Dans la presse...

 La catastrophe du boulevard de la Gare

La catastrophe du boulevard de la Gare

Le Petit-Journal — 25 septembre 1867

Au sortir du pont de Bercy, sur la rive gauche de la Seine, s'ouvre le boulevard de la Gare qui va de ce pont à l'ancienne barrière d'Italie, au bout de la rue Mouffetard.

Les nouveaux bâtiments de la gare d’Orléans sont situés en deçà du boulevard et les trains pour arriver traversent souterrainement cette voie sous un pont métallique long d'environ trente mètres et large de quarante.

Ce pont, qui vient d’être terminé, était, composé de travées en fer, recouvertes d’une couche macadamisée.

En ce moment on macadamise le boulevard et on y voit circuler la locomobile n°4 la Ville de Paris, une de ces grandes machines à vapeur qui écrasent et foule avec une force prodigieuse le macadam de nos rues.

Cette machine, qui ne pèse, pas moins de 34 mille kilogrammes, montée par trois hommes remontait hier matin le boulevard et traversait lentement le pont, à quatre heures trente-deux minutes. Elle allait toucher à l'autre extrémité, du côté du quai quand un craquement épouvantable se fit entendre. Un gouffre béant venait de s'ouvrir au milieu du pont, qui cédait sous la trop lourde charge de la locomobile ; dix-huit mètres du tablier sur toute la largeur descendirent d'un même coup sur la voie. En effet, dès qu'une travée avait été défoncée par le poids, tous les entretoises cessant de se soutenir le tout s’écroula ensemble.

La locomobile tomba dans le vide qui s’était ouvert et vint se renverser sur la voie ferrée ; deux mécaniciens, Demolle et Faux et le chauffeur Bardot furent précipités avec elle, sur la voie. Deux employés passant sur le pont furent également entraînés.

Un moment avant, un train venant de Nantes avait passé sous le pont ; on en signalait un autre quelques instants après l'accident, les signaux furent et le train s’arrêta à Ivry.

L'aiguilleur Chérion avait vu l'accident ; il jeta un cri d'alarme et se précipita vers les décombres qui encombraient la voie. Démolie avait une blessure grave à la tête, les deux autres étaient contusionnés, ainsi que les deux employés.

Cependant les cris de Chérion et le bruit de la chute avaient attiré l’attention ; on arrivait de toutes parts. Les docteurs Salone et Laugier donnèrent des secours aux mécaniciens et au chauffeur. Chérion aussi avait été atteint en procédant au sauvetage ; tous les quatre ont été conduits à la Pitié.

MM. Lebrec, commissaire de police, et Gallier, officier de paix, arrivèrent également sur les lieux. Pendant qu’on éloignait le public de crainte que la locomobile ne fit explosion, et qu’on se mettait à déblayer la voie, les employés supérieurs de la gare se hâtèrent d’organiser le service d’arrivée et de départ à la station d’Ivry.

Deux trains du matin ont dû être supprimés. Mais telle a été l'activité et l'intelligence apportées à ces rapides aménagements que trois heures après l'accident, deux hangars et la gare des marchandises d’Ivry étaient transformés en bureaux de départ et d’arrivée pour les voyageurs. Le service y était complétement et régulièrement installé pour eux et pour leurs colis.

Les travaux de déblayage ont été dirigés par M. Sevène, ingénieur en chef. Il était curieux de voir les puissantes locomotives attelées aux énormes débris de fer qu'elles enlevaient l'une après l'autre à force de vapeur.

Les travaux de déblayage ont continué pendant toute la nuit à la lueur des flambeaux ; la locomobile qui était complément déformée, été rangée du côté de la voie ; ce matin on rétablit les rails, mais à dix heures la circulation des trains n'était pas encore régularisée jusqu'au débarcadère. Du pont lui-même il ne reste en ce moment queues, deux trottoirs, sur lesquels les piétons peuvent circuler.

Les abords du pont sur la chaussée ont été fermés par des planches, pour éviter les accidents. Rien ne saurait donner une idée de l'aspect qu'offre cette ouverture béante, sous laquelle s’agite, encore en ce moment, un monde d'ouvriers, dirigés par les ingénieurs de la Compagnie.


A lire également

Le récit du Figaro

Le procès

Saviez-vous que ...

En 1911, selon Le Gaulois, on comptait onze ruelles dans Paris dont trois dans le treizième arrondissement : la ruelle des Gobelins, la ruelle des Kroumirs et la ruelle des Reculettes.

L'image du jour

Le café Dupont, place d'Italie

Vu dans la presse...

1904

La maison sans maître

Tout au bout de l'avenue d'Ivry, près des fortifications, se trouve une impasse dont l'accès est si étroit, qu'aucun véhicule n'y peut pénétrer sans raser et détériorer les murailles des maisons qui la bordent ; c'est le passage d'Ivry.
Tout au fond de ce passage se dresse une maison branlante, dont l'histoire est bien extraordinaire. (1904)

Lire

1907

La maison puante

Par quoi le fait de n'avoir ni propriétaire, ni concierge, ni loyer à payer ne constitue pourtant pas le bonheur.
M. Navarre a entretenu hier le conseil municipal d'une maison de son quartier qui n'a ni propriétaire, ni concierge, mais qui n'est pas sans locataires, ou plutôt sans habitants. (1907)

Lire

1927

La Butte-aux-Cailles nouvelle butte « sacrée »

Elle pourrait bien être en passe de gagner le titre de nouvelle Butte sacrée, cette Butte-aux-Cailles, au nom plein de charme évocateur, qu'on songe à la splendeur cynégétique ou à la petite amie souriante, chantante et potelée. (1927)

Lire

1861

Le nouveau Paris

L'ex-commune de la Maison-Blanche, au-delà du boulevard d'Italie, est une des parties annexées qui offrent le plus de difficultés pour le nivellement, car d'un côté il s'agit de franchir les hauteurs de la Butte-aux-Cailles, et de l'autre il faut remblayer des fondrières, des carrières abandonnées... (1861)

Lire

1863

Les projets pour le XIIIe arrondissement

Le treizième arrondissement se compose, comme le douzième, d'une fraction de l'ancien Paris et d'une partie annexée. Cette dernière est comprise entre les anciens boulevards extérieurs, les rues de la Santé et de la Glacière, les fortifications et la Seine. La butte des Moulins, la butte aux Cailles et les bas-fonds de la Bièvre, en font une des régions les plus mouvementées de la zone suburbaine, et, par conséquent, une de celles qui présentent le plus d’obstacles à une viabilité régulière; de là, des tâtonnements et de longues études. (1863)

Lire

1866

Les travaux du chemin de fer de Ceinture : du pont Napoléon au tunnel de Montsouris

Les travaux du chemin de fer de Ceinture, toujours conduits avec la même activité, sont terminés sur une grande partie, du parcours, en ce qui concerne les terrassements et les ouvrages d'art ; aussi a-t-on, déjà commencé le ballastage, la pose des voies et l'édification des bâtiments de stations. (1866)

Lire

1861

Le viaduc de la Bièvre

On continue à s'occuper très sérieusement du tracé du chemin de fer de ceinture sur la rive gauche ; les études du pont à jeter sur la Seine et celles du viaduc dans la vallée de la Bièvre sont maintenant terminées. (1861)

Lire

1925

Une nouvelle Cour des Miracles

Vous ne connaissez pas le passage Moret, cela n'est pas surprenant, car, sauf ses malheureux habitants, leur conseiller municipal qui se débat comme un diable pour les secourir, chacun à l'envi les oublie. Chaque fois que les représentants de l'administration se souviennent de ce restant de l'Ile des Singes, c'est pour lui causer un dommage nouveau. (1925)

Lire

1925

Les habitants du passage Moret vont être « clos et couverts »

Les pauvres et déplorables locataires de la ville de Paris, dans son domaine de l'Ile des Singes, partie dénommée sur la nomenclature le Passage Moret, vont apprendre avec joie que l'inondation de leurs taudis, par en haut, va cesser à bref délai. (1925)

Lire

1926

Un propriétaire avait vendu 100 francs son immeuble à ses locataires

Dans le populeux quartier des Gobelins, il est un groupe de gens à qui l'on a mis le bonheur — bonheur relatif, d'ailleurs — à portée de la main, et qui se disputent au lieu de le cueillir sagement. Ces gens demeurent sous le même toit, 9, passage Moret, voie vétuste qui semble être restée dans le même état qu'au temps des mousquetaires. (1926)

Lire

1927

La Ville de Paris osera-t-elle jeter à la rue les locataires du passage Moret ?

La Ville de Paris, qui loue pour rien les luxueux pavillons du Bois de Boulogne aux jouisseurs et aux parasites, veut expulser de malheureux travailleurs de logements peu confortables certes, mais pour lesquels ils paient un lourd loyer. (1927)

Lire

1927

La Ville de Paris est parvenue à faire expulser les locataires

Les locataires n'étaient pas plutôt dans la rue que des démolisseurs se mettaient à l'ouvrage pour le compte d'un garage Renault qui fait procéder à des agrandissements.
Ainsi les limousines des exploiteurs seront à l'abri et les locataires logeront où et comme ils pourront. (1927)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme