Faits divers

 Sur les bords de la Bièvre - 1874

Sur les bords de la Bièvre

Le Figaro ― 3 mars 1874

Il y a entre la place d'Italie et le parc de Montsouris, tout un quartier inconnu  plus étranger aux Parisiens, que la Sibérie ou la Chine. Les rues y sont irrégulières, montueuses, peu ou  mal pavées, absolument privées de gaz. À peine, la nuit, de distance en distance, la lueur fumeuse d'un antique réverbère, perce-t-elle le brouillard de la Bièvre, qui y roule sinueusement ses eaux puantes et noires, rendues plus infectes encore par les nombreuses tanneries et peausseries installées sur ses bords.

Dans la journée, le quartier, est remuant, toute une population spéciale y grouille. Le soir venu, le désert se fait. L'avant-dernière nuit, des blanchisseuses de la rue du Pot-au-Lait, une rue dont les maisons sont échelonnées de distance en distance sur les bords d'un des bras de la Bièvre, entendirent des cris de détresse.

―Au secours ! au secours ! râlait une voix étouffée. Puis un silence. Au sec…  fit encore la voix qui s'étrangla puis s'éteignit. Puis, plus rien.

― C'est une batterie, dit l'une des blanchisseuses. N'y allons pas, ça nous occasionnerait des désagréments. Et puis ce n'est peut-être rien de sérieux.

C'était sérieux au contraire. Hier matin, on trouvait dans la Bièvre, un peu plus loin, auprès de la rue des Peupliers, le cadavre de M. Eugène Lefrançais, parcheminier, âgé de cinquante ans, et demeurant au n° 15 de cette rue.

M. Lefrançais s'est-il suicidé ? A-t-il été victime d'un accident ou d'un crime ? C'est pour décider cette question que M. Beylac, commissaire de police du quartier de la Salpêtrière, vient d'ouvrir une enquête.


Plan de 1861

À lire également...

Les Amis de « Guibollard »

1905

Jean Bonneau, âgé de dix-sept ans, dit « Guibollard », avait convié à une petite fête tous ses amis, des rôdeurs qui hantent les fortifications, dans les parages de la porte de Fontainebleau. Ces joyeuses agapes devaient avoir lieu dans un établissement malfamé des environs de la poterne des Peupliers.

...


Une bataille boulevard "Liabeuf" entre Agents et Apaches

1911

À trois heures du matin, boulevard Arago — le boulevard Liabeuf, comme l'appellent maintenant, les apaches du quartier — une fusillade terrible s'est engagée entre agents et rôdeurs, sur l'emplacement même où fut exécuté le meurtrier de la rue Aubry-le-Boucher.

...


Rue des Cordelières

Rue des Cordelières : Le bébé qu'une femme promenait sans pitié à 5 heures du matin était en celluloïd

1938

L'humanité de quelques passants matinaux était choquée, hier, vers 5 heures, rue des Cordelières, par une scène effectivement étrange. Une marâtre — vraisemblablement — allant et venant sans souci de l'air frais, cruel aux petites bronches, promenait une voiture de bébé dans laquelle se distinguait un pauvre petit corps d'enfant.

...


M. Perruche, commissaire

L’absence de Balthazar

1896

« Balthazar », un magnifique ara gris, queue rouge, était depuis des années dans la famille d'une fruitière de la rue Dolomieu, et il charmait tout le voisinage par ses talents et sa facilité d'élocution.

...

Saviez-vous que... ?

L'avenue de la Sœur Rosalie constitue l'embryon d'un boulevard qui devait faire pendant au boulevard de l'Hôpital et relier la Place d'Italie au boulevard de Port-Royal aux abords de la rue Saint-Jacques et du Val-de-Grace.

*
*     *

En 1892, Mesdemoiselles Dufrène, disposant de hautes références, donnaient des leçons d'italien au 27 de l'avenue des Gobelins.

*
*     *

La piscine de la Butte aux Cailles a été inaugurée le 4 mai 1924.

*
*     *

C'est le 17 décembre 1897 que le sort du marché couvert de la place d'Italie fut scellé. Le conseil municipal de Paris approuva, ce jour, sa desaffectation et la création d'un marché découvert sur le boulevard d'Italie lequel, plus tard, prendra le nom de Blanqui.

L'image du jour

rue Nationale - Quartier de la Gare