Dans la presse...



Les difficultés de la circulation

Pour la sécurité des enfants

Le Matin — 10 mai 1933

Deux petites filles ont été écrasées l'autre jour par des tramways l'une boulevard de la Gare, l'autre sur un passage clouté de l'avenue de Choisy, à la sortie d'une école, et dans des conditions si lamentables que M. Gélis, conseiller municipal, a cru devoir adresser à ce sujet une question au préfet de police. Hier encore, deux jeunes enfants ont été blessés sur la chaussée et il ne se passe presque pas de jour, hélas, qu'on n'ait à déplorer des accidents de la circulation dont sont victimes de jeunes enfants.

Le boulevard de la Gare (Vincent-Auriol) vue en direction de la rue Jenner depuis la rue Jeanne d'Arc

Aucune, raison ne saurait justifier l'absence d'un ou de deux agents à l'entrée et à la sortie de toutes les écoles et de tous les établissements d'enseignement publics et privés.

Il serait utile, d'autre part, que le panneau de signalisation informant les conducteurs du voisinage d'une école et les invitant à ralentir fût sans exception apposé aux approches dans les deux sens de tous les établissements d'enseignement publics et privés. Nous ne saurions trop souhaiter également que les maîtres d'école consacrent régulièrement un certain temps de classe à faire aux enfants leur éducation de jeunes piétons. Des tracts, des images représentant la manière la plus prudente de traverser les voies ont été édités. Qu'ils soient distribués fréquemment et commentés dans tous les établissements d'enseignement.

Et il faut enfin faire appel au cœur de tous les automobilistes, motocyclistes, cyclistes, conducteurs de tous véhicules pour leur demander de ralentir et de faire preuve du maximum de prudence et de bienveillante attention chaque fois qu'ils rencontrent ou aperçoivent à proximité un ou plusieurs enfants, avec l'inexpérience et l'étourderie desquels il faut toujours compter.

Et un lecteur nous signale enfin quel trop souvent les autobus et tramways de la S. T. C. R. P. ne respectent pas les règlements relatifs aux passages cloutés et les traversent sans laisser la priorité aux piétons engagés.

La question de la sécurité des piétons, et surtout des enfants, est de celles qui, — services publics et particuliers — ne peut laisser personne indifférent.

Pour un meilleur emplacement du terminus du tramway 82

Le lecteur qui nous a suggéré plusieurs des réflexions qui précèdent nous signale, d'autre part, la situation inadmissible créée par le terminus du tramway 82 en haut et à gauche du boulevard de la Gare, entre la place des Alpes et la rue de Gentilly.

En effet, à cet endroit, où se trouva un aiguillage, les tramways à l'arrêt non seulement obstruent complètement le passage clouté, ne permettant pas ainsi aux piétons de l'employer comme ils le doivent, mais encore occupent une partie du boulevard de la Gare et de la place des Alpes, et, gênant ainsi à leur croisement la visibilité et le passage pour les voitures automobiles et autres, rendent la circulation des plus dangereuses à cet endroit.

Il importe que les mesures nécessaires soient prises pour remédier à cet état de choses.

Saviez-vous que ...

L'image du jour

L'hôpital de la Salpétrière

Vu dans la presse...

1900

Éclairez S.V.P.

Depuis longtemps les habitants des quartiers Croulebarbe et de la Maison-Blanche réclamaient l’achèvement de la rue Auguste Lançon, pour pouvoir se rendre sans un long détour à la gare du Parc-Montsouris. Enfin, c’est fait ! (1900)

Lire

1864

L'état des projets pour le XIIIe arrondissement

Les travaux commencés l'année dernière pour le raccordement des boulevards d'Italie et des Gobelins sont sur le point d'être terminés. On achève le macadam et les trottoirs de la dernière fraction du parcours. (1864)

Lire

1868

Le boulevard Saint-Marcel

Avant de commencer mon article sur le treizième arrondissement, je crois utile de parler spécialement de sa ligne frontière, du boulevard Saint-Marcel, qui en constitue la limite septentrionale.
Cette grande voie, qui a coupé le marché aux chevaux, écorné l'ancien cimetière de Clamart et absorbé la petite place de la Collégiale, a été enfin tracé onze ans après avoir été décrété d'utilité publique (17 août 1857). Mais a-t-elle été exécutée de manière à donner satisfaction aux intérêts des quartiers qu'elle traverse, aux intérêts des propriétaires et des habitants qui se trouvent dans son voisinage ? (1868)

Lire

1884

L’empoisonnement de Paris

La Bièvre est l'une des causes les plus actives de l'empoisonnement parisien. Ce ruisseau, chanté par les poètes, sur les bords duquel Rabelais aimait à se promener et qui a inspiré des idylles à Benserade, n'est en réalité qu'un égout à ciel ouvert. (1884)

Lire

1867

La catastrophe du boulevard de la Gare

Au sortir du pont de Bercy, sur la rive gauche de la Seine, s'ouvre le boulevard de la Gare qui va de ce pont à l'ancienne barrière d'Italie, au bout de la rue Mouffetard. (1867)

Lire

1885

Fabrique de squelettes

Comme si ce n'était pas assez, pour rendre le treizième arrondissement insalubre, des marécages de la Bièvre et des fabriques de la plaine d'Ivry, on y a laissé s’installer toutes sortes d'industries infectantes. (1885)

Lire

1873

La gare d’Orléans et les quais de la Seine

Le bruit court que la compagnie d'Orléans est en instance pour obtenir du ministère des travaux publics un décret d'utilité publique qui lui permette d'exproprier certains terrains qu'elle désire annexer à la gare des marchandises intra-muros. (1873)

Lire

1865

Les vestiges de l’église Saint-Hippolyte

Malgré les larges et bienfaisantes percées opérées à travers les quartiers du vieux Paris, les monuments d’un autre âge sont loin d’être rares sur le sol de la cité. C’est ainsi qu’on trouve encore dans le 13e arrondissement, au n° 8 de la rue Saint-Hippolyte, des restes curieux d’un édifice qu’on croit généralement disparu depuis longtemps. (1865)

Lire

1889

La cité Doré

La cité Doré est située au cœur même du treizième arrondissement, que les statisticiens nous donnent comme le plus misérable de Paris, entre la rue Jenner et la place Pinel. Figurez-vous, entre deux murailles nues, un long boyau s’ouvrant ... (1889)

Lire

1896

Le cuiseur de cadavres

Si, par hasard, vous vous aventurez tout là-bas, là-bas, près des fortifications, dans le quartier de la Gare, vous pourrez, si vous passez rue des Chamaillards, voir, paisible, fumant sa pipe au seuil d'une grande porte peinte en marron, un homme frisant la soixantaine... (1896)

Lire

1905

Un matin à la poterne des Peupliers

Six heures et demie du matin. Le gardien de la paix Louis Roupillon, du treizième arrondissement, vient de prendre son service à la poterne des Peupliers, tout là-bas, là-bas, derrière la Butte-aux-Cailles, sous le boulevard Kellermann. (1905)

Lire

1932

Rue Cantagrel, des ateliers de nickelage gênent considérablement les voisins

Il existe rue Cantagrel, au 86, presque à l'angle de la rue de Tolbiac, des ateliers de chromage et nickelage. Le bruit et les odeurs qui en émanent sont tels qu'il est pénible d'habiter dans les parages. (1932)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme