Dans la presse...

 La ligne Trocadéro-gare d'Orléans - 1903

Les travaux du métro

La ligne Trocadéro-gare d'Orléans

Le Petit-Journal — 27 juin 1903

Les Parisiens ayant trouvé que le mot Métropolitain était beaucoup trop long pour désigner un moyen de locomotion des plus rapides, ils ont depuis longtemps supprimé trois syllabes.

Ce n'est pas là seulement une abréviation populaire ; elle est entrée dans le langage courant ; son usage est devenu général.

Donc, on ne dit plus que : le Métro ; et on s'intéresse très vivement à tout ce qui concerne le Métro.

On s'arrête devant les chantiers ; on commente un peu au hasard les lignes en construction ; on cherche il deviner où se trouveront les futures stations.

Et c'est pourquoi nous avons, il y a quelques jours, donné à nos lecteurs la primeur du plan de la ligne Courcelles-Ménilmontant, avec l'indication de-tous ses arrêts ; et c'est pourquoi, aujourd'hui, nous voulons qu'ils soient les premiers à avoir, sous les yeux le plan d'une autre ligne en construction, la ligne Trocadéro-gare d'Orléans, où se trouve également la désignation de toutes les stations.

Il fallait, naturellement, accompagner ce plan de, renseignements relatifs, à l’état actuel des travaux. Une visite aux chantiers, une visite à la direction des services techniques du Métro, nous l'ont permis.

*
*     *

La ligne Trocadéro-gare d'Orléans ne manque pas de pittoresque. Elle aura coûté des sommes formidables, mais elle sera certainement la plus curieuse du réseau.

Elle aura mis les ingénieurs aux prises avec d'extraordinaires difficultés ; mais les ingénieurs sont précisément faits pour vaincre les difficultés, et c'est ce à quoi ils s'occupent activement, sûrs de la victoire.

Déjà tout le lot, compris entre le Trocadéro et la rue Alboni est presque entièrement terminé.

Il ne reste plus à faire que la partie en élévation de la station de Passy; ce qui, d'ailleurs, constitue un travail de maçonnerie et de ferronnerie fort important.

Mais il en est un autre à exécuter, non loin de là, infiniment plus gigantesque. C'est le pont qui traversera la Seine. En ce moment, on est en train de préparer le ripage de la passerelle actuelle, qui sera reculée de 30 mètres en aval, d'un seul coup, à l'aide de vérins. Ce ne sera pas une opération banale.

Le nouveau pont de Passy coûtera environ 7 millions. Il reproduira, en métal, le viaduc d'Auteuil, c'est-à-dire qu'il aura deux étages. C'est lui qui mettra l'exploitation en retard, car on ne compte pas l'avoir achevé avant dix-huit mois.

Mais, bien qu'il ne soit pas encore construit, traversons le pont.

Nous avons alors ce qu'on appelle la série des viaducs métallurgiques jusqu'à la rue de Vaugirard. Là les travaux sont très avancés et seront vraisemblablement terminés dans sept ou huit mois.

À partir de la rue de Vaugirard, les voyageurs entreront dans un souterrain déjà percé sur les trois quarts de sa longueur et qui aboutira à la vallée de la Bièvre.

*
*     *

Cette partie des travaux serait achevée déjà sans la rencontre d'exceptionnelles difficultés entre le boulevard Edgar-Quinet et la place Denfert-Rochereau. C'est là, en effet, que se trouve la zone la plus considérable des carrières du sous-sol parisien ; de plus, sous la place, est le noyau de toutes les canalisations, d'eau venant du réservoir de Montsouris ; le chemin de fer de Sceaux passe aussi à cet endroit.

Au sortir du long souterrain, les voyageurs effectueront la traversée de la vallée de la Bièvre en viaduc. Cet ouvrage métallurgique est en pleine exécution et sera terminé à peu près en même temps que les autres viaducs en construction entre la Seine à Passy et la rue de Vaugirard, dans sept mois environ.

Aux abords de la place d'Italie, nouveau souterrain ; sous la place, on est en train d'exécuter la boucle indiquée sur notre plan. Les travaux sont en pleine activité et prendront fin vraisemblablement au printemps prochain.

Plan publié dans Le Génie civil : revue générale des industries françaises et étrangères

Le souterrain se termine à l'intersection du boulevard de l'Hôpital et du boulevard Saint-Marcel.

À partir de ce point, dans les terrains de la Salpêtrière dont la Compagnie vient de faire l'acquisition, recommence la partie de viaduc. À noter, comme, particularité intéressante, la traversée en viaduc de la gare d'Orléans. Là, les travaux viennent seulement d'être entamés.

Enfin, la ligne nouvelle s'achèvera par la traversée de la Seine, dont le projet a donné lieu à un concours, et dont l'exécution va commencer incessamment.



Saviez-vous que ...

L'image du jour

La Zone à la porte de Bicêtre

Vu dans la presse...

1868

Petite ceinture : stations de Montrouge, Gentilly et Maison-Blanche (1868)

La construction de cette partie du chemin de fer de ceinture où les voies sont dans des tranchées de 8 à 10 mètres de hauteur a nécessité cette position des gares qui se trouvent, comme on le voit dans la Fig.2 construites sur un tunnel dans lequel passent les trains.... (1868)

Lire

1894

Le mystère des Gobelins

Un bruit sinistre, dont un de nos confrères s'est fait l'écho, a couru hier sur la rive gauche. M. Guignet, chef des ateliers de teinturerie à la manufacture des Gobelins, se serait aperçu que certaines parties d'un grand panneau de tapisserie représentant la Conversion de saint Paul avaient perdu toute la vivacité de leurs couleurs. (1894)

Lire

1902

Le Métropolitain dans les Catacombes

Les travaux de consolidation de la ligne circulaire n° 2 du Métropolitain de Paris, ou plutôt les travaux de préparation de la construction de cette ligne au travers du terrain effondré et affouillé des Catacombes et des carrières de Paris, notamment boulevard de Vaugirard, boulevard Saint-Jacques et boulevard de l’Hôpital, sont terminés. (1902)

Lire

1906

Le Métropolitain (Place d'Italie-Place Mazas)

La ligne ouverte à l'exploitation, au commencement du mois dernier, — de la place d'Italie à la gare d'Orléans, — complétée par la section Orléans-Mazas et le raccordement Mazas-Gare de Lyon mis en service le 14 juillet, assure, dès à présent, des relations directes entre toutes les lignes exploitées, et a permis — comme l'indique notre plan général — la constitution d'un premier réseau homogène. (1906)

Lire

1930

Inauguration de la ligne Odéon-Place d'Italie

Le réseau du Métropolitain compte une ligne de plus, ou, plus exactement, deux tronçons de lignes complémentaires : l'un qui prolonge la ligne n° 10 de l’Odéon à la place Monge, et l'autre qui étend la ligne n° 7 de la place Monge à la place d'Italie... (1930)

Lire

1872

Un marché de banlieue

En sortant de Paris par la porte d'Italie un dimanche ou un jeudi, on se trouve immédiatement entouré de mendiants, d'aveugles, d'estropiés, de saltimbanques. C'est l'avant-garde du marché, qui se tient sur le terrain compris dans la zone des fortifications sur la route d'Ivry. (1872)

Lire

1881

Le 14 juillet 1881 dans le 13e

Nous voici dans le treizième. Même intérêt, même goût, même ardeur à bien faire... (1881)

Lire

1926

Les travaux à la Poterne des Peupliers

Dans une sorte de cirque muré par les fortifications, à la hauteur de la Poterne des Peupliers, où l'on pouvait encore voir, il y a quelques années, la Bièvre entrer librement dans Paris, il y a un immense chantier.... (1926)

Lire

1897

Un syndicat d'indigents

La cour des Miracles était hier soir en grand émoi ; elle avait transporté cahin-caha, béquillant et gesticulant, ses pénates dans le quartier de la Gare, rue Nationale, tout là-bas, au bout de Paris, près de la barrière d'Italie. Il faut dire que le 13° arrondissement a un maire, M. Thomas, « qui fait des économies sur les fonds alloués par la Ville au service de bienfaisance, et qui, cette année, a rendu 50,000 francs à l'Assistance publique. (1897)

Lire

1890

L'épidémie de la Maison-Blanche

Au moment où le service de statistique municipale constatait avec satisfaction une décroissance notable de la mortalité dans Paris, une épidémie éclatait dans un quartier excentrique et y jetait l'effroi. Le quartier contaminé est celui de la Maison-Blanche, situé dans le treizième arrondissement, sur les bords de la Bièvre. (1890)

Lire

1891

La reconstruction des Gobelins

Il paraît décidé qu'on conservera pieusement les ruines de la Cour des Comptes, comme souvenir de 1871. Mais il est un autre monument, également ruiné par la Commune et dont la vue séduit beaucoup moins : la façade de la manufacture des Gobelins « provisoirement » remplacée par une construction en platras et une palissade en planches. (1891)

Lire

1912

Sauvons les Gobelins !

Dans la pénurie lamentable des crédits affectés aux beaux arts, le budget des Gobelins est peut-être le plus précaire. (1912)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme