La maison sans maître - 1904

La maison sans maître

Passage d'Ivry. — Logis à bon marché. — Un asile de pauvres gens.

Le Journal — 4 décembre 1904

Tout au bout de l'avenue d'Ivry, près des fortifications, se trouve une impasse dont l'accès est si étroit, qu'aucun véhicule n'y peut pénétrer sans raser et détériorer les murailles des maisons qui la bordent ; c'est le passage d'Ivry. Tout au fond de ce passage se dresse une maison branlante, dont l'histoire est bien extraordinaire.

Le propriétaire de cette maison, M. Surchaut, mourut, il y a une douzaine d'années, sans testament et sans héritiers connus ; la maison, qui était habitée par M. Surchaut, ne demeura pas longtemps vide, après la mort de son propriétaire ; des pauvres gens du quartier s'y installèrent, au grand ébahissement d'un cousin de M. Surchaut, qui essayait de faire valoir ses droits d'héritier sur la maison sans maître.

Ces pauvres gens furent chassés de leur demeure par les agents du fisc, qui barricadèrent la maison, n'y laissant pas même pénétrer le cousin de M. Surchaut ; celui-ci s'en alla ; on ne l'a jamais revu.

Illustration parue dans Le Journal

Pendant huit jours, les barricades furent respectées ; mais après ce laps de temps des rôdeurs arrivèrent, qui transformèrent la maison en un antre où se déroulèrent d'extravagantes scènes d'orgies sordides ; on buvait, on se battait, on s'entre-tuait dans cette maison. La police intervint; les rôdeurs furent expulsés ; d'autres rôdeurs les remplacèrent, qui, non contents de scandaliser le quartier par leurs exploits, se mirent en devoir de tout saccager dans leur repaire; les parquets furent arrachés et brûlés dans les cheminées, les persiennes furent descellées, les portes, furent enfoncées; la police dut encore intervenir.

C'était une veille de petit terme ; la maison sans maître, débarrassée de ses rôdeurs, fut envahie par des ouvriers pauvres, expulsés brutalement de leur domicile. Et, depuis, les ouvriers sans asile du quartier se succèdent dans la maison du passage d'Ivry, aucun logement n'en restant vide plus d'une journée.

J'ai visité, hier, cette maison ; elle est plus vermoulue que si elle, avait deux siècles d'existence ; les murs en sont lézardés, la toiture en est crevée ; à l'intérieur, pas de portes ; à l'extérieur, plus de persiennes.

Des vieilles planches servant à boucher tant bien que mal les issues, qui ne sont pas bien nombreuses : six fenêtres et une porte sur le passage, autant sur un ancien jardin où poussaient jadis des vignes et où maintenant, s’épandent, nauséabondes, les eaux de ménage ; des détritus de toutes sortes nagent dans ces eaux malsaines, qui sont encore empuanties par ce fait qu'une fosse d'aisance voisine, n'étant jamais vidée, s'est crevée.

Oh ! les effroyables taudis !... Quinze chambres immondes, dans lesquelles des meubles, sortis d'on ne sait quel magasin de bric-à-brac, sont entassés ; dans certaines de ces chambres vivent le père, la mère et toute une marmaille dépenaillée ! On se croirait dans une Cour des Miracles.

Parfois, quand un de ces ménages a pu économiser quelques sous et que son chef de famille a déniché un emploi rémunérateur, le père, la mère, les enfants s'en vont, heureux de sortir de cet enfer, et des misérables, plus misérables qu'eux-mêmes, les remplacent à la même minute.

On s'effare, à l'idée de la promiscuité que doivent subir les condamnés dans les prisons ; qu'est cette promiscuité à côté de celle des malheureux ouvriers sans asile qui vont nicher dans la maison sans maître du passage d'Ivry, côte à côte avec d'autres malheureux, qui eux, ne sont pas ouvriers, et cherchent, les soirs, sur les fortifications, autre chose que du travail ?...

Les voisins des locataires de la maison sans maître se sont plaints, récemment, au service d'hygiène, qui est intervenu, et qui veut expulser ces pauvres gens. Cette besogne ne sera pas commode : si pitoyable que soit leur logis, ces malheureux y veulent demeurer : où trouveraient-ils un logement à meilleur compte ? Le service d'hygiène demande la démolition de cet immeuble, qui est littéralement pourri.

Mais, ici, on se heurte au fisc, qui, depuis douze ans, n'a jamais touché un sou des contributions qui lui sont dues, et qui veut mettre en vente cet immeuble sans propriétaire.

Qui donc achèterait cette masure ? Le terrain sur lequel elle s'élève à seul quelque valeur, et encore, dans ce coin reculé de Paris; cette valeur n'est-elle pas bien grande. La maison sans maître restera peut-être longtemps encore un asile pour les malheureux du quartier d'Ivry.

