Faits divers

 Ça porte bonheur- 1887

Ça porte bonheur.

Le Cri du Peuple — 19 août 1887

Un curieux accident est arrivé la nuit dernière à une dame C..., demeurant rue du Pot-au-Lait, 48, dans le XIIIe arrondissement.

Cette dame, qui est un véritable colosse et ne pèse pas moins de cent soixante kilos traversait la cour de la maison, quand tout à coup elle s'aventura sur la dalle qui recouvre la fosse d'aisance.

Cette dalle, faite d'une pierre feuilletée et déjà très détériorée par les pluies, se rompit sous le poids énorme de Mme C..., qui tomba dans la fosse et s'enlisa jusqu'au cou dans le contenu du récipient souterrain.

Aux cris poussés par Mme C..., des voisins accoururent.

À l'aide de cordes, ils parvinrent à retirer la pauvre femme du bourbier dans lequel elle était tombée.

Le sieur Perruche, commissaire de police du quartier, et M. le docteur Duperrier, aussitôt prévenus, se transportèrent immédiatement sur le théâtre de l'accident, le premier pour procéder aux constatations légales usitées en pareille circonstance, le second pour prodiguer ses soins à la victime en cas de besoin.

Chargé par le magistrat de faire un rapport médico-légal sur la gravité des blessures que Mme C... avait pu se faire dans sa chute, le médecin a dû surseoir à son examen qui n'eut lieu qu'hier matin, après que la victime eut été complètement purifiée par des ablutions réitérées.

En somme, Mme C... en a été quitte pour un bain peu agréable.

À lire également...

Sur la zone du XIIIè arrondissement un ivrogne blesse grièvement sa femme d'un coup de couteau

1933

Au numéro 1 de la villa Sainte-Hélène, tout près de la poterne des Peupliers, sur la zone annexée du XIIIè arrondissement, la famille Nesler occupe une baraque de trois pièces, au fond d'un petit terrain clos dont elle est locataire.

...


Quartier de la Gare

Un meurtre rue Baudricourt

1904

La rue Baudricourt a été hier soir le théâtre d'un drame passionnel. Un nommé Armand Féler, journalier, a tué de deux coups de couteau un ouvrier serrurier, Napoléon Stevenotte.

...


Un mari qui tue sa femme

1897

Un brave égoutier, M. Pierre S... demeurant 27, rue Harvey, dans le quartier de la Gare, donnait, ces jours derniers, asile à sa nièce, une gamine, de seize ans et demi, Pauline Ohlmann, qui avait épousé, quelques mois auparavant, un charretier nommé Patural et l'avait quitté pour se soustraire à ses brutalités.

...


M. Perruche, commissaire

M. Perruche et le perroquet

1896

La propriétaire du perroquet s’aperçut peu après de la disparition de l’oiseau et, croyant qu'il s’était échappé, alla eu informer M. Perruche, commissaire de police.

...

Saviez-vous que... ?

En janvier 1910, c'est Mlle Rose Boyer, une délicieuse blonde de vingt et un ans, qui exerçait la délicate profession de brodeuse, et qui demeurait 12, rue de l'Espérance ainsi que le précisait Le Journal, qui fut élue Reine du 13e arrondissement par l'Association artistique dudit arrondissement, affiliée au comité des fêtes de Paris, et ce, au théâtre des Gobelins.

*
*     *

Pour aménager la Place d'Italie, une fois les pavillons Ledoux abattus, il fallut abaisser le niveau d'un des côtés de plus d'un mêtre et exhausser l'autre d'autant. L'idée était également de diminuer ainsi la pente de la rue Mouffetard, future avenue des Gobelins

*
*     *

Le rue Esquirol s'appela Grande-Rue-d'Austerlitz. Son nom actuel lui fut donné en 1864 en souvenir de Dominique Esquirol, médecin aliéniste (1773-1840).

*
*     *

C'est le 14 juillet 1863 que le premier coup de pioche, — car les premieres dizaines de mètres ont été creusés à la pioche par des puisatiers et non par un forage — du puits artésien de la Butte-aux-Cailles a été donné.

L'image du jour

La rue de la Colonie vue de la rue Vergniaud en 1912