Dans la presse...

 Logements à bon marché - 24 passage d'Ivry - 1896

Logements à bon marché

Pas de concierge !

Heureux locataires. — Un immeuble abandonné.

La Presse — 15 septembre 1896

Paris nous réserve toutes les surprises, et ses historiens, malgré leurs patientes recherches, n'arrivent que difficilement à nous signaler les faits bizarres, les trouvailles imprévues que les faits-divers nous révèlent chaque jour et par hasard.

On vient de découvrir qu'en plein cœur de la capitale il existe une maison habitée par une cinquantaine de locataires depuis plus de vingt ans et que cet immeuble n'a ni propriétaire ni concierge.

La place est au premier occupant ; les jours de terme y sont inconnus et les huissiers n'ont jamais eu à y exercer leur désagréable ministère.

La maison, sans doute oubliée à l'inventaire d'un propriétaire décédé il y a longtemps, était gérée par les habitants, qui s'entendaient parfaitement entre eux, et cet état de choses aurait pu durer encore longtemps si le service de la voirie ayant prescrit des réparations urgentes n'avait découvert que l'immeuble était devenu res nullius, comme on dit en droit romain.

*
*    *

Qu'ils devaient être heureux ces locataires et quelle envie ils vont susciter, quand on apprendra les privilèges dont ils ont joui depuis si longtemps !

On sait combien les propriétaires sont peu sympathiques en général, surtout lorsqu'ils se montrent exigeants aux échéances du terme pour le paiement de la quittance.

On connaît la haine professée à l'en droit des concierges par un si grand nombre de locataires parisiens.

Le concierge, qui parait appartenir à un monde à part, constitue une véritable plaie pour nos immeubles. Son existence est à peine soupçonnée à Londres et nul doute que les Anglais, gens pratiques, ont reconnu tous les inconvénients qu'il y avait à la présence dans une maison de ce cerbère soupçonneux, souvent malintentionné, toujours grincheux, à qui l'on confie la garde de nos portes et de nos escaliers.

Quel paradis ce devait être que cette maison où tous les habitants; vivaient dans la paix et l'harmonie les plus par faites, M. Pipelet n'étant pas là pour sus citer la discorde !

*
*    *

Il est à craindre pour les occupants du 24, passage d'Ivry, qui avaient résolu de la façon la plus simple la question des logements à bon marché, laquelle a coûté tant de souci à certains philanthropes, que leur situation privilégiée ne dure plus bien longtemps.

On va faire des recherches aux bureaux des hypothèques, retrouver probablement des héritiers qui deviendront des propriétaires d'autant plus farouches qu'ils auront le regret des termes perdus depuis si longtemps, à moins que la maison, déclarée en déshérence, ne revienne à l'État. Dans ce cas, ses habitants redeviendront de simples locataires, gémissant sur la cherté des loyers.

Maurice Rémy

A lire également

Les mêmes faits rapportés par le Petit-Parisien

La maison sans maître - 1904

Saviez-vous que ...

35.892 électeurs étaient inscrits sur les listes du 13ème pour le premier tour des élections municipales du 3 mai 1925. 30.289 votèrent. Seul, M. Colly, du quartier de la Gare, fut élu à ce premier tour.

L'image du jour

Boulevard de l'Hôpital par Charles Marville

Vu dans la presse...

1929

Trop de clairons dans le quartier de la Maison-Blanche

Tandis que les chauffeurs ne pourront claironner ou trompeter par les rues de Paris, des escouades de bruiteurs autorisés continueront, embouchure aux lèvres, leur pas accéléré quotidien dans les rues du quartier de la Maison-Blanche en général, boulevard Kellermann en particulier. (1929)

Lire

1924

La Butte aux Cailles se modernise

Dans une semaine ou deux, on inaugurera la grande piscine de la Butte aux Cailles. C'est un établissement vraiment remarquable, de briques et de mortier, aux revêtements vernissés blancs, dominé d'une immense cheminée en ciment armé, de grande allure avec sa quadrature de colonne droite évidée aux angles, lesquels sont ainsi arrondis. (1924)

Lire

1929

Rue Charles-Bertheau plusieurs immeubles menacent maintenant de s'effondrer

Dimanche, dans la nuit, un craquement sinistre a éveillé les locataires d'un des vieux immeubles de cette rue. une maison d'un étage, portant le numéro 10. D'un coup la maison s'était lézardée du haut en bas. menaçant de s'effondrer. (1929)

Lire

1937

54 habitants de la rue Charles Bertheau sont sans logis

Le quartier de la Gare est en émoi. A la suite de perturbation du sol, peut-être aussi de fissures de conduites d'eau et d'infiltrations, la plupart des immeubles de la rue Charles-Bertheau, dont certains sont neufs, menacent ruine (1937)

Lire

1937

Les sinistrés de la rue Charles-Bertheau attendent en vain un logement et des secours

Les 84 sinistrés de la rue Charles-Bertheau ont manifesté pour obtenir de la ville de Paris des logements ou un secours suffisant. (1937)

Lire

1872

Les Bijoutiers

Savez-vous ce que c'est qu'un Bijoutier ?...
C'est un de ces industriels qui achètent aux laveurs de vaisselle des restaurants les débris de viande cuite jugés indignes d'être offerts à la clientèle, et qui vendent ces débris, connus sous le nom d'arlequins, aux pauvres gens des quartiers populeux.
Or, depuis quelque temps, les étalages des bijoutiers du marché des Gobelins étaient mieux fournis que d'habitude... (1872)

Lire

1878

La Fête Nationale du 30 juin 1878 dans le 13e arrondissement

Il faudrait tout notre journal pour être complet sur le treizième arrondissement. (1878)

Lire

1914

Le bal des Quat'z'Arts

C'est derrière la mairie du treizième arrondissement, dans le vieux marché des Gobelins, que la jeunesse des Beaux-arts avait organisé hier soir le bal annuel des Quat'z'Arts. (1914)

Lire

1923

Des ossements humains découverts par des terrassiers

Une rumeur étonnante et capable d’alimenter toutes les conversations circulait, hier après-midi vers 5 heures, dans le quartier de la Maison-Blanche. Des terrassiers, en creusant pour faire une cour, avaient découvert des ossements... (1923)

Lire

1895

Expulsion de zoniers à la Porte de Gentilly

Espérons que la rudesse et la brutalité avec lesquelles la main de l'autorité militaire vient de s'abattre sur les pauvres zoniers de la porte de Gentilly, aura pour résultat de ramener cette importante question à l'ordre du jour, et de lui faire faire un pas vers une solution impatiemment attendue. (1895)

Lire

1911

La Fondation Singer-Polignac

La fondation Singer-Polignac est une maison ouvrière. La maison a été construite en un an. Il y a trois mois, une bande de calicot tendue sur la façade annonçait que soixante-quatre logements étaient à louer dans cet immeuble. Deux cent quatre-vingt-dix-sept postulants se présentèrent. Il y a donc actuellement, au quartier de la Maison-Blanche, deux cent trente-trois ménages en quête d'un logis neuf. (1911)

Lire

1913

Les fêtes de Jeanne d'Arc dans le 13e

Il semble que dans ce lointain faubourg parisien le peuple ait voulu fleurir avec plus de ferveur la fille du peuple, la petite bergère de Domrémy qui sauva la France. (1913)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme