Pour les Petits Ménages, Maisons et jardins

Le Gaulois — 16 juin 1911

La princesse de Polignac, née Singer, n'est pas seulement une mélomane et une artiste douée d'un goût exquis, favorisant les arts dans son bel hôtel de l'avenue Henri-Martin, c'est aussi une femme de grand cœur qui s'intéresse au sort des travailleurs; des petits ménages d'ouvriers à qui un loyer à bas prix est si nécessaire, avec un peu de confortable, de l'air, de l'hygiène et quelque chose de plus, un sourire de la nature, une fleur sur la fenêtre ou un petit jardin.

La princesse de Polignac a comblé tous ces vœux avec le concours de M. Vaudoyer, le grand architecte, qui a mis son expérience et son savoir au service de cette généreuse entreprise.

C'est aujourd'hui qu'on inaugure la « fondation Singer-Polignac » devant un nombreux et élégant public d'invités. Le comte d'Haussonville, de l'Académie française, si compétent dans les questions ouvrières, prononcera le discours d'inauguration qui dira les bienfaits de cette belle et si utile tentative de bienfaisance sans apparence de charité.

À vrai dire, ce n'est pas « tout près d'ici ». C'est à l'autre bout de Paris, à la Glacière, tout près des « fortifs » dans un quartier essentiellement populaire, où l'on vient d'achever une nouvelle église, une nouvelle paroisse, Sainte-Anne, qui succède à la chapelle Bréa. Rue de la Colonie, entre les baraques en planches d'une population inconnue et une usine ; on y arrive par la place d'Italie et la rue Bobillot.

C'est là que s'élève l'immeuble vaste et très artistique dans sa simplicité, de briques blanches avec variantes de couleur et portail de pierre avec grande porte cochère, fer et vitres.

*
*             *

Il y a longtemps qu'on se préoccupe des logements ouvriers. Napoléon III s'était déjà avisé de faire élever des cités ouvrières avec maisons à bon marché. La république a tardé plus de trente ans à y songer, l'initiative privée a fait de nombreux et intéressants essais; mais voici, je crois, qui résout le problème de façon victorieuse. On en pourra juger aujourd'hui.

Le 72 rue de la Colonie vu de la cour intérieure. Au loin,vers la Butte aux Cailles, l'Eglise Sainte-Anne de la Maison-Blanche

Trois mille mètres de terrain ont été employés à cette création ; deux mille mètres au delà de la maison et de la cour ont été partagés entre quarante jardins de cinquante mètres chacun, jardins individuels entourés de palissades et d'ailées où les enfants peuvent jouer sous l'œil des mères assises sur des bancs. Une fontaine centrale donnera de l'eau aux cultivateurs de ces petits jardins, qui peuvent y faire pousser des légumes ou des fleurs. Chaque jardin est loué vingt francs par an, en sus du loyer, vingt francs qui rapporteront plus du double en légumes ou en fruits.

L'édifice est partagé en deux corps de bâtiment, à droite et à gauche de la cour d'entrée. Quatre escaliers dont la rampe est double, l'une basse pour les enfants, desservent les soixante-quatre appartements de cette construction.

Tout est en fer et briques. Aucun danger d'incendie et tout est fait pour la plus extrême propreté.

Les loyers varient de deux cent vingt à quatre cent dix francs par an. C'est dire que pas un de ces locataires ne paiera d'impôts. Excellente aubaine. M. Caillaux n'y réclamera pas l'impôt sur le revenu.

Ces types de logements sont à noter. Je les ai visités soigneusement et j'ai été émerveillé de leur salubrité, non sans coquetterie, et de leur confort.

Logements de deux cent vingt francs par an : une chambre et une cuisine et cabinets modernes. L'eau et le gaz sont installés dans toutes les cuisines. Chaque logement dispose d'une cave.

Logements de trois cents francs: une chambre, une cuisine et une salle à manger.

Logements de trois cent soixante francs : deux chambres et une cuisine assez vaste pour servir en même temps de salle à manger.

Logements de quatre cent dix francs (c'est ici !e summum du luxe dans cette maison) : entrée, deux chambres, salle à manger, cuisine, cabinet de débarras ou armoires. D'autres logements de ce prix ont trois chambres, la cuisine étant assez grande pour servir de salle à manger.

*
*             *

Toutes les fenêtres sont grillagées jusqu'à la barre d'appui, pour la garantie des enfants, et chaque appartement a un large balcon également grillagé quelques-uns ont de plus une terrasse. Jusqu'au cinquième étage, les logements ont deux mètres soixante de hauteur et un cube d'air suffisant. La plupart des chambres ont une jolie cheminée celles qui n'en ont pas ont une issue au plafond pour le passage d'un tuyau de poêle.

Ce n'est pas tout. Nous voici revenus dans la cour, où un carré de gazon et de fleurs réjouit la vue. À gauche, hangar pour les bicyclettes, remise pour les voitures d'enfants, lavoir spacieux et fermé, séchoir en plein air. Les ménagères y trouveront leur compte. À droite, salle de bains et cabinets de douches; à côté, une salle de consultation pour le médecin.

On a tout prévu, on a pourvu a tout: le confort, l'hygiène et l'agrément. N'oublions pas les deux boutiques de la façade: un boulanger d'un côté, un épicier de l'autre. Tout sous la main. Quant au marchand de vins, il n'y en a que trop dans ce quartier, comme dans tous les autres; du moins il n'y en aura pas dans la maison et il n'y en aura .jamais.

Ce qu'a coûté une telle construction, nous l'ignorons; nous savons cependant et nous pouvons dire, pour que l'exemple puisse servir, que, tous frais payés, ces loyers donneront au capital un intérêt de trois pour cent par an. On ne saurait faire un placement plus intelligent ni plus profitable à ceux qui méritent tant d'intérêt.

Tout est loué déjà. On emménagera après l'inauguration, dès demain. Et ce qu'il y a encore d'admirable dans cette œuvre, c'est que, parmi de nombreuses demandes, on a choisi les ménages qui avaient le plus d'enfants. Ce n'est pas comme dans certaines maisons où la consigne est : ni chiens, ni enfants. Ici, on veut des enfants. Quant aux chiens, je n'ai pas songé à m'en informer, tout entier à mon admiration pour une si belle œuvre, dont il faut grandement louer la princesse de Polignac, et aussi M. Vaudoyer, qui a su profiter avec tant de goût et de savoir de la place et des capitaux qui lui étaient confiés.

Tout-Paris

A lire également

La fondation Singer-Polignac - Le Figaro du 16 juin 1911

Inauguration d'habitations à bon marché dans le XIIIè arrondissement (1933)

Menu des articles

Vu dans la presse...

1928

La Bièvre en peinture

On visitait ces temps-ci, dans la salle des Fêtes de la mairie du 13e, une agréable exposition de toiles, aquarelles, dessins, organisé par le Cercle des Gobelins. (1928)

Lire

1932

Chronique électorale

Dans la première circonscription du XIIIe arrondissement, M. Raymond Renaudière, qui a groupé sur son nom au premier tour près de 4.000 voix, est le seul candidat désigné pour battre au second tour le communiste dissident Gélis. (1932)

Lire

1862

Gares et Stations du chemin de fer de ceinture (rive gauche)

Une enquête est ouverte, en ce moment, à la Préfecture de la Seine, sur le enquête est ouverte, en ce moment, à la Préfecture de la Seine, sur le projet des stations à établir sur le chemin de fer de Ceinture, dans les 13e, 14e, 15e et 16° arrondissements. (1862)

Lire

1862

Extension de la Gare du chemin de fer d'Orléans

On a mis récemment à l'enquête un projet d'agrandissement de la Gare du chemin de fer d'Orléans, à Paris, qui consiste à étendre les dépendances de cette gare jusqu'au quai d'Austerlitz, par l'annexion de tout l'emplacement compris entre ce quai, la rue Papin et le boulevard de l'Hôpital. (1862)

Lire

1925

Portrait : Emile Deslandres

Conseiller municipal du quartier Croulebarbe (1925)

Lire

1927

Promenade électorale dans le XIIIè

Le treizième a toujours été la cité des pauvres. Il sue encore la misère avec ses îlots de maisons délabrées… avec la rue du Château-des-Rentiers, ô ironie, avec la Butte-aux-Cailles chère à Louis-Philippe. Et comme la misère va de pair avec la douleur, beaucoup d'hôpitaux, la Salpêtrière, la Pitié, Broca, Péan, des asiles, des refuges. Sur 33.500 électeurs, 28.000 paient de 500 à 1.200 francs de loyer par an. Au prix actuel du gîte, ces chiffres ont une triste éloquence ! On ne s'étonnera pas si le treizième est politiquement très à gauche… et même à l'extrême gauche. (1927)

Lire

1929

Trop de clairons dans le quartier de la Maison-Blanche

Tandis que les chauffeurs ne pourront claironner ou trompeter par les rues de Paris, des escouades de bruiteurs autorisés continueront, embouchure aux lèvres, leur pas accéléré quotidien dans les rues du quartier de la Maison-Blanche en général, boulevard Kellermann en particulier. (1929)

Lire

1924

La Butte aux Cailles se modernise

Dans une semaine ou deux, on inaugurera la grande piscine de la Butte aux Cailles. C'est un établissement vraiment remarquable, de briques et de mortier, aux revêtements vernissés blancs, dominé d'une immense cheminée en ciment armé, de grande allure avec sa quadrature de colonne droite évidée aux angles, lesquels sont ainsi arrondis. (1924)

Lire

1929

Rue Charles-Bertheau plusieurs immeubles menacent maintenant de s'effondrer

Dimanche, dans la nuit, un craquement sinistre a éveillé les locataires d'un des vieux immeubles de cette rue. une maison d'un étage, portant le numéro 10. D'un coup la maison s'était lézardée du haut en bas. menaçant de s'effondrer. (1929)

Lire

1937

54 habitants de la rue Charles Bertheau sont sans logis

Le quartier de la Gare est en émoi. A la suite de perturbation du sol, peut-être aussi de fissures de conduites d'eau et d'infiltrations, la plupart des immeubles de la rue Charles-Bertheau, dont certains sont neufs, menacent ruine (1937)

Lire

1937

Les sinistrés de la rue Charles-Bertheau attendent en vain un logement et des secours

Les 84 sinistrés de la rue Charles-Bertheau ont manifesté pour obtenir de la ville de Paris des logements ou un secours suffisant. (1937)

Lire

1872

Les Bijoutiers

Savez-vous ce que c'est qu'un Bijoutier ?...
C'est un de ces industriels qui achètent aux laveurs de vaisselle des restaurants les débris de viande cuite jugés indignes d'être offerts à la clientèle, et qui vendent ces débris, connus sous le nom d'arlequins, aux pauvres gens des quartiers populeux.
Or, depuis quelque temps, les étalages des bijoutiers du marché des Gobelins étaient mieux fournis que d'habitude... (1872)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme