Dans la presse...

 L'état des projets pour le XIIIe arrondissement - juillet 1864

Des divers projets intéressant le XIIIe arrondissement

Le Siècle — 25 juillet 1864
Boulevard Saint-Jacques, vers le boulevard d'Italie. Paris (XIII-XIVème arr.), 1877-1878. Photographie de Charles Marville (1813-1879). Bibliothèque historique de la Ville de Paris.

Les travaux commencés l'année dernière pour le raccordement des boulevards d'Italie et des Gobelins sont sur le point d'être terminés. On achève le macadam et les trottoirs de la dernière fraction du parcours. Ces deux boulevards parallèles ayant été réunis par la démolition du mur d'octroi en 1860, présentaient une différence de niveau qu'il fallait faire disparaître en respectant le plus possible leurs magnifiques ombrages : pour y parvenir, au lieu de ne faire ici, comme sur la rive droite, qu'un promenoir au milieu, on a laissé, entre chaque chaussée latérale et les habitations, une contre-allée : malheureusement, il n'y a que la contre-allée du nord et trois rangées d'arbres du promenoir qui soient formées d'anciennes plantations ; les exigences de l'alignement ont fait abattre les autres qu'on a remplacés par de nouveaux sujets.

Un projet de promenade-square sur la vallée de la Bièvre

Un autre projet concernant la partie du 13e arrondissement, qui s'étend au sud-ouest de ce boulevard, serait, nous assure-t-on, arrêté en principe et mis à l'étude : il s'agirait de transformer la vallée de la Glacière et les pentes de la Butte-aux-Cailles, en une promenade dont l'entrée principale serait sur le boulevard d'Italie. La Butte-aux-Cailles, d'où l'on voit d'un côté, se dérouler le panorama du faubourg Saint-Jacques, et de l'autre, les bas-fonds du Moulin des Prés, les verts peupliers de Gentilly et le château de Bicêtre, la Butte-aux-Cailles, disons-nous, deviendrait par cette création, l'un des points les plus charmants du nouveau Paris ; à la condition toutefois, qu'on désinfecterait la Bièvre.

La nouvelle promenade sera limitée au sud par le terrassement de la ceinture, et traversée au centre par un long viaduc qui donnera passage au boulevard du Transit. Ce boulevard, dont l'exécution est si impatiemment attendue, devait d'abord franchir la vallée de la Bièvre, côte à côte avec la ligne de ceinture ; mais ce projet trop excentrique ayant été l'objet de critiques justes et nombreuses, l'administration a fait faire de nouvelles études, un nouveau projet fut mis à l'enquête, et le tracé du boulevard du Transit a été définitivement arrêté.

Le tracé du boulevard du Transit

Cette voie, large de vingt mètres, partira du carrefour des Quatre-Chemins (14e arrondissement), elle coupera la rue Tombe-Issoire, près la rue Sarrazin, et passera sous le chemin de fer de Sceaux ; à 9 mètres 10 cent., en contre-bas ; cette différence de niveau nécessitera le redressement partiel du chemin des Prêtres.

Le boulevard du Transit pénétrera dans le treizième arrondissement en coupant la rue de la Glacière à son point de jonction avec celle de la Santé, et à dix mètres de la maison faisant l'angle des deux voies.

De là il se prolongera en ligne directe jusqu'à la route de Fontainebleau, qu'il traversera près de l'église, coupera la route de Choisy-le-Roi à la bifurcation de celle d'Ivry, et aboutira à la rue du Château-des-Rentiers, où il se raccordera avec la rue Notre-Dame-de-la-Gare. De ce point, il sera ultérieurement prolongé jusqu'à la Seine, et débouchera sur le quai de la Gare ; à égale distance du pont de Bercy et du pont Napoléon.

Dans ce trajet, la rue de la Glacière sera coupée à niveau, mais la vallée de la Bièvre sera, comme nous l'avons dit, franchie par un viaduc. Ce viaduc sera à deux sections, dont l'une ira de la rue de la Santé a celle de l'Espérance, avec une hauteur maximum de 15 m. 83 c. au-dessus du bas-fond, et dont l'autre ira de la rue de l'Espérance à celle du Moulin-des-Prés, avec un maximum d'altitude de 18 mètres.

Sur cette ligne se rattachent plusieurs embranchements : le premier consiste dans le prolongement de la rue Nationale sur une largeur de 15 mètres, entre la place de Novi et la porte d’Ivry ; le second, dans la rectification de la rue du Pot-au-Lait, qui viendra se souder à la voie nouvelle, au point de jonction des rues de la Glacière et de la Santé.

Des modifications d'un autre ordre ont eu lieu pour quelques-unes des voies qui sillonnent la butte des Moulins, à l'extrémité orientale du boulevard dont nous venons d'esquisser le croquis; ainsi la rue qui aboutit à la place de l'Église, dans l'axe du portail, a reçu le nom de rue de Jeanne-d'Arc ; la rue des Trois Ormes se nomme rue Dunois ; la rue qui va de la place de l'Église au chemin du Bac a reçu le nom de rue Lahire et celle qui, de l'église, conduit à la rue de la Croix-Rouge s'appelle rue Xaintrailles. Dunois, Lahire et Xaintrailles ont eu l'honneur d'être compagnons d’armes de la paysanne de Domrémy.

Titre et sous-titres ont été ajoutés (NdE)



L'aménagement du XIIIe

Les annnées 1860 : projets pour les zones annexées et premiers travaux

Le cadre général

Les projets de voirie

Le chemin de fer de ceinture

Les années 1870-80

Quartier de la Salpêtrière

Quartier de la Maison-Blanche

Les années 1900-1920

Saviez-vous que ...

Jusqu'en 1939, il y eut une rue Jules Ferry dans le 13e arrondissement. Cette année-là, on considéra que cette petite rue n'était pas suffisamment digne d'honorer le souvenir de l'illustre homme d'Etat au-delà d'être une source de confusion pour le service des Postes et la rue du Moulin-des-Prés atteint ainsi la rue Damesme en se voyant prolongée.
Officiellement, ce fut une extension de dénomination.

L'image du jour

18 avenue d'Italie

Vu dans la presse...

1938

L'inauguration du monument aux Mères Françaises

En présence de M. et Mme Albert Lebrun a été inauguré hier, boulevard Kellermann, près de la porte d’Italie, le monument élevé à la gloire des mères françaises, œuvre des sculpteurs Bouchard et Dalcatone et des architectes Greber et Bigot. (1938)

Lire

1900

Une nouvelle église paroissiale à Paris

Le quartier populeux de la Maison-Blanche, dans le treizième arrondissement, était hier en fête. (1900)

Lire

1921

La piscine de la Butte-aux-Cailles sera le type des piscines futures

D'une architecture utilitaire, le bâtiment accolé aux bains-douches, place Paul-Verlaine, aura son entrée spéciale conduisant à trois étages de 50 cabines chacun. Chaque étage aura sa couleur particulière, à laquelle répondront les couleurs des caleçons. (1921)

Lire

1883

Effondrement d'une maison place Pinel

Mercredi matin, vers dix heures, a eu lieu un accident qui aurait pu prendre les proportions d'une véritable catastrophe.
Une maison à plusieurs étages, située place Pinel, près de la barrière d'Italie, et portant le numéro 3, a subi soudain un affaissement assez considérable, et une profonde excavation s'est produite.
On sait que tout ce quartier est construit sur les catacombes... (1883)

Lire

1912

Un Meeting des Locataires de la Cité Jeanne-d’Arc

L'on sait que l'Assistance Publique a racheté la cité Jeanne-d'Arc pour faire démolir les noires masures qui la composent et édifier à leur place, sur les cinq mille mètres carrés qui s'étendent là, au fond de ce populeux quartier de la Gare, entre les rue Jeanne-d'Arc et Nationale, des maisons ouvrières à bon marché, gaies, saines et claires. (1912)

Lire

1923

Tonneaux !... Tonneaux !...

Cet après-midi, à 15 heures, boulevard de la Gare, s'est disputée une originale compétition : la course des « rouleurs de futailles ». (1923)

Lire

1901

L'orage

Un orage d'une violence extraordinaire s'est abattu hier après-midi sur Paris. Vers une heure, des nuages lourds venant du Sud-Est s'amoncelaient, et à deux heures et demie de grosses gouttes de pluie commençaient à tomber. (1901)

Lire

1929

La transformation de Paris-Austerlitz

Depuis la mise en service, pour les messageries de Paris-Austerlitz, des vastes hangars, d'aspect solide, modernes, édifiés en bordure de la rue du Chevaleret, et dont l'entrée se trouve, ainsi que, nous l'avons dit, boulevard de la Gare, à Paris, une armée de travailleurs fait disparaître les anciens quais couverts de la rue Sauvage, ce qui aura pour, avantage de donner à ce coin plus d'air et, avec de petits bâtiments coquets, un cachet plus artistique. (1929)

Lire

1873

De Paris à Paris par le chemin de fer de ceinture

La ligne de fer se relève aux environs de la MAISON BLANCHE, nom charmant qui s'applique à une contrée peu connue et d'un aspect étrange. C'est assurément le coin de Paris le moins fréquenté Ces solitudes attendent un historien et un géographe, et nous espérons les explorer un jour avec nos lecteurs (1873)

Lire

1934

Les trains de voyageurs de la Petite Ceinture cesseront de fonctionner dimanche prochain

Le train à voyageurs dont le terminus est la station Maison-Blanche, qu'il atteint un peu avant 23 heures, sera le dernier à rouler sur ces voies, dimanche soir. Saluons-le, nous ne le reverrons plus ! (1934)

Lire

1926

Un abreuvoir pour chevaux et pour chiens a été inauguré ce matin

Les badauds sont rares dans le quartier de la Gare et lorsqu'une inauguration y amène des officiels et dû « beau monde », l'assistance est aussi clairsemée que pittoresque : c'est devant une dizaine de marmots, quelques garçons bouchers et deux ou trois ménagères que la fontaine, offerte par la S.P.A. à la Ville de Paris pour étancher la soif des chevaux et des chiens, a été remise à M. Morain, préfet de police. (1926)

Lire

1906

Le foyer d’infection de l’avenue de Choisy

Signalons, en plein Paris, un foyer d'infection « qui défie toute concurrence : 15, avenue de Choisy, entre le boulevard Masséna et la rue Gandon, existe un dépôt d'ordures ménagères. Les chats et les chiens crevés y achèvent paisiblement leur transformation dernière sous les chauds rayons du soleil de juillet. (1906)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme