

1902

Entre la rue Nationale et la rue Jeanne-d'Arc, dans le quartier de la Gare, serpente un passage qui coupe la cité Jeanne-d'Arc. De chaque côté sont de hautes maisons, aux étages bas, aux fenêtres étroites, où grouille une population de chiffonniers, de mendiants, de gens sans aveu.

...


Querelle de famille

1905

Dans un des coins les moins connus de Paris, dans une rues les moins fréquentées, du quartier de la Maison-Blanche, la rue de la Colonie, habite, au n°20, un nommé Pierre V...

...


rue de la Colonie

Sauvé par un agent

1872

Le sieur S., cocher, voulu, bien qu'étant en état d'ivresse, traverser le bassin des Prés de la Glacière, au bout de la rue de la Colonie.

...

Saviez-vous que... ?

Le 2 décembre 1923, le quotidien Paris-Soir rapportait qu'avenue des Gobelins, en face du 51, des agents avaient surpris Marcel Popinel, demeurant en hôtel, rue Lebrun, qui avait percé un fut de vin. Le pipeur a été conduit au commissariat de police du quartier.

*
*     *

Le 1er juillet 1914, à la suite d'une erreur d'aiguillage, les tramways Choisy-Chatelet et Vitry Chatelet entraient en collision avenue des Gobelins. Trois voyageurs étaient légèrement blessés.

*
*     *

L'avenue de la Sœur Rosalie constitue l'embryon d'un boulevard qui devait faire pendant au boulevard de l'Hôpital et relier la Place d'Italie au boulevard de Port-Royal aux abords de la rue Saint-Jacques et du Val-de-Grace.

*
*     *

C'est le 22 octobre 1944 que le jardin des Gobelins, encore appelé square des Gobelins depuis son inauguration en mai 1938, prit le nom de square René Le Gall mais contrairement à la légende véhiculée habituellement par le parti communiste, René Le Gall n'est absolument pour rien dans la création de ce jardin qui résulte d'une convention conclue en 1934 entre l'Etat et la ville de Paris, en vue de la réimplantation du mobilier National dans le 13e dont les terrains d'assise situés en bordure de l'avenue Rapp devaient être libérés en vue de l'exposition internationale de 1937.

L'image du jour

Bastion 91 boulevard Masséna

Situé entre les portes d'Ivry et de Vitry, le site du bastion 91 est aujourd'hui occupé par la caserne de pompiers Masséna.