Dans la presse...

 L'aménagement de la place et de l'avenue d'Italie (1928)

L'aménagement de la place et de l'avenue d'Italie

Le Matin — 23 novembre 1928

On sait que dans un an sera mise en circulation la ligne métropolitaine n° 7, actuellement en construction, de la place d'Italie à la porte d'Ivry, en passant par la porte d'Italie.

Cette ligne aidera à la transformation du quartier de la Maison-Blanche, non seulement du point de vue transports, mais dans l'ensemble de sa vie industrielle, commerciale et travailleuse, elle aidera aussi au développement de la banlieue sud, en bordure de la route de Fontainebleau, qui, privilège assez rare maintenant, a l'avantage de posséder une réserve considérable d'espaces libres.

Par suite, la grande artère qu'est l'avenue d'Italie devra subir à la fin des travaux du métropolitain une transformation complète par sa mise en alignement, la réfection totale et le nivellement définitif de sa chaussée et de ses trottoirs.

Arguant de ces faits, M. Louis Gélis, conseiller de la Maison-Blanche, estime qu'il est l'heure actuelle indispensable de procéder à des alignements, tant sur la place que sur les avenues qui aboutissent et il a saisi hier le conseil municipal d'une proposition demandant que l'avenue d'Italie soit mise à l'alignement et nivelée et que ses trottoirs et contre-allées soient aménagés d'un bout à l'autre.

La place d'Italie devra également être agrandie et la porte d'Italie élargie.

 

 

 


Le café Dupont situé dans la pointe constituée par les avenues de Choisy et d'Italie fut la première cible des démolisseurs chargés de l'élargissement de la place.


Dans la presse...


Les boulevards extérieurs et le boulevard du Transit dans le 13e arrondissement

La transformation des anciens boulevards extérieurs sur la rive gauche, entre l’ex-barrière d'Enfer et le pont de Bercy, est terminée dans la partie qui traverse le quatorzième arrondissement, et se continue à travers le treizième. (1863)

Lire la suite


Une Descente imprévue

Le ballon « Le Rêve » partait dans l'après-midi d'hier de l'usine à gaz de la Plaine-Saint-Denis, pour exécuter une ascension libre. Pris dans un courant circulaire, l'aérostat, plana longtemps sur Paris, sans pouvoir s'élever. Vers huit heures du soir il se trouvait à une faible hauteur au-dessus du quartier de la Maison-Blanche, dans le treizième arrondissement... (1901)

...


La ligne métropolitaine n° 10 doit être prolongée jusqu'à Austerlitz

En parlant, l'autre jour, du projet de prolongement de la ligne métropolitaine n° 10, actuellement arrêtée à la station Jussieu, vers la gare d'Orléans, terminus envisagé, nous notions que les organisations consultées n'avaient opposé aucune objection à l'administration préfectorale.
Le Syndicat de défense des intérêts généraux du quartier de la Gare, cependant, nous prie de déclarer qu'il a protesté contre le parcours projeté dès qu'il en a eu connaissance. Le quartier de la Gare est le seul qui n'ait point le métro. (1932)

...


De la difficulté d’être le treizième arrondissement

Décidément, la ville de Paris n'aura pas de treizième arrondissement.
Hélas ! ce treizième arrondissement, il est partout, et on n'en veut nulle part. (1859)

...


L’impresario des mendiants

Dans le quartier de la Butte-aux-Cailles s'est installé un impresario qui cultive une spécialité plus que bizarre. Il a centralisé là toutes les monstruosités capables d'attendrir le passant. (1872)

...

Saviez-vous que... ?

Bobillot, héros du Tonkin, était prénommé Jules. La rue portant son nom est longue de 1.100 mètres.

*
*     *

Le puits artésien de la Butte aux Cailles a été foré entre 1866 et 1904 avec quelques interruptions. La fontaine actuelle est alimentée par un forage réalisé en 2000.

*
*     *

Ernest Rousselle (1836-1896), conseiller municipal du 13e arrondissement et président du Conseil municipal de Paris, était un adversaire résolu de tout projet de métropolitain qu'il considérait comme contraire aux intérêts de Paris. Dans une notice nécrologique publiée le 17 mai 1896, le quotidien La Gazette le décrivait comme étant de taille moyenne, trapu avec une barbe épaisse, l'air véhément et pompeux.

*
*     *

Les agents arrêtaient, le 11 septembre 1915, rue Bourgon, Georges M…, 17 ans, connu sous le surnom de « Costaud de la Butte-aux-Cailles », comme celui-ci vantait les qualités d'un formidable couteau à sept crans-d'arrêt qu'il montrait.

L'image du jour

Construction de la rue de Tolbiac : franchissement de la Bièvre à la Glacière

La photographie est de Charles Marville et a été prise vers 1876. La rue d'Alésia est déjà achevée. La construction de la rue de Tolbiac subit beaucoup de retard compte tenu de l'ampleur des travaux.