Fernand Hauser.

A lire également

Logements à bon marché - 1896

Un immeuble sans propriétaire - 1896

La maison puante - 1907

Menu article

Lu dans la presse...

L'inauguration du monument aux Mères Françaises

En présence de M. et Mme Albert Lebrun a été inauguré hier, boulevard Kellermann, près de la porte d’Italie, le monument élevé à la gloire des mères françaises, œuvre des sculpteurs Bouchard et Dalcatone et des architectes Greber et Bigot. (1938)

Lire

Une nouvelle église paroissiale à Paris

Le quartier populeux de la Maison-Blanche, dans le treizième arrondissement, était hier en fête. (1900)

Lire

La piscine de la Butte-aux-Cailles sera le type des piscines futures

D'une architecture utilitaire, le bâtiment accolé aux bains-douches, place Paul-Verlaine, aura son entrée spéciale conduisant à trois étages de 50 cabines chacun. Chaque étage aura sa couleur particulière, à laquelle répondront les couleurs des caleçons. (1921)

Lire

Effondrement d'une maison place Pinel

Mercredi matin, vers dix heures, a eu lieu un accident qui aurait pu prendre les proportions d'une véritable catastrophe.
Une maison à plusieurs étages, située place Pinel, près de la barrière d'Italie, et portant le numéro 3, a subi soudain un affaissement assez considérable, et une profonde excavation s'est produite.
On sait que tout ce quartier est construit sur les catacombes... (1883)

Lire

Un Meeting des Locataires de la Cité Jeanne-d’Arc

L'on sait que l'Assistance Publique a racheté la cité Jeanne-d'Arc pour faire démolir les noires masures qui la composent et édifier à leur place, sur les cinq mille mètres carrés qui s'étendent là, au fond de ce populeux quartier de la Gare, entre les rue Jeanne-d'Arc et Nationale, des maisons ouvrières à bon marché, gaies, saines et claires. (1912)

Lire

Tonneaux !... Tonneaux !...

Cet après-midi, à 15 heures, boulevard de la Gare, s'est disputée une originale compétition : la course des « rouleurs de futailles ». (1923)

Lire

L'orage

Un orage d'une violence extraordinaire s'est abattu hier après-midi sur Paris. Vers une heure, des nuages lourds venant du Sud-Est s'amoncelaient, et à deux heures et demie de grosses gouttes de pluie commençaient à tomber. (1901)

Lire

La transformation de Paris-Austerlitz

Depuis la mise en service, pour les messageries de Paris-Austerlitz, des vastes hangars, d'aspect solide, modernes, édifiés en bordure de la rue du Chevaleret, et dont l'entrée se trouve, ainsi que, nous l'avons dit, boulevard de la Gare, à Paris, une armée de travailleurs fait disparaître les anciens quais couverts de la rue Sauvage, ce qui aura pour, avantage de donner à ce coin plus d'air et, avec de petits bâtiments coquets, un cachet plus artistique. (1929)

Lire

De Paris à Paris par le chemin de fer de ceinture

La ligne de fer se relève aux environs de la MAISON BLANCHE, nom charmant qui s'applique à une contrée peu connue et d'un aspect étrange. C'est assurément le coin de Paris le moins fréquenté Ces solitudes attendent un historien et un géographe, et nous espérons les explorer un jour avec nos lecteurs (1873)

Lire

Les trains de voyageurs de la Petite Ceinture cesseront de fonctionner dimanche prochain

Le train à voyageurs dont le terminus est la station Maison-Blanche, qu'il atteint un peu avant 23 heures, sera le dernier à rouler sur ces voies, dimanche soir. Saluons-le, nous ne le reverrons plus ! (1934)

Lire

Un abreuvoir pour chevaux et pour chiens a été inauguré ce matin

Les badauds sont rares dans le quartier de la Gare et lorsqu'une inauguration y amène des officiels et dû « beau monde », l'assistance est aussi clairsemée que pittoresque : c'est devant une dizaine de marmots, quelques garçons bouchers et deux ou trois ménagères que la fontaine, offerte par la S.P.A. à la Ville de Paris pour étancher la soif des chevaux et des chiens, a été remise à M. Morain, préfet de police. (1926)

Lire

Le foyer d’infection de l’avenue de Choisy

Signalons, en plein Paris, un foyer d'infection « qui défie toute concurrence : 15, avenue de Choisy, entre le boulevard Masséna et la rue Gandon, existe un dépôt d'ordures ménagères. Les chats et les chiens crevés y achèvent paisiblement leur transformation dernière sous les chauds rayons du soleil de juillet. (1906)

Lire

Teaser 6 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme