Dans la presse...

 M. Rousselle (1896)

M. Rousselle

La Gazette — 17 mai 1896

M. Ernest Rousselle, président du Conseil municipal de Paris, dont nous avons annoncé hier la mort, était né à Nangis, en Seine-et Marne, le 5 octobre 1836 ; établi commerçant en vins à Bordeaux, il avait tout jeune fait ses premières armes dans les batailles électorales de la Gironde, et s’était depuis peu fixé à Paris lorsqu’il fut élu conseiller municipal de Paris, pour le quartier de la Maison-Blanche, la première fois le 10 janvier 1881 ; il avait été réélu continuellement depuis cette époque, et, la semaine dernière, il était élu de nouveau contre cinq concurrents, bien qu’il n’ait pu, en raison de son état de santé, pren dre part à la lutte électorale.

M. Rousselle était radical socialiste et faisait partie du groupe autonomiste ; il s’était fait, au Conseil municipal, une spécialité des questions de voirie; depuis longtemps, il présidait la troisième commission, où il se montra l’adversaire résolu de tout projet de Métropolitain ; par contre on se souvient de la part qu’il prit aux travaux de la commission de la prochaine Exposition universelle ; il était président de la commission de surveillance du célèbre Orphelinat de Cempuis, membre du conseil supérieur de l’Assistance publique et du conseil de surveillance des aliénés.

Il a été président du Conseil général de la Seine, en 1885 et président du Conseil municipal de Paris de 1889 à 1890. Il avait été élu de nouveau président en 1895, et se trouvait de fait encore en fonction aujourd’hui, le nouveau Conseil ne s’étant pas réuni et n’ayant pas procédé à l’élection d’un nouveau président.

De taille moyenne, trapu, avec une barbe épaisse, M. Rousselle était véhément et pompeux. On se souvient de l’aventure comique de sa voiture, le mardi gras 90. On en fit des chansons. Les obsèques seront civiles.



Dans la presse...


Le monde de la hotte

Elles disparaissent peu à peu les pittoresques et grouillantes cités de chiffonniers, ces capharnaüms parisiens où viennent s'entasser pêlemêle les déchets et les rebuts de la grande ville... (1898)

Lire la suite


Un nouveau dispensaire

Les habitants du XIIIe arrondissement viennent d'être dotés d'un dispensaire spécial pour enfants malades.
Édifié par les soins de la Société philanthropique, cet établissement est dû à la générosité de Mme Edouard André. Il se trouve, 4, rue Jean-Marie-Jégo. Pour ceux qui ne connaissent pas cette rue nouvelle et qui n'est inscrite dans aucun, indicateur, disons qu'elle est située près de la place d'Italie, à la jonction de la rue de la Butte-aux-Cailles et de la rue du Moulin-des-Prés. (1889)

...


L’enterrement de Blanqui

Ce n'est qu'hier soir, à six heures, que l'administration des Pompes funèbres a été informée, par la mairie du treizième arrondissement, de l'heure officielle des obsèques de Blanqui et de la classe choisie par la famille, pour le corbillard et les tentures. (1881)

...


Les obsèques de Blanqui

Dès neuf heures du matin, les employés des Pompes funèbres sont venus tendre la porte extérieure de la maison où est mort Blanqui, 25, boulevard d'Italie. Au milieu de la tenture se détache un écusson avec la lettre B. Il n'y a que très peu de monde encore sur le boulevard. Ce n'est que vers dix heures que l'on commence à arriver. (1881)

...


Le point sur les travaux dans le 13e arrondissement

La transformation des anciens boulevards extérieurs, commencée l'année dernière sur la rive gauche, entre le quai de la gare et la place de l'ex-barrière d'Enfer, a été entreprise par les deux extrémités en même temps ; ces travaux sont terminés d'un côté jusqu'à proximité de la place d'Italie, et de l’autre jusqu'au boulevard d'Ivry, qu'on va transformer à son tour. (1864)

...

Saviez-vous que... ?

Le 9 juin 1977, une jeune fille, tout en larmes, déclarait, à huit heures du soir, qu'un enfant venait de tomber dans un puits à découvert, sur un terrain entouré de planches, appartenant à la Ville, et situé rue de Patay et de Tolbiac.
Immédiatement, on prévint les sapeurs-pompiers du poste de la rue du Château-des-Rentiers. Sans perdre un instant, ceux-ci se rendirent au puits fatal. Le caporal y descendit, et en revient avec deux chiens vivants.

*
*     *

Dès les années 1880, l'envoûtement de la Bièvre pour des raisons sanitaires était à l'ordre du jour mais on reculait car cela signifait la mise à mort de toutes les industries qui utilisaient l'eau de la Bièvre et faisaient vivre le quartier Saint-Marcel.

*
*     *

C'est le 5 mars 1930 que furent ouvertes les stations de métro Tolbiac, Maison-Blanche, Porte d'Italie et Porte de Choisy qui faisaient alors partie de la ligne 10.

*
*     *

Le point culminant du sol naturel du 13e arrondissement dépasse légèrement les 63 mètres. Il est situé au milieu de la rue Vandrezanne. Le point le plus bas est sur les quais de Seine à proximité du pont National. Si l'on prend en compte les espaces situés au delà du périphérique, le point culminant serait situé avenue de la porte de Gentilly en lisièse de cette commune. Les prés submersibles de la Glacière étaient à une côte moyenne de 35,80 mètres.

L'image du jour

Je carrefour de l'avenue des Gobelins avec le boulevard Arago et la station d'autobus.