Dans la presse...

 Logements à bon marché - 24 passage d'Ivry - 1896

Logements à bon marché

Pas de concierge !

Heureux locataires. — Un immeuble abandonné.

La Presse — 15 septembre 1896

Paris nous réserve toutes les surprises, et ses historiens, malgré leurs patientes recherches, n'arrivent que difficilement à nous signaler les faits bizarres, les trouvailles imprévues que les faits-divers nous révèlent chaque jour et par hasard.

On vient de découvrir qu'en plein cœur de la capitale il existe une maison habitée par une cinquantaine de locataires depuis plus de vingt ans et que cet immeuble n'a ni propriétaire ni concierge.

La place est au premier occupant ; les jours de terme y sont inconnus et les huissiers n'ont jamais eu à y exercer leur désagréable ministère.

La maison, sans doute oubliée à l'inventaire d'un propriétaire décédé il y a longtemps, était gérée par les habitants, qui s'entendaient parfaitement entre eux, et cet état de choses aurait pu durer encore longtemps si le service de la voirie ayant prescrit des réparations urgentes n'avait découvert que l'immeuble était devenu res nullius, comme on dit en droit romain.

*
*    *

Qu'ils devaient être heureux ces locataires et quelle envie ils vont susciter, quand on apprendra les privilèges dont ils ont joui depuis si longtemps !

On sait combien les propriétaires sont peu sympathiques en général, surtout lorsqu'ils se montrent exigeants aux échéances du terme pour le paiement de la quittance.

On connaît la haine professée à l'en droit des concierges par un si grand nombre de locataires parisiens.

Le concierge, qui parait appartenir à un monde à part, constitue une véritable plaie pour nos immeubles. Son existence est à peine soupçonnée à Londres et nul doute que les Anglais, gens pratiques, ont reconnu tous les inconvénients qu'il y avait à la présence dans une maison de ce cerbère soupçonneux, souvent malintentionné, toujours grincheux, à qui l'on confie la garde de nos portes et de nos escaliers.

Quel paradis ce devait être que cette maison où tous les habitants; vivaient dans la paix et l'harmonie les plus par faites, M. Pipelet n'étant pas là pour sus citer la discorde !

*
*    *

Il est à craindre pour les occupants du 24, passage d'Ivry, qui avaient résolu de la façon la plus simple la question des logements à bon marché, laquelle a coûté tant de souci à certains philanthropes, que leur situation privilégiée ne dure plus bien longtemps.

On va faire des recherches aux bureaux des hypothèques, retrouver probablement des héritiers qui deviendront des propriétaires d'autant plus farouches qu'ils auront le regret des termes perdus depuis si longtemps, à moins que la maison, déclarée en déshérence, ne revienne à l'État. Dans ce cas, ses habitants redeviendront de simples locataires, gémissant sur la cherté des loyers.

Maurice Rémy

A lire également

Les mêmes faits rapportés par le Petit-Parisien

La maison sans maître - 1904

Saviez-vous que ...

L'image du jour

La Zone à la porte de Bicêtre

Vu dans la presse...

1867

Ouverture d'une nouvelle voie dans le 13e arrondissement.

On va prochainement soumettre aux formalités d'enquête le projet d'ouverture de la rue du Transit, partie comprise entre la rue de la Glacière et la rue du Château-des-Rentiers. Cette portion du 13e arrondissement est généralement peu connue ces Parisiens du boulevard. C'est une région arrosée par la nauséabonde rivière de Bièvre, dont un des bras prend le nom de rivière morte. (1867)

Lire

1868

La nouvelle place d'Italie en haut de la rue Mouffetard.

Entre l'église Saint-Médard et la place d'Italie, la vieille et étroite rue Mouffetard se transforme à vue d'œil en une belle avenue de 40 mètres de largeur. (1868)

Lire

1928

La Bièvre en peinture

On visitait ces temps-ci, dans la salle des Fêtes de la mairie du 13e, une agréable exposition de toiles, aquarelles, dessins, organisé par le Cercle des Gobelins. (1928)

Lire

1932

Chronique électorale

Dans la première circonscription du XIIIe arrondissement, M. Raymond Renaudière, qui a groupé sur son nom au premier tour près de 4.000 voix, est le seul candidat désigné pour battre au second tour le communiste dissident Gélis. (1932)

Lire

1862

Gares et Stations du chemin de fer de ceinture (rive gauche)

Une enquête est ouverte, en ce moment, à la Préfecture de la Seine, sur le enquête est ouverte, en ce moment, à la Préfecture de la Seine, sur le projet des stations à établir sur le chemin de fer de Ceinture, dans les 13e, 14e, 15e et 16° arrondissements. (1862)

Lire

1862

Extension de la Gare du chemin de fer d'Orléans

On a mis récemment à l'enquête un projet d'agrandissement de la Gare du chemin de fer d'Orléans, à Paris, qui consiste à étendre les dépendances de cette gare jusqu'au quai d'Austerlitz, par l'annexion de tout l'emplacement compris entre ce quai, la rue Papin et le boulevard de l'Hôpital. (1862)

Lire

1925

Portrait : Emile Deslandres

Conseiller municipal du quartier Croulebarbe (1925)

Lire

1927

Promenade électorale dans le XIIIè

Le treizième a toujours été la cité des pauvres. Il sue encore la misère avec ses îlots de maisons délabrées… avec la rue du Château-des-Rentiers, ô ironie, avec la Butte-aux-Cailles chère à Louis-Philippe. Et comme la misère va de pair avec la douleur, beaucoup d'hôpitaux, la Salpêtrière, la Pitié, Broca, Péan, des asiles, des refuges. Sur 33.500 électeurs, 28.000 paient de 500 à 1.200 francs de loyer par an. Au prix actuel du gîte, ces chiffres ont une triste éloquence ! On ne s'étonnera pas si le treizième est politiquement très à gauche… et même à l'extrême gauche. (1927)

Lire

1929

Trop de clairons dans le quartier de la Maison-Blanche

Tandis que les chauffeurs ne pourront claironner ou trompeter par les rues de Paris, des escouades de bruiteurs autorisés continueront, embouchure aux lèvres, leur pas accéléré quotidien dans les rues du quartier de la Maison-Blanche en général, boulevard Kellermann en particulier. (1929)

Lire

1924

La Butte aux Cailles se modernise

Dans une semaine ou deux, on inaugurera la grande piscine de la Butte aux Cailles. C'est un établissement vraiment remarquable, de briques et de mortier, aux revêtements vernissés blancs, dominé d'une immense cheminée en ciment armé, de grande allure avec sa quadrature de colonne droite évidée aux angles, lesquels sont ainsi arrondis. (1924)

Lire

1929

Rue Charles-Bertheau plusieurs immeubles menacent maintenant de s'effondrer

Dimanche, dans la nuit, un craquement sinistre a éveillé les locataires d'un des vieux immeubles de cette rue. une maison d'un étage, portant le numéro 10. D'un coup la maison s'était lézardée du haut en bas. menaçant de s'effondrer. (1929)

Lire

1937

54 habitants de la rue Charles Bertheau sont sans logis

Le quartier de la Gare est en émoi. A la suite de perturbation du sol, peut-être aussi de fissures de conduites d'eau et d'infiltrations, la plupart des immeubles de la rue Charles-Bertheau, dont certains sont neufs, menacent ruine (1937)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